Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 16:11

« Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire »


La phrase de Voltaire peut paraître contradictoire pour la Voix du nord. Hélas. Hélas que l’on en arrive encore à confondre paradoxe et contradiction. Car elle exprime l’essence même du débat démocratique. Visionnaire, elle montre quelle erreur les médias ont faite durant des années, et qui, en partie explique le funeste résultat du 21 avril 2002. Car en voulant bâillonner Jean-Marie le Pen durant les années 80 et 90, les médias, plutôt à gauche dans ces années-là  ont cru pouvoir l’étouffer.


Profonde erreur.


Chaque élection qui passait donnait encore plus de voix au leader de cette droite extrême. Plus on l’évitait, plus il flirtait sur la victimisation, son refrain préféré, déclarant, avec une démagogie redoutablement efficace, que l’on ne veut faire taire que ceux qui détiennent la vérité. Croire que c’est le Pen qui a utilisé la thèse de la conspiration, c’est oublier quelle responsabilité endosse les médias dans cette affaire.

Toutes ces années nous auront montré que ce n’est pas en raréfiant les propos de Le Pen que l’on atténue la propagation des idées fâcheuses. Bien au contraire.


Alors encore une fois la phrase de Voltaire n’est pas contradictoire. Loin s’en faut. Elle est l’expression même de ce que doit être la démocratie : combattre par les idées. Et sur ce terrain là, Le Pen et le Front national ne font assurément pas le poids. A condition que l’on veuille bien accepter le débat.


Jean-Marie Vanlerenberghe n’a donc pas seulement fait son travail. Il laisse la démocratie faire le sien. En ces temps, c’est suffisamment rare pour être applaudi. Des deux mains, droite comme gauche…


Partager cet article
Repost0
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 12:21

Suite de notre découverte de l’Europe, suite à notre visite à Bruxelles. Aujourd’hui, la Commission Européenne, décryptée par un de ses fonctionnaires, spécialistes des questions douanières et fiscales, David Boublil


Elle est présidée par  le portuguais José Manuel Barroso depuis le 29 juillet 2004 (président contesté comme dit ici même et avoir bien plus de talent par Jean Quatremer, ce qui lui valut d’être blacklisté par sa victime…).

La Commission européenne fait des propositions et n’a pas de pouvoir de décision. Elle composée de 23000 fonctionnaires dont 27 commissaires, un par Etat membre… jusqu’à l’application du traité de Lisbonne qui prévoit moins de commissaires que d’Etat membre. Une bonne décision selon David Boublil, fonctionnaire à la Commission en charge des questions relatives à la fiscalité et à la douane. Pour lui, c’est l’assurance de l’objectivité des commissaires qui seront tentés de proposer en fonction de l’intérêt de leur Etat d’origine, d’autant que les Etats non représentés seraient d’autant plus vigilants. (Notons qu’à la tête de l’Europe durant le second semestre 2008, Nicolas Sarkozy avait promis un commissaire pour les Irlandais… sans s’être assuré de l’Etat du Droit Européen qui prévoit moins de commissaires que d’Etat membre…). Initialement, le Parlement n’a pas de rôle dans la désignation des Commissaires. Ils sont issus d’une proposition des Gouvernements nationaux en Conseil des Ministres. Entre temps, l’on a fait auditionner les Commissaires devant le Parlement qui a pu alors les refuser.


Avec Lisbonne, l’audition devant le Parlement devient la règle, symbole de la montée en puissance du Parlement.



Les quatre rôles de la Commission sont :


- Un rôle exécutif   - le Droit d’initiative              Gardienne des traités            - Représentation notamment face à l’OMC

Partager cet article
Repost0
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 15:46

Le grand jour est arrivé. 4987 visiteurs uniques ont déjà lu mon blog depuis le 7 avril 2008. 5000 visiteurs bientôt qui auront lu humeurs, réflexions, coups de gueule, sauce à l’orange 




Alors qui sera mon 5000ème ? Qu’on se le dise, j’ai toujours refusé d’utiliser des stratagèmes pour faire doper l’audience. Jamais je n’ai écrit dans ces colonnes les noms qui font buzzer. Jamais il ne fut question de sexe, de salope, de Britney Spears (aucun lien), de Paris Hilton… Je ne suis pas de ceux qui utilisent les buzz pour parader ensuite ; donc non il ne sera nulle question non plus de David Beckham, de Laurence Ferrari, ou de Dany Boon. Ce serait trop simple de les nommer, d’être répertorié et de voir le nombre de visiteurs s’envoler. Alors je ne le ferai pas.

Merci à vous… un point c’est tout :o)

PS : A ceux qui trouverait que mon billet manie la chèvre et le chou en dopant artificiellement l’audimat tout en dénonçant une pratique courante, je tiens à vous informer que vous faîtes fausse route. Ce billet, hautement pédagogique, n’a d’autre vocation que d’expliquer ce qu’est la prétérition. C’est une leçon de langue, tout au plus.

PS2 : J’annonce à tous qu’il m’est impossible de savoir qui réellement sera le 5000ème visiteur de mon blog et qu’il serait vain d’en attendre mont et merveilles. Recevez tout de même toute ma considération démocrate.

PS3 (de loin la meilleure pour les amateurs !) : Pour donner enfin un peu de sérieux à mon billet, sachez tout de même qu’un récent sondage donne François Bayrou comme seul homme politique à recevoir plus d’opinions favorables que de défavorables devant Aubry et Sarkozy. Et que 37% des interrogés se verraient éventuellement voter pour lui au 1er tour d’une Présidentielle contre 39 pour Sarkozy et 28 pour Royal… Les voilà les chiffres de la joie !

 

Partager cet article
Repost0
1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 21:15

A l’approche des Européennes, il est grand temps de se lancer dans les idées phares pour montrer au citoyen, que seul le Mouvement Démocrate est cohérent et audible sur la question Européenne. Alors nous essayerons, à la lumière de nos rencontres et des médias, de dégager régulièrement une idée propre à exprimer clairement nos valeurs.

Je commencerais bien évidemment par Jean-Luc Bennahmias que la section de Lille a eu la chance de voir il y a une dizaine de jour à Bruxelles.


 
bennahmias

“Nous ferons en sorte de changer le Président de la Commission Européenne pour remplacer Barroso”
 

Pour souvenir et sachant que les questions en terme d’immigration sont un des sujets sur lesquels nos eurodéputés sortant sont en plein accord avec l’ALDE (Libéraux et Démocrates européens), le Président de la Commission estime que les problèmes liés aux flux migratoires (Sangate, Baléares, îles grecques) n’étaient en aucun cas une question européenne et restaient donc un problème de politique nationale, état nation par état nation concerné… No other comment…


Addenda du 2 mars sur le site des Coulisses de Bruxelles de Jean Quatremer : Sarkozy semble enfin lacher Barroso ! D'où la question notre Président lit-il mon blog ? :o))
Partager cet article
Repost0
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 22:59

La Commission Balladur fait grand bruit depuis quelques jours . Alors que son rapport ne devrait être remis qu’en début mars, les principales préconisations ont filtré et ont fait grand bruit. A tel point que plus de temps eut été nécessaire pour finaliser le projet mais que compte tenu de la trainée de poudre qui se répand à grande vitesse, il faut aller au plus vite quitte à fournir un travail inachevé sur le Grand Paris.

Alors forcément, personne ne peut ignorer la grogne qui émane de ce redécoupage annoncé. Et tout particulièrement, le cas de la Picardie semble intéresser les médias.

Comment les JT présente-t-il ce débat ? C’est très simple finalement. Ils présentent le projet de réforme… puis exposent l’opposant à cette réforme. Estimant qu’un débat contradictoire a eu lieu.

Exemple :
 

 

Mais où sont ceux qui défendent les propositions de la Commission Balladur, à part les membres de la Commission elle-même ? OU SONT-ILS ?

Est-ce là une manière déontologique d’exposer une réforme des Institutions ? Comme si le peuple, les 63 millions de Français étaient opposés à ce que propose une dizaine de membres d’une Commission, tout juste épaulés par le Gouvernement ?


Est-là une manière neutre de présenter la chose ?


Et qui sont ces opposants d’ailleurs ?


Des citoyens qui croient que l’étiquette de la région va effacer les traditions et la culture locale ? Qui espère-t-on berner ici ? Le Nord est un Département uni. Mais allez dire aux habitants du Valenciennois qu’il n’y a pas de distinction entre lui et un Lillois ou un habitant du Douaisis et vous allez le sentir passer, croyez-moi !


Les autres détracteurs ? Mais les élus locaux bien sûr et notamment les Présidents des Conseils généraux et régionaux, naturellement… Pas de chance, au-dessus de Paris, ils sont souvent PS. Ne craignent-ils pas plutôt pour leur poste ? Car en France, un mandat devient un poste. Qui s’alterne à droite puis à gauche, chacun à son tour. Toute la table est ainsi servie. Pendant 5 ans je me goinfre au département, et pendant 5 autres je me régale à la table de la région.


Oui mais voilà, si en ces périodes où l’éthique et la raison gardée d’un budget bien mené venait prendre le pas sur des considérations purement matérielles ? ET SI LES JOURNALISTES FAISAIENT ENFIN LEUR TRAVAIL EN SOULIGNANT QUE LES ELUS LOCAUX PRECHENT POUR LEUR PAROISSE ET QUE LEUR BONNE PAROLE SUR LES TRADITIONS ET L’HERITAGE PESE PEU FACE A LA PERTE DE LEUR POSTE ?


Ah, mais en France, le journalisme ça se perd ma brave Dame…

Partager cet article
Repost0
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 20:06

Ce n’est un secret pour personne, Nicolas Sarkozy n’est pas très porté sur la culture. L’on se souvient de ses propos ineptes sur la Princesse de Clèves dans les concours de la fonction publique…

 

 


C’est un fait. Il dénigre la culture, comme le montre ses relations tumultueuses avec l’enseignement supérieur et les chercheurs qui pourraient à l’entendre passer pour nos plus grands fumistes… Enfin tout ceci n’est qu’impression et supputation…

Mais finalement,, son meilleur ambassadeur reste Bernard Laporte. Et sa vision de la culture, opposée à celle élitiste, guindée et sans doute arrogante de Pierre Bergé fait des étincelles… Ou comment passer pour le roi des *** à la télévision… Une certaine vision de la culture Sarkozyenne :


 

 

 

PS : Quant à l’éternel débat entre culture populaire et la popularité de la culture, reconnaissons que le film de Danny Boon est un bon divertissement mais qu’il n’entre pas dans la culture cinématographique…

Partager cet article
Repost0
23 février 2009 1 23 /02 /février /2009 15:42

Pardonnez la mise en page "artisanale" au mauvais sens du terme mais après plus d'1 heure à m'escrimer contre cette plateforme qui modifie sans qu'on ne lui demande rien police, interligne et j'en passe, j'ai décidé d'en rester là. Je compense le manque d'aération par quelques photos supplémentaires. Si vous connaissez un hébergeur fiable, faites-moi signe que je déménage au plus vite, merci.

Les intervenants.

Selon Jean-Claude Thomas, le Parlement européen a beaucoup de pouvoir, et il a même vu son influence progresser quand celle de la Commission n’a cessé de se réduire.


Le Parlement n’a pas le pouvoir de proposition. Aussi quand il veut soumettre une idée, doit-il formuler son vœu comme suit : « Le Parlement européen demande à la Commission Européenne de proposer... ».


La Commission propose et le Parlement codécide avec le Conseil des Ministres.

 

Le Parlement européen est élu au suffrage universel direct tous les 5 ans lors des Elections Européennes. Chaque pays en fonction de son histoire et de son poids politique et économique dispose d’un certain nombre de députés. Florent Saint Martin rappelle que le Parlement ne connaît ni majorité, ni opposition, une originalité pour nous Français. On cherche avant tout un compromis autour d’un texte, explique-t-il. « On ne coule pas un texte comme en France ! ». L’objectif est de faire des concessions pour aller l’un vers l’autre. Jean-Claude Thomas ne dit pas autre chose quand il affirme : « Ici, on fabrique du compromis pour assumer la diversité des nations et des partis politiques ».


Au Parlement, les députés se réunissent par groupe politique et non par nationalité, ce qui n’était pas gagné d’avance précise l’assistant parlementaire de Bernard Le Hideux.  Il existe 8 groupes :

 

Le PPE (Parti Populaire Européen), qui compte 288 députés, allant de Berlusconi à l’UMP en passant par la CDU. Un grand écart qui explique pourquoi l’UMP est selon le baromètre européen le plus à gauche des partis conservateurs !


Le PSE (Parti Socialiste Européen),
qui compte 215 députés, allant du PS au New Labour, ou du SPD allemand à une partie du Parti Démocrate italien.


Le PDE (Parti Démocrate Européen)
qui fait partie de l’ALDE (Alliance des Libéraux et des Démocrates pour l’Europe), qui compte 100 députés. Ce nombre suffit à rendre incontournable l’ADLE dès lors que le PPE et le PSE ne s’accordent pas autour d’un texte. L’ADLE fait alors à lui seul pencher la balance.

 Les autres groupes sont plus restreints puisqu’ils comptent moins de 50 députés :


L’UEN (Union Européenne des Nations),
qui compte 44 députés souverainistes, dont 60% de Polonais.


Le PVE (Parti Vert Européen),
qui compte 42 députés.


Le GUE (Gauche unitaire européenne),
l’extrême gauche européenne, qui compte 41 députés.


L’ID (Indépendance et Démocratie),
qui compte 24 députés eurosceptiques dont Philippe De Villiers.


Enfin, un groupe de 28 députés se rassemblent dans un groupe appelé « Non inscrits », ce qui leur permettent de bénéficier des moyens matériels et logistiques dont bénéficie chaque groupe. C’est ici que l’on retrouve le binôme Le Pen (père et fille).


Notons que l’extrême droite européenne a déjà eu un groupe, l’ITS (Indépendance, tradition et Souveraineté) ; mais faute de tensions et d’incompatibilité, il fut dissout...

Pour fonder un groupe au Parlement il faut un minimum de députés et au moins 9 nations différentes.



Le travail du Parlementaire tend à s’accentuer ces dernières années. « Mandat chronophage » lâche même Florent Saint Martin. Voilà pourquoi le cumul des mandats tend à se raréfier. Malgré tout, les situations sont différentes suivant les pays, comme le rappelait Jean-Claude Thomas puisqu’en Allemagne les Députés sont à plein temps, contrairement à leurs homologues français.
A ce titre, l’assistant parlementaire et Jean-Luc Bennahmias nous mettent en garde sur la publication des classements sur l’assiduité des députés, dont raffolent les journalistes, qualifiés de « débiles » par nos interlocuteurs.


En effet, ils rappellent que ce n’est parce qu’il n’est pas en séance plénière que le député ne fait rien, n’en atteste la présence ce jour même de Jean-Luc Bennahmias pour faire la pédagogie de l’Europe, ou encore les missions confiées à l’International à Michel Rocard qui à l’autre bout du monde peut difficilement émarger dans l’hémicycle…


Pour Jean-Luc, être Parlementaire à Bruxelles c’est avoir la certitude d’être « quelqu’un » : « N’importe quel petit Parlementaire peut proposer quelque chose ». D’ailleurs, même s’il n’oublie pas le rôle si symbolique et important de nos trois députés à l’Assemblée Nationale, il n’hésite pas à affirmer : « je n’aspire pas à être un députés national », et devenir ainsi un « pantin inaudible ».

 

L’emploi du temps d’un Parlementaire diffère selon que l’on est fonctionnaire et donc garant de rappeler les grands principes, ou Parlementaire et agissant avec pragmatisme :


Ainsi, Jean-Claude Thomas nous donne ce découpage pour 4 semaines :

- Les 2ères pour les réunions parlementaires  
- la 3ème avec le groupe politique qui arbitre

- La 4ème à Strasbourg pour voter

 

Jean-Luc Bennahmias, même s’il reconnaît la lourde tâche qui lui incombe relativise quelque peu :

- 2 jours par semaine à Bruxelles pendant 3 semaines
- 3 jours la dernière semaine à Strasbourg


Soit une dizaine de jours par mois, 15 quand on est responsable d’un groupe.

Enfin concernant les rémunérations, un paradoxe subsistait : les gouvernements nationaux rémunéraient leurs députés élus, afin de garantir une équité entre les députés nationaux et les députés européens (pour éviter la fuite de certains politiques avides…). Mais les inégalités étaient trop flagrantes : un député hongrois gagnaient 800 euros par mois, contre 11500 pour son homologue italien… L’Europe a tranché : à compter de 2009, les Députés toucheront une somme égale de 5600 euros payée l’Europe elle-même. La somme que touchait approximativement un Député Européen français avant cette réforme. 

Partager cet article
Repost0
23 février 2009 1 23 /02 /février /2009 15:34

A quatre mois des Européennes, le Mouvement Démocrate sait mieux que quiconque que la pédagogie de l’Europe est nécessaire pour nos concitoyens qui la regarde comme une hydre empêcheuse de tourner en rond, légende alimentée à grands coups de déclarations par les eurosceptiques ô combien présents au PS et à l’UMP.

Afin de tordre le coup à certaines idées, je vais régulièrement alimenter ce blog de quelques éclairages sur le fonctionnement de l’Europe, avec un éclairage particulier sur chacune de nos Institutions ou des débats échangés à Bruxelles. Comme je vous l’avais dit, j’ai eu la chance d’aller à Bruxelles au mois d’octobre voir Jean-Paul Gauzès (PPE – UMP) … avant de renouveler l’expérience mercredi dernier avec les militants de la métropole lilloise pour y rencontrer notamment Jean-Luc Bennahmias. Mes éclairages seront donc le fruit de ces différentes rencontres et n’aspirent qu’à connaître l’Europe, cet « OVNI institutionnel » comme se plaisait à l’appeler Jacques Delors…


Nos intervenants (Merci à eux !)


Jean-Claude Thomas,
fonctionnaire au Parlement.


Florent Saint-Martin,
assistant parlementaire de Bernard Le Hideux, et occupant par ailleurs la fonction de Président du Mouvement Démocrate de la Fédération de de Seine Maritime (de la région Haute-Normandie, région avec laquelle le Nord est rattachée pour les prochaines Européennes).


Jean-Luc Bennahmias,
Vice-Président du Mouvement Démocrate, et Eurodéputé sortant… et repartant pour le Sud-Est.

Partager cet article
Repost0
22 février 2009 7 22 /02 /février /2009 20:14

A moins que vous n’ayez été à l’autre bout du monde cette semaine, vous savez à présent que si vous n’avez pas de Rolex à 50 ans, vous avez raté votre vie.

 


Sarkozy voulait réhabiliter l’argent. Opération réussie. Cette vision made in USA est la plus écœurante qu’il soit. Dis moi combien tu gagnes, je te dirais si tu es heureux !

Mais quelle putréfaction ! Cette vision de la société est une hydre purulente, qui nous a conduit droit dans le mur. Car non, Monsieur Séguéla, non Monsieur Sarkozy, l’argent n’est pas la baromètre du bonheur. Aimer, sourire, être en bonne santé, c’est le signe que l’on a réussi sa vie…

La seule information à retenir c’est que Séguéla sait mieux que quiconque faire la pédagogie de la vision de la société selon NS. A cynique, cynique et demi…  

Partager cet article
Repost0
20 février 2009 5 20 /02 /février /2009 21:11

Quel bonheur ce mercredi à Bruxelles !

Un compte-rendu à venir !

Mais d'ores et déjà Merci Jean-Luc...

Le compte-rendu arrivera dès demain ! Mais un petit avant-goût pour tous les lecteurs. Et bonnes vacances à ceux qui comme moi vont pouvoir souffler 15 jours !


Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche