Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 20:56

Les mots vont fuser durant les Européennes. Des mots, des signifiants parfois coupés de leur signifiés… D’où l’effort pédagogique d’expliquer un sens… que les Européens entendent différemment.

Libéralisme : en France, le mot est tabou. Horreur pestilentielle, totem de la droite et des riches sans états d’âme… En réalité, il est à prendre en Europe au sens étymologique : celui de la garantie des libertés. Delanoë avait bien essayé d’utiliser ce sens nuancé dans son livre-confession en 2008… Cela lui couta la présidence du PS… Dure dure la lexicologie…

Lobby : Horribilis en France ! Pression économique, pot-de-vin, influence malsaine…. Encore un mot maudit qui fait frémir les chaumières et dope les résultats électoraux… Et pourtant… le lobby est en Europe et partout ailleurs ce que l’on pourrait qualifier de marketing… Comme quoi, à force d’anglicismes, l’on s’y perd :o)

Droite / gauche : Dès que l’on parle d’Europe l’on s’y perd… Et pour cause : dans l’hémicycle bruxellois l’UMP est le parti le plus à… gauche du PPE ! Le Mouvement Démocrate correspond au PS local, le PS aux cocos d’autrefois… le parti du facteur est lui donc répertoriés dans maccarthisme le retour ! Il faut le savoir, le curseur français est toujours plus à gauche qu'ailleurs...

Service public : inconnu au Royaume-Unis… Concept inepte au pays du tout-libéral (au sens étymologique)… Concept qui demande aux traducteurs des Eurodéputés des trésors d’imagination. Mais en ces temps où l’on nationalise les banques anglaises, le concept pourrait voir le jour… Qui sait !

Laïcité : Contrairement aux idées reçues, la France n’est pas l’inventeur de la laïcité ! La Turquie l’a imposée dans sa loi avant nous (même si ces derniers temps, guère hermétiques aux extrémistes, le concept a tremblé sur son trône…). Un mot INTRADUISIBLE dans une Europe catholique en grande majorité et qui évoque la Bible dans la plupart des Constitutions nationales !
Mais les Français maitrisent-ils ce concept ? Il s’agit en fait d’autoriser le droit de culte tout en empêchant le moindre lien avec le pouvoir et les Institutions… Les traducteurs s’en arrachent les cheveux là aussi…

Partager cet article
Repost0
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 22:05

Alors récapitulons…

Besancenot nous propose Lénine à la sauce 2009, en faisant sauter les Institutions et en mettant l’anarchie au pouvoir… Protectionnisme intégré. Ca c’est fait.

Le PS, qui jongle de Fabius à DSK. L’Europe, je t’aime moi non plus. Un Hamon, présent en théorie mais absent dans les Commissions.

UMP ? Ah ah ah ! Encore pire des Eurosceptiques et Euroconvaincus, Rachida Dati, l’affaire Yadé qui montre à quel point on respecte les futurs ou potentiels députés européens… N’en jetez plus la coupe est pleine !

Le FN : No comment… Plus anti européen tu meurs.

Alors reste quoi ? MPF ? De Villiers Pardi !

Les Ecolo ? Cohn Bendit a dit 1000 fois oui à l’Europe et à Bayrou au Présidentielles… avant de s’allier à Bové, altermondialiste, anti Bruxelles, anti marché, anti tout… et d’affirmer que Bayrou il est à droite ! Warffffffffffff !

Bip-bip dans le rôle des candidats, le coyote dans le rôle de l’Europe !

Finalement, la seule option possible c’est le Mouvement Démocrate pardi ! Coyote parmi les coyotes. Et surtout, fidèle et cohérent… ce qui en ces temps est une singularité INCONTESTABLE !

Partager cet article
Repost0
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 20:38

L’on avait presque fini  par s’y habituer. Oh, certainement pas par l’adopter, mais l’on avait fini par s’y faire. Christine Boutin arrivant au gouvernement en mai 2007 ravivait des douleurs acerbes et acides, spectre d’une Bible brandie dans l’Assemblée et d’un défilé au son des « Pédés au bûcher ». Alors forcément, parité ou pas, Boutin au logement, ça ne pouvait pas passer.
Mais elle s’en fût. Courageuse. Pas digne d’un génie mais honnête travailleuse, ce qui dans ce gouvernement tient de l’exception.

Il y eut bien sa friction avec le désormais célèbre « plan banlieue » de Fadela Amara. Mais en guise de plan il y eut une mascarade… Et l’on se demanda alors ce que l’ancienne ni pute ni soumise faisait en cette galère….

Christine Boutin faisait alors son petit bonhomme de chemin. Les plus jeunes ne connaissaient rien de son funeste passé. Les autres l’oublièrent. Syndrome de cette société qui a de la mémoire (vive) mais qui n’a pas de souvenirs…

Mais la bête qui sommeillait interrompit son hibernation. Et à grands coups de griffes et de chapelets, elle passa à l’assaut.  Affamée par une disette aussi longue.

L’homoparentalité fut son entrée. Elle s’attaqua si violemment à son bout de gras que le sacrifice tourna à l’émeute. Pas si conciliante Nadine Morano. En direct de Saint Nicolas du Chardonnet Agnus Dei. Qui tollis. Peccàta mundi. Miserere nobis. Misérere nobis. RTL 9 et NT1 négocièrent âprement pour les droit de retransmission… Depuis le temps qu’ils lorgnaient sur le catch féminin !  Le Lion, agacé de tant de bruit arriva. Et sacrifia la moins jeune des deux, mais pas la moins féroce.

Le Pape lui offrit alors son plat de résistance :  l’utilisation du préservatif « aggraverait » le problème du  SIDA. Et finaude, la carnassière de lancer : « ce n’est pas drôle de mettre un préservatif quand on fait l’amour ». Madame aime les nuits tordantes. Etonnante révélation : Madame Boutin aurait-elle utilisé le totem maléfique pour oser prétendre qu’il n’était pas drôle ?

Sauf que là, ce sont les Français qui ne rient plus. Et plus du tout. Et qui tout d’un coup, ouvrent les yeux. La Genèse, Christine ! Vous êtes le serpent. Vos révélations sont autant de pommes que nous devons avaler sans appétit, que nous régurgitons mais qui nous ouvrent la vue… sur votre véritable identité.

Vous n’avez pas changé.

Vous qui sortîtes la Bible dans l’Assemblée du pays de la laïcité.

Nous aurions dû vous bannir de notre Jardin d’Eden… celui que Sarkozy ne cesse de karchériser. Parc de ruines à présent.

Alors partez, à présent. Partez. Et surtout ne revenez plus.

Riez puisque vous aimez rire. Pourvu que l’on n’entende plus ces rires sardoniques.

Madame Boutin, vous êtes le maillon faible. Aurevoir.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 21:33

Furieux. Je suis furieux !

Mais où sont-ils les « courageux » ? Ceux qui avaient promis de faire la fronde ? Où sont-ils ceux qui ne voulaient en aucun cas le retour sous le commandement de l’OTAN ? Les fameux députés UMP qui voulaient signifier leur singularité ? Il a suffi que le Gouvernement y engage sa responsabilité pour qu’ils se dégonflent : ils se sont abstenus de voter ! Histoire de préserver leur mandat au cas où il viendrait l’envie au Monarque de faire disparaître la circonscription des frondeurs…

Honte à ce gouvernement. Honte aux députés UMP. Honte à Nicolas Sarkozy qui prostitue nos Institutions avec arrogance et indécence. Si cette question ne valait pas un référendum, alors quelle autre sujet le nécessitera ?

Nous avons été les dindons de la farce. Sans recul en arrière possible.

Le tout dans une indifférence médiatique assez manifeste…

Pensez donc, en quelques semaines : Edvige, les millions de Tapie, l’affaire Peyrol, Boutin qui nous la rejoue St Nicolas du Chardonnet, le refus de retirer le bouclier fiscal… Mais dans quelle France vit-on ? Dans quel état Nicolas Sarkozy va-t-il la rendre en 2012 ? A-t-on vraiment conscience dans les foyers de l’ampleur des dégâts ?

Il va falloir y aller très très fort dans les urnes le 7 juin ! Au travail, les amis !

Partager cet article
Repost0
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 16:34

Après Bernard Laporte, David Douillet et Gilbert Montagné, L’UMP semble être sur le point de recruter un nouveau membre pour bâtir son intelligentsia à la française : Gad Elmaleh. Oh, bien évidemment, rien d’officiel, mais disons qu’en écoutant Europe1 ce matin, l’on eut l’impression que l’affaire pourrait rapidement se faire. Interrogé sur le bouclier fiscal bloqué à 50%, le réalisateur-interprète de Chouchou a déclaré : « 50%, ça suffit, c'est très bien. Il est normal que les impôts des plus riches soient plafonnés. 50% c'est déjà énorme ».

Et Gad Elamleh sait de quoi il parle : il gagne entre 1 et 2 millions d’euros, par an… rien pour que pour ses films ! En prenant la moyenne raisonnable de 1,5 millions par an, déduisons 60% d’impôts ; il reste donc pour notre acteur-comédien 600000 euros net seulement pour vivre ! Le pauvre ! Cela représente en une année… 50 années de SMIC !

Et prenons sa logique "des plus riches". Car Gad Elmaleh est largement battu à la Bourse du septième art : Dany Boon et ses presque 21 millions d’entrées revendique… 26 millions d’euros pour la seule année 2008. En déduisant les 60% si décriés, il reste tout de même 10,4 millions d’euros ! 866 années de SMIC ! Et même 41 ans de salaire de… Premier Ministre ! Et brut en outre !

Alors, qu’est-ce qui est énorme, Monsieur Elmaleh ? les 50% ou vos déclarations scandaleuses ? Avez-vous vraiment les moyens de vous priver d’une partie de votre public ? Pensez-vous que "les plus riches" qui sont touchés par le bouclier fiscal se délectent de vos pitreries sur scène et sur la toile ? Votre pari paraît audacieux…

Alors Monsieur Gad Elmaleh, de deux choses l’une :

Soit vous postulez réellement au titre de l’artiste le plus détesté de France, et vous avez fait fort ! Les portes de l’UMP vont s’ouvrir à vous. Mais il n’est pas sûr que goutiez avec délectation vos nouvelles fréquentations que seront Gilbert Montagné, Mireille Mathieu ou encore Faudel…

Soit vous restez à votre place d’acteur-comédien, ce qui serait plus raisonnable. Auquel cas, abstenez-vous à l’avenir de tout commentaire de ce genre.

Sinon dans la série « indécence en série – Les inoubliables ! », le Pape, qui rappelle les plus belles heures de Jean-Paul II : à propos de l’épidémie du SIDA, il affirme aujourd’hui pour son premier voyage en Afrique (histoire de lui donner encore plus de symbolique !) : « On ne peut la résoudre avec la distribution de préservatifs. Au contraire, cela accroît le problème »

Alors j’aurais une question à poser à ce grand Savant qui lit si bien le Grand Livre de la vie : quand une femme violée par des guerriers, tombant enceinte, et est sommée par l’église de ne pas se faire avorter, doit-elle nécessairement demander en mariage son agresseur ? Ou doit-elle attendre qu’il le fasse ?

Il y a des jours comme cela, où tout énerve. Pas vous ? D'ailleurs ne serait-ce pas le jour du retour de la France dans l'OTAN ? Paco Rabanne, est-ce aujourd'hui la fin du Monde, dis ? Tu n'aurais pas pu prévenir cette fois ?

Partager cet article
Repost0
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 20:40

L’affaire est sans doute passée inaperçue aux yeux du grand public mais pour une fois que le sport montre l’exemple dans la relation polygame entre la Finance et l’éthique, ne nous en privons pas !

Il y a trois semaines, Shahar Peer, tenniswoman classée depuis quelques années dans les trente premières mondiales, se voit refuser un visa pour Dubaï (Etats arabes unis) sous le prétexte qu’elle est… israélienne ! Dubaï, temple du pétrodollar, prend ici une décision éminemment politique, pensant sans doute que son hyper puissance financière suffirait à étouffer l’affaire.

La WTA, association des joueuses professionnelles, se fend alors d’un communiqué de presse dans lequel elle exprime son indignation et entend prendre du temps avant de prendre une décision «  car ceci est un choc qu'il faut d'abord le digérer. » explique alors  Larry Scott, président de la WTA. L’on pense alors que l’affaire est close. Que Dubaï et ses billets verts calmeront l’affaire. L’argent serait-t-il une fois de plus fort que la politique, la diplomatie et l’éthique ?

Que nenni !

Quelques jours plus tard, la WTA va envoyer un message fort. Très fort même. Si fort que l’on se demande pourquoi les médias français n’en ont pas ou si peu parlé… Tout juste ont-ils mentionné que la WTA avait infligé au tournoi une amende de 300000 dollars… La belle affaire au pays où les billets se cueillent à même l’asphalte… Il faut dire que les médias français ont d’autres chats à fouetter, comme le fait de se délecter des salaires immoraux des joueurs du PSG, en pleine manchette du Parisien, dans une sorte de tribune qui oscille entre la fascination et la condamnation. Ecœurant mélange.

Alors quelle fut la réaction de la WTA, qui jusque là avait offert un pont d’or à la cité lacustre, artifice parmi les artifices ? La joueuse récupéra points et dollars que lui aurait rapporté une participation au tournoi. Mais surtout, le tournoi de Dubaï est mis en demeure : il a l’OBLIGATION d’offrir une wild-card (invitation) à Peer pour l’année prochaine, quel que soit son classement, devant en outre s’assurer  de la délivrance de son VISA et ce 7 semaines avant le tournoi. Pour mettre en exécution sa mise en demeure, la WTA exige de Dubaï une caution de 2 millions de dollars qui ne lui sera restituée que si Peer peut participer au tournoi. Si le tournoi devait ne pas respecter son engagement, il disparaitrait du circuit… quand il utilisait le monde du tennis comme une vitrine du luxe. Sale affaire pour les Emirats Arabes Unis, qui craignaient la réaction du public à la venue de Peer dans un contexte international plus que compliqué avec Israël, mais qui n’ont eu de cesse toute ces années de policer leur image à l’extrême vis à vis de l’occident.
La WTA tenait donc à rappeler que si elle ouvrait son circuit international, elle entendait rester maître du jeu et respecter toutes les nationalités qu’elles représentent. La fin ne justifie plus les moyens. L’association si puissante que l’on accusait de défendre sa manne financière au détriment de la santé des joueuses a assurément fait un acte courageux, assez peu diplomate finalement, mais d’une éthique irréprochable.

Dire que l’exemple vienne des hautes instances du tennis peut en étonner plus d’un. Mais il rappelle que les valeurs du sport peuvent transcender les considérations purement spéculatives. Il était temps. Mais cela n’intéresse pas les médias français….

Partager cet article
Repost0
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 11:09

Il s’agit de notre groupe politique au Parlement, celui qui réunit les Démocrates de l’Europe entière, dans 22 pays exactement : Allemagne, France, Royaume-Unis, Italie, Espagne, Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, Irlande, Danemark, Autriche, Suède, Finlande, Pologne, Hongrie, Estonie, Lettonie, Lituanie, Slovénie, Chypre, Roumanie et Bulgarie.

 

Les bureaux du PDE (Parti Démocrate Européen) qui appartient à l’ADLE (Alliance des Libéraux et des Démocrates pour l’Europe) nous ont accueillis pour parler de notre formation.

Pour situer la position politique de notre groupe au Parlement, Florent Saint Martin explique que le PDE, issu du parti de la marguerite se situe dans le Centre Gauche. Tout en rappelant que tous les partis politiques française sont placés plus à gauche que l’ensemble des partis homologues.

 

 


Quelle position prend le Modem par rapport à l’ADLE ?

La discipline de vote est élevée avec 80% de suivi mais paradoxalement les 20% restants concernent les textes les plus importants.

 Par exemple, lors de la première mouture de la Directive des Service selon Bolkenstein, les députés français du PDE n’ont pas suivi l’ADLE. « On a suivi le PSE sur cette question en le nourrissant en propositions », explique le Président du Mouvement Démocrate de la Haute-Normandie.

"Mais l’objectif reste avant tout d’emmener tout le groupe, car « à 7 on est forcément moins influent qu’à 100 !" . le Mouvement Démocrate garde une très large majorité d’accords communs fondés sur des valeurs elles-aussi communes et qu’il convient de rappeler :

l’immigration                                   

le libéralisme au sens noble du terme (libertés du citoyen) 

l
es libertés individuelles                    

Protection des données

Partager cet article
Repost0
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 11:06

Après avoir vu comment fonctionnait le Parlement puis la Commission, récapitulons :

La Commission propose un texte, que le Parlement et le Conseil des Ministres discutent et votent. En schématisant à l’extrême, voici ce que cela donne :

 

 

 

Malheureusement, du fait de la codécision, certains sujets qui voient un accord entre le Commission et le Parlement se heurtent au refus du Conseil des Ministres :

 

- Le secret bancaire qui touche trois pays, le Luxembourg la Belgique et l’Autriche. Le Parlement est largement majoritairement derrière la lever du secret bancaire quand le Conseil des Ministres est contre… car il faut l’unanimité des 27 sur la question. Or les Luxembourgeois refusent d’infléchir.

 

- La hausse de la participation financières des Etats membres de 1 à 1,24% du PIB, ce qui correspondrait à des milliards d’Euro en plus… le Conseil s’y oppose quand Commission et Parlement sont pour…

 

NB : notons que depuis hier un accord que l’on peut qualifier d’historique sur la TVA a été décidé… La France a désormais les mains libres pour la TVA de la restauration. En espérant que l’on pensera à demander une contrepartie au Restaurateur en privilégiant avant tout l’emploi à la baisse des prix de sa carte…

Partager cet article
Repost0
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 17:55

A l’approche des Européennes, une journaliste de France 3 Nord Pas-de-Calais présent un « François Bayrou en campagne », hier soir juste avant la visite de notre Président dans la belle province de Lesquin à la rencontre des militants. Sitôt lâché, le complément du nom fit bondir le fondateur du Mouvement Démocrate : « à la rencontre des gens », corrige-t-il.

Car le troisième homme de la Présidentielle n’entend pas entrer trop vite en campagne. La Crise financière puis économique est passée par là. Et même si les cadres du parti s’évertuent à prôner une solution « européenne », avec l’idée d’un « emprunt global européen », nul n’est dupe : les Européennes se joueront au moins autant sur les sujets nationaux que sur des considérations strictement bruxelloise. Et l’enjeu national repose sur deux questions fondamentales pour le Mouvement Démocrate :

Premièrement, les Français utiliseront-ils le scrutin du 7 juin  pour exprimer sa défiance envers la politique gouvernementale ?

Deuxièmement, ce vote sanction se reportera-t-il, comme ce fut le cas dans les élections intermédiaires sur le PS, devenu hydre à mille têtes d’éléphants, aux pieds d’argile depuis la pugilat de Reims ?

C’est de la réponse à ces deux questions que dépend la victoire du Mouvement Démocrate.

Voilà pourquoi François Bayrou n’a de cesse de fustiger avant tout la vision de la société selon Nicolas Sarkozy-Bruni, celle qui « réhabilite » le pouvoir de l’argent (comme si l’argent avait eu ce besoin si pressant en ces temps !), celle qui nomme des hommes de culture et de savoirs en qualité de cadre du parti dominant, Bernard Laporte, David Douillet ou encore Gilbert Montagné pour l’intelligentsia française à la mode Sarkozy, ou celle plus grave qui place ami et haute influence aux places stratégiques des finances, en toute illégalité,  Monsieur Pérol pour vous servir. L’on pourra toujours faire le procès à François Bayrou de ne taper que sur Nicolas Sarkozy pour s’assurer son destin présidentiel. Mais quel Démocrate, quel républicain, quel amoureux de la France ne ferait pas de cette vision de la société une cible permanente tant elle dénature nos valeurs et nos Institutions ? Un pays dans lequel un président peut prendre des décisions illégales sans qu’aucune autorité ne puisse contester le délit ?

Mais surtout, voir en François Bayrou un simple opportuniste c’est se fourvoyer dans la mauvaise foi et oublier bien vite le désert qu’il n’ a pas hésité à emprunter, alors que les sirènes de Matignon sonnait pour une deuxième fois dans ses oreilles, après les propositions indécentes du prédécesseur de Nicolas Sarkozy. C’est en refusant d’aller à la soupe, et en acceptant de siéger avec deux autres élus, à l’Assemblée Nationale, tout en haut, sans groupe, sans possibilité d’expression, que le Président du Mouvement Démocrate a tenu a rappelé qu’il n’avait pas détourné les 7 millions de voix qui lui avait donné sa confiance en 2007, comme il le rappelait hier soir à Lesquin. Il avait proposé une troisième voie… Pour qui serait il passé s’il avait troqué ses belles idées pour un retour dans l’une des deux seules que deux partis veulent imposer au paysage politique français ? Courageux et juste, il entend mener son combat sur l’éthique, la justice, et l’humanisme. Alors nécessairement, François Bayrou a dénoncé, dénonce et dénoncera encore et toujours la politique de Nicolas Sarkozy, qui impose la rolexisation des esprits.

C’est en cela qu’il est la seule opposition crédible. Ce qui entend répondre à la deuxième partie de la problématique. Car s’opposer pour le Mouvement Démocrate, ce n’est pas choisir cette posture d’un Non systématique, pavlovien, reniflant les moindres aléas du vent pour suivre l’opinion. Une posture rendue aisée par un système d’alternance du pouvoir, qui s’il a vu le PS perdre plus de fois qu’il ne l’a gagnée l’élection présidentielle, l’a surtout vu se construire un nombre abyssal d’élus, garantissant pouvoir et richesse du parti. Aujourd’hui le PS est un fantôme, mais un fantôme encore riche et puissant, peuplé d’élus hagards qui ne partagent plus grand chose du grand écart entre Hamon et DSK, mais qui s’accrochent à leur siège comme des meurt-de-faim. Le mandat est leur profession : les élus PS n’ont jamais fait que cela. Alors l’on rentre dans le rang et l’on attend que l’on resserve les plats. Si l’on vous a oubliés, repassez l’année suivante : nos institutions ne manquent pas de générosité, à hauteur de 1 élection par an, au bas mot…

Le Mouvement Démocrate, par la grâce de François Bayrou a décidé de s’opposer autrement. Par les valeur. L’action face à la tradition : voilà la combat que nous entendons engager contre le PS, qui devra répondre durant ces Européennes à la contradiction entre les « nonnistes » et les « ouiistes » à l’heure où ils sont tous rangés en en rang d’oignon pour dire qu’ils aiment l’Europe. Qui aime bien châtie bien, mais il est des blessures profondes qu’un simple pansement se suffit plus à guérir. Reste à savoir si les électeurs sont enfin prêt à croquer la pomme.  … et il mangea. Alors leurs yeux à tous deux s’ouvrirent et ils connurent qu’ils étaient trahis; ils prirent alors le seul bulletin qui convenait : celui du Mouvement Démocrate….


 

Partager cet article
Repost0
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 10:46

Quel plateau de télévision, quel studio de radio, quel animateur n’a t-il pas vu passer Olivier Besancenot ces derniers mois ? Marionnette de Sarkozy pour les uns, homme proche du peuple pour les autres, le facteur le plus célèbre de France attire les flashs et les cameras. La moindre de ses prises de position est relayée, commentée et débattue. Il est plus présent médiatiquement que Bayrou, qui a pourtant fait 4 fois et demi plus de voix au 1er tour de la Présidentielle…

Reprenant à son compte l’adage des chevaliers, « sauver la veuve et l’orphelin », le leader du NPA est à l’écoute de la moindre larme, de la moindre colère, doté d’ubiquité parfois, d’omniscience tout le temps. Empathique, il écoute et tape sur les puissants. Toujours plus facile que faire l’exercice inverse. Pas encore assez affuté pour être le néo-Robin des bois, capable de voler aux riches pour redistribuer au pauvre, il se tourne vers la légende hispanique et se contente de griffer, d’un B qui veut dire Besancenot. Serait-il devenu le Zorro  des temps modernes ?


Creusons un peu, affinons le personnage, tentons de lui ôter le masque.


Tout d’abord, intéressons nous à son image. Arrivé sur le PAF pendant la campagne des Présidentielles de 2002, l’homme a tout de suite séduit. Il a bénéficié d’un double concours de circonstance. Alors que le discours de l’extrême gauche lassait, comme le montra la lente érosion d’un PC tenu à l’époque par Robert Hue ou encore la multiplication des petites listes qui rendaient leur discours inaudible, un changement intervint à l’automne 2001 avec un formidable élan de sympathie qui naquit autour d’Arlette Laguiller. Davantage pour l’image de la femme courageuse et militante que pour les idées qu’elle véhiculait. Songez donc que les sondages lui donnèrent jusqu’à 11% d’intention de votes au 1er tour. L’extrême gauche retrouvait de la voix. Arlette emmena dans son sillage Olivier Besancenot, lui aussi travailleur sur le terrain et candidat à une élection présidentielle.

D’autre part, c’est l’image de Besancenot qui lui assura sa propre réussite. Assez charismatique pour séduire la ménagère de moins de 50 ans, tout en donnant l’image du genre idéal, et surtout, la base de son succès, sans être trop édulcoré avec un physique trop proche des papiers glacés des magazines : juste ce qu’il faut pour être mignon, sans être beau et arrogant. Un homme du peuple. Le casting était presque trop parfait. Au placard Krivine et sa compagnie. Place à l’artiste. Son destin était tout tracé.


Lâché comme un pur sang, Besancenorro fit une percée improbable dans ce 1er tour marqué par le sombre épisode Le Pen : plus de 4% dès sa première candidature… De quoi faire pâlir de jalousie sa concurrente directe, qui rama elle durant 6 élections pour égaler le score. 30 années de lutte d’un côté de la balance, pour 6 mois de représentation de l’autre. Cela vous dessine le costume…

Mais l’image ne suffit pas. Certes, l’on peut se dire que cela a suffit pour certaines candidates à la présidentielle, dont nous ne mentionnerons pas le nom ici même par pure décence, mais une image sans slogan et sans idées s’affadit et se sclérose à l’épreuve du temps.
Place donc aux idées.

Et cette fois-ci le vrai Besancenot va être démasqué.


Car le facteur de Neuilly met au service de ses idées une redoutable rhétorique, qui lui permet de tenir tête aux hommes politique en place tout en se faisant comprendre du grand public. L’elocutio revisitée par Besancenot est redoutable et unique dans le PPF (paysage politique français…).  Car maitriser un discours tout en maniant avec aisance le variation de style (haut et bas) n’est pas la chose la plus aisée. Raison de plus devant tant de maîtrise rhétorique de se méfier. Car il n’est d’armes plus redoutable pour vous faire avaler des quantités de couleuvres…

Et il ne s’en priva pas lors de la dernière Présidentielle, en proposant un budget pour la France à hauteur de 350 milliards d’Euro par an… ce qui revenait à présenter chaque année un déficit équivalent à… 18% du PIB… Assez éloigné des critères européens (3 pour rappel) et surtout aller sans-retour vers la faillite du pays…


Alors pourquoi proposer quelque chose d’utopique ? Certains avancent que l’utopie fait partie de l’extrême gauche. Ce n’est pas faux. D’autres que les promesses font partie du jeu politique, rappelant l’adage cynique de Pasqua : « les promesses n’engagent que ceux qui y croient ». C’est vrai aussi. Mais la démarche de Besancenot est bien plus dangereuse.

Car la faillite de la France provoquerait un séisme digne de celui qui secoua l’Argentine en 2001. Cela ne vous rappelle rien, la théorie du grand soir ? Trotskiste un jour, Trotskiste toujours pour Olivier Besancenot. Ce n’est plus le Zorro de la Vega, mais plutôt un justicier version Dark Vador, le Zorro de la force obscure.


Tout concourt à cette image :



Le pouvoir ? Il n’en veut pas. Du moins tant que le système actuel perdure (le système actuel ? La démocratie ?)

Son séjour en Martinique ? Des travaux pratiques pour l’étudiant en renifleur de colère qui vient voir comment unifier les maux et les exaspérations pour les appliquer en France !

 



Edifiant


Son nouveau parti fait comme lui : il avance masqué. Il a pris le soin de faire enlever le terme « révolutionnaire » comme pour taire la finalité.  Son avatar ? un porte-voix.


 

Version De la Vega : pour faire entendre les petites gens.

Version Dark Vador : car la manifestation et la colère est nécessaire à l’accomplissement d’un objectif unique : le grand soir, la révolution et la prise du pouvoir par le Peuple dans la rue. Cela s’appelle un coup d’Etat…

 

Il avance, masqué. Déguisé. Le Zorro de la force obscure n’a peur de rien. Et surtout pas de la veuve et de l’orphelin . 

L’itinéraire de Besancenot, ne l’oublions jamais c’est donc avant tout des circonstances propices et un casting parfait, fortuit peut-être, mais parfait au final.

Alors méfiez vous ! Méfiez-vous de ces médias qui font passer de La Vega pour Dark Vador. Olivier Besancenot est Janus : un gentil facteur qui entend corriger les marasmes sociaux provoqués par le néo-libéralisme mais aussi un révolutionnaire qui ne craint pas d’aller dans la rue, au combat, et d’attendre le grand soir pour prendre le pouvoir par la rue…   

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche