Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 21:41

François Bayrou n’est pas seulement l’homme qui veut révolutionner la politique française. Ou plutôt redonner une éthique à ce que le Congrès de Reims a définitivement sclérosé tout le long de week-end.

Ses combats sont écoutés, respectés et soutenus.

Mais il est une de ses qualités qu’il ne faudrait nullement négliger : celles qui font de lui un vrai boxeur verbal. Ne craignant aucune instance inattaquable sans pour autant faire fi des bienséances, il est un débatteur hors pair. On se souvient des débats au sein de Marianne dans l’entre-deux tours de la Présidentielle qui craignait que François Bayrou n’écrasât Ségolène Royal tant « il ne laisse rien passer »…

Dix-huit mois après cette révélation, deux ans après son coup de gueule face à Claire Chazal, le Béarnais était à l’œuvre ce soir sur LCI, l’antre même du médias compromis, qui s’assoit comme l’on s’assied sur des toilettes sur la séparation des pouvoirs, là où chaque seconde qui s’égraine laisse apparaître le cours de la bourse… en haut… à droite. Forcément à droite.

Question donc d’Eric Rewel, le « Monsieur » Economie de LCI depuis plus de dix ans. Un meuble en somme.

L’ironie facile, même indétectable pour certains auditeurs ne passe pas .


Rewel est dans les cordes et François Bayrou est redoutable : 1 - 0
Rewel retente un tacle…

 
Raté !
Remarquez avec quelle verve, François rebondit sur la nouvelle offensive tout en rappelant au passage le piètre cas qu’accordait Nicolas Sarkozy aux langues anciennes dont l’apprentissage ne devait pas être selon le futur président payés par le contribuable… Culture Star’ac’ oblige… Sous-culture Sarkozienne dénoncée ici… Apathie ne peut s’empêcher d’en rire… 2-0

L’on entend déjà au loin les détracteurs… Ceux qui pensent qu’il démarre au quart de tour. Qu’il en fait de trop... Qu'il se pose en victime... raté ! Décidément il était en forme François  ! 



Très en forme !

 


  

3-0 : Victoire par KO.

Eh oui. Il a raison le Président du Mouvement Démocrate d’apprécier à sa juste mesure les micros qui continuent de se tendre vers lui. Et c’est bien normal. Ils compensent la faible et injuste représentativité de notre Mouvement à l’Assemblée Nationale. Car 7 millions de personnes, ça n’est pas rien tout de même.

Avec humilité et reconnaissance, qui plus est. Même à LCI.

Et pendant ce temps là à Reims... Le sang coule à flots ! Santé !

Dernière minute du 17 novembre : Eric Revel s'est montré choqué par mon irrespectueuse définition de la ligne éditoriale de LCI...
Je confirme mon analyse et signe à nouveau. En effet, LCI n'est pas respectueuse de la séparation des pouvoirs. CQFD.

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 22:38

Les élections européennes sont dans quelques mois et pourtant l'Europe n’a jamais été aussi éloignée des débats. Tout le monde s’affole autour de la Crise financière.
Personne ne remarque que sans l’Europe, nous aurions risqué de connaître le destin de l’Argentine au début des années 2000. Seul, aucune survie possible.
Mais pour le citoyen lambda, l’Europe reste cette grosse machine qui empêche de tourner en rond. Ce mastodonte que l’on ne dompte jamais. Qui empêche les bonnes idées comme la réduction de la TVA sur la restauration.

Entre Bruxelles qui  gère mal sa communication, les lobbys anti-européens qui se sont invités dans l’hémicycle, les camelots de la misère qui avec forfanterie excellent dans l’art de la désinformation, les journalistes qui n’assument pas la charge pédagogique que leur déontologie impose, L’Europe jouit d’une mauvaise réputation, qu’elle ne mérite aucunement. 

Sur ce blog, je rappelais il ya quelques jours à quel point l’Europe avait été prépondérante dans la modération des prix des communications internationales sur le portable, tout en laissant le bénéfice de cette sage et saine régulation aux Opérateurs trop fiers de voir leur contrainte se métamorphoser en geste commercial par la grâce de l’inefficacité de la com’ bruxelloise…

Cette semaine l’on a appris que les légumes biscornus ne seraient plus éradiqués des cycles de production. Autrement dit oubliée la vue de ces étales stéréotypées, de fruits et légumes calibrées, se ressemblant comme deux êtres clonés. Retour des légumes aux formes étranges, trop petits, trop gros, moins esthétiques, mais souvent regorgeant de goûts et de saveurs bien plus prononcées que dans les produits des ronds qui rentrent dans les ronds, les carrés dans les carrés.

Standardisation de notre nourriture qui dénature l’art culinaire. Et dire que c’est cette infâme Europe, sans âme, qui ne respecte pas les individualités au profit d’un néocapitalisme dénaturant (sic)… Il y a tout de même de quoi se poiler !

Alors je ne dis qu’une chose : Mesdames et Messieurs les producteurs, remerciez l’Europe. En sus de ses subventions, elles protègent à présent vos produits.

Il faudra s’en souvenir au moment de mettre le bulletin dans l’urne.

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 22:28

Le calendrier est facétieux et met en exergue deux affaires « homophobes » qui font débiter quantité d’octets sur le net : d’une part, le pourvoir en cassation de Vanneste qui lui donne raison face au jugement en première instance et l’appel qui l’avaient condamné pour propos homophobes  (« l’homosexualité est inférieure à l’hétérosexualité en ce sens que l’humanité serait en danger si elle se généralisait… ») ; d’autre part la fausse question candide de Gérard Longuet qui s’étonne béatement que l’on présente l’homosexualité comme une sexualité possible à l’école alors que l’on condamne fermement la pédophilie… Comparaison n’est pas raison… Loin s’en faut.

La question n’est pas de remettre en question la décision de justice concernant Vanneste. Et ce pour une raison simple : la séparation des pouvoirs. Au nom de la liberté d’expression, la Justice a estimé qu’elle pouvait laisser s’exprimer de telles opinions, que l’on soit en accord ou non. Dont acte.

La question, et l’on en revient à Longuet également, est de savoir comment les partis politiques peuvent-ils tolérer ce genre d’opinion « de comptoir », sur le fond disons-le tout net inacceptable pour de véritables Républicains, propre à ratisser large dans l’électorat, sans prendre de sanctions pour ne pas se mettre une partie des électeurs à dos. Car soyons clairs : la France est réac et conservatrice à souhait. Du fait de son vieillissement , de son embourgeoisement mal assumé, de ses doctes pas toujours compris à l’étranger. Et les politiques en fins stratèges prennent au pied-de-la-lettre la boutade de Timsit qui dans son dernier one-man-show rappelait qu’un récent sondage informait que 30 % des Français se déclarent « un peu raciste » et qu’il n’allait pas leur « taper dessus » par ce qu’il ne « pouvait pas se permettre de se priver de 30% de son public ».

Timsit a pour lui l’humour, le politique le cynisme qu’il nomme pragmatisme à l’envi. Car quel parti ose sanctionner les débordements de ses compères ? Lequel ?

l’UMP ? Elle refuse de sanctionner Vanneste et Longuet. Problème botté en touche. Pire : Sarkozy avait promis à des fins électoralistes de ne pas introniser Vanneste aux Législatives pendant la Présidentielles... avant de se rétracter sitôt élu. Vanneste avait menacé de déballer… Sarko avait cédé… Mais Sarko a échoué puisqu’au final ce fut une déroute pour le frondeur.

Le PS ? Que Nenni ! Qui n’a jamais entendu une insulte raciste de Georges Frêche, Président de la Région Languedoc Roussillon, des harkis sous-hommes, à cette équipe de France qui rassemble trop de black pour être française, en passant par le métro le plus long du monde à Montpellier qui commence à Montpellier justement pour finir à Ouarzazate… Oui mais voilà Frêche a menacé de tout déballer…

Pas de courage dans les partis politiques. Chacun semble avoir quelque chose à se reprocher alimentant les vieilles cendres poujadistes de l’esprit franchouillard. Chacun, surtout craint pour son siège et préfère caresser l’électeur dans le sens du poil…

Ecœurant. Alors la justice peut bien faire ce qu’elle veut. Nous restons vigilants mais nous n’avons pas à juger. Mais que les partis politiques fassent une saine remise en question. Car ils sont CLAIREMENT au cœur de la cible. Et le Mouvement Démocrate s’apprête à tirer…

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 22:16

C’est l’histoire d’une fausse bonne idée. C’est l’histoire en fait de bon nombre idées issues du gouvernement depuis 18 mois.

L’effet d’annonce comme à son habitude est rutilant à souhait, soigneusement drapé, du plus beau tissu pour occulter un produit assez douteux :
« Rattrapage de pouvoir d'achat pour 130.000 fonctionnaires ».


Que peut-on avoir à redire à cela ? Qui est contre le pouvoir d’achat ? Vous trouvez que c’est une mesure pour les riches de revaloriser le pouvoir d’achat des fonctionnaires ? Vous croyez que c’est une politique de droite de leur donner plus d’argent ? Bref la rhétorique Sarkozienne a préparé ses cartouches avant même d’avoir trouvé son idée de génie.

Sauf que… sauf que…

Qui sont les heureux élus ? les fonctionnaires ayant eu sur la période 2003-2007 une augmentation de leur traitement inférieure à l'inflation, qui a totalisé 6,8% d'inflation sur ces cinq années… Trop généreuse annonce qui fut rectifiée à 5%

Prenons le cas de l’Education Nationale.

Quels sont les effectifs qui n’ont pas bénéficié de cette hausse ? Sachant que le salaire de base est en fonction des échelons qui sont atteints par l’ancienneté, progression accélérée plus ou moins rapidement par une inspection réussie, les seuls qui ne peuvent avoir eu une augmentation de 5% sur 5 ans sont ceux… qui sont au bout de l’échelle de l’échelon ; C’est-à-dire ceux qui touchent déjà le paye maximum (2400 euros net sans les primes ; en étant prof principal, un prof à l’échelon 10 peut donc gagner hors heures sup environ 2700 euros net par mois).

Donc en d’autres termes :

Les néo-profs ont déjà eu leur prime d’installation de 1500 euros prévue pour Noël.

Les mieux payés des profs qui sont au bout de l’échelon recevront eux leur 700 euros de prime à Noël.

Et quid des autres ? Mais les heures sup’ pardi ! Ces fameuses heures sup’ que l’on fait en accompagnement éducatif avec des parents volontaires mais des gamins nonchalants qui vous regardent le sourire béat et qui proclament qu’ils n’ont pas de devoirs à faire !

Pour la plus grande partie des profs, pas de prime, rien. Nada.

Encore une fois, on file un peu plus à ceux… qui en ont le plus. Ce n’est plus un leitmotiv. Cela devient une hygiène de vie…

Pour les profs qui ont plus d’un an de carrière et à qui il en reste au moins 7, il n’y aura pas de dinde à Noël ! Car quitte à être pris pour elle, autant ne pas être cannibale !

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 21:12

Yves Calvi avait décidé de s’intéresser au PS hier soir. Vaste sujet appuyé par un plateau relevé : Benoît Hamon, postulant au poste de Secrétaire du PS, le plus à gauche du parti,  Manuel Valls, soutien de Ségolène Royal, le plus à droite du parti comme l’indique son sobriquet « le Sarkozy de gauche », Jean-Luc Bennahmias, vice-président du Mouvement Démocrate, Jean-François Copé, porte-parole du Groupe UMP à l’Assemblée Nationale et Eric Besson l’ancien bras droit de la candidate à la Présidentielle du PS, et qui après avoir claqué la porte et rejoint au large du Styx, les rives Sarkozyennes fut récompensé puisqu’il est nommé Secrétaire d'État chargé de la prospective et de l'évaluation des politiques publiques, puis obtient la charge du développement de l'économie numérique à ses prérogatives. Cet ensemble n’était visiblement pas assez explosif et Calvi histoire d’épicer son plat de harissa pimenté, il y ajouta Michel Onfray.

Onfray… Poil à gratter ? Mouais ! Plutôt le genre de poil disgracieux qui nait le soir sur votre joue et que vous devez retirer. Rarement je n’ai vu autant d'arrogance de condescendance, chez une personne. Puant au possible, il justifie au nom de la philosophie des choix politiques nauséabonds... Choisir Besancenot, c’est faire preuve de bêtise… au sens intellectuel du terme. Avec en prime un Bayrou placé à droite de l’échiquier politique, lancé sur un ton péremptoire ! Mais pour qui vous prenez vous Monsieur Onfray ! Vous qui ressemblâtes à cet instant à une excroissance hideuse et purulente du monde médiatico-bobo-intellectuallo-gerbique… tout un programme.
Passons sur les erreurs de la prétendue et soi-disant intelligentsia parisienne

Place aux politique.

Premier constat, Valls et surtout Hamon tiennent à se démarquer du Mouvement Démocrate… avant d’emboiter le pas à Bennahmias quand il affronte avec courage Copé sur les ouvertures dominicales des commerces, tout en apportant la nuance concernant l’emploi étudiant… Et avec quelle verve ils s’emploient à étayer la thèse du Vice-Président Démocrate, sans atteindre du bout du doigt sa pertinence… Amnésie partielle. Le Mouvement Démocrate pense différemment, disiez-vous ? En fait il pense. Contrairement à vous. Belle nuance…

Le Second, l’unique qui intéressera : Hamon et son rapport avec l’extrême Besancenotiste. Taclé sur les rapports du futur leader du NPA avec  le terroriste Jean-Marc Rouillan, on eût le droit à l’éternel  refrain « ce qui nous intéresse ce sont les électeurs et non pas les idées ou les hommes ». On nous avait déjà fait le coup à droite il y a quelques années, au paroxysme du cynisme lors des Régionales de 1998 avec les alliances RPR-FN…  Au bout d'un moment il faut arrêter de nier les responsabilités de l'électeur : quand on met un bulletin Besancenot ou Le Pen dans l'urne, soit on est crétin retardé (auquel cas il n'y a rien à tirer d'eux), soit on est extrémiste et on assume.

Il faut rompre avec les danses du ventre des putes à voix !

C’est sévère comme jugement. Mais c’est à la hauteur de la vacuité qu’inspire la langue de bois de ces politiques qui décline la rhétorique à l’envi pour noyer le poisson. Je suis le traducteur. Ou votre bucheron. C’est à votre guise.

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 19:03

Le vote de jeudi soir qui avait provoqué une montagne de palabres a accouché d’une souris : on n’en sait pas beaucoup, plus sur les positions dominantes du parti socialiste. Et plus que jamais une culture d’égo s’est instituée dans un parti qui se fissure petit à petit. Pour François Bayrou, il n’y a finalement qu’un seul perdant, et pas de gagnant.

Il est vrai que le grand perdant reste Bertrand Delanoë qui au printemps dernier avait voulu ringardisé l’ancienne candidate à la présidentielle en lançant en pâture être « libéral et socialiste». Anticipant mal la faillite de notre système économique dans un mois d’octobre noir, sa boutade lui revint tel un boomerang et il y a fort à parier que dans les 19% de Benoît Hamon, bon nombre de voix ont quitté son escarcelle pour nourrir celle du député européen.

Alors pourquoi François Bayrou explique qu’il n’y a pas de vainqueur, quand Ségolène arrive en tête, presque à la surprise générale et que Benoît Hamon obtient un score impressionnant sur l’aile gauche du Parti ?

Tout simplement parce que Ségolène Royal n’a aucune réserve de voix. Le TSS (Tout sauf Ségolène) continue de battre son plein. La différence avec novembre c’est que les adhérents à 20 euros sont partis pour la plupart. De 62% d’approbation, elle est passée à 29%. D’où son idée la veille du scrutin de « rembourser » les adhésions de ceux qui n’auraient pas les moyens… Manœuvre démagogique qui montrait bien que Ségolène n’était plus en position de force avec la base qui l’avait portée sur la vague présidentielle.

Et cet isolement se calcule en une question, fondamentale, sur laquelle seule elle et Hamon ont parfaitement tranché :  celle du dialogue et d’une ouverture avec le Mouvement Démocrate. Ségolène s’y est montrée favorable depuis qu’elle a compris dans l’entre deux tours de la présidentielles que la France était ancrée à droite et que seul le PS ne pouvait plus parvenir à ses fins (elle était moins catégorique avant le premier tour…). Hamon, représentant la branche gauche, comme jadis Mélenchon (qui a enfin assumé ce que tout le monde savait de lui, à savoir qu’il n’était plus et depuis longtemps socialiste, mais bien communiste…), lui s’y est farouchement opposé considérant que Bayrou était un homme de droite (sic).

Pour Delanoë et Aubry, les choses sont différentes. Maires de deux grandes villes, ils ont dû composer avec pragmatisme sur la question. Quand Delanoë a regardé l’avance qu’il possédait au soir du 1er tour, il a tout d’un coup fermé l’ouverture qu’il s’était promise de faire quelques semaines auparavant. Aubry, elle, allait être tout aussi confortablement élue, mais a estimé que le Mouvement Démocrate de Lille s’inscrivait parfaitement dans l’opposition à la politique de Nicolas Sarkozy (de source sure, elle s’entend même davantage avec les membres du Mouvement Démocrate siégeant, qu’avec certains Verts ou autres communistes assis à ses côtés au conseil municipal…). Mais au niveau national, leur discours est plus ambigu, notamment celui de Aubry qui voulant ne froisser personne, tente de faire le grand écart entre Fabiusien et Strauss-Kahnien, irréconciliables depuis le Non à la Constitution européenne.

A défaut de clarification, les hésitations des uns valent davantage que les positions des autres, et il n’est guère surprenant de constater qu’Emmanuelli, porteur de la motion de Hamon, propose une alliance entre son poulain, Aubry et Delanoé (alliance qui propulserait à coups sûr Martine Aubry au poste de Secrétaire, hypothèse que je privilégie depuis juin… à suivre ;o)

Et au final, il y a bien plus perdant que Bertrand Delanoé. La fin du PS est en marche.

Car Ségolène Royal se voyant isolée ne prendra pas la tête du parti. Elle n’aurait souhaité être secrétaire du parti que s’il lui assurait d’être candidate pour 2012 (rappelons qu’elle demanda à ce que le futur candidat PS soit choisi dès… novembre 2007, au moment où sa notoriété était encore au zénith et où ses adhérents à 20 euros n’avaient pas déserté…). Elle préférera avancer Peillon ou Dray, plutôt que de connaître un échec en interne.
Mais plus que ces tergiversations d’égo, la vraie fracture vient d’être découverte : l’avenir du PS tient au fait de savoir s’il peut ou non travailler dans l’avenir avec le Mouvement Démocrate, ou à défaut dialoguer, sachant qu’il n ‘est plus majoritaire dans le pays et qu’à défaut le parti se borgne à échouer systématiquement aux échéances majeures, liées par le calendrier Jospin, que sont les Présidentielles et les Législatives.

Ceux qui refusent le dialogue enfonce progressivement le parti dans une disparition annoncée et progressive à la manière de Parti communiste. Avec en outre une rude concurrence que sera le NPA de Besancenot, dopé par une rhétorique implacable.

Ceux qui l’acceptent, comme Royal, ne sont de toutes façons pas majoritaires. Seulement 29%. C’est trop peu pour espérer rénover le PS.

Il n’y a pas de quoi se réjouir de l’échec d’un des partis qui aura tenu le haut du pavé depuis trois décennies passées. Mais il montre que l’ivresse du pouvoir et ses effluves diaboliques font des ravages. Les idées tel l’opium s’envole en fumée pour sentir le vertige du pouvoir… Une bien pathétique décadence, que nous aurions tôt fait de méditer, nous qui aspirons à rebâtir l’éthique politique.

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 19:02

A partir d’aujourd’hui, le site et le blog fonctionneront de pair.

Le site permettra alors de rejoindre les dossiers et d’accéder directement aux articles par thème. Il permettra aussi d’y mettre des informations sur le Mouvement Démocrate et d’y ouvrir des dossiers.

Bon surf ;o)

www.lesnouveauxdemocrates.fr

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 22:46

Le site des Nouveaux démocrates est ouvert.

D’ici quelques heures, tous les articles ici compilés seront à disposition, classés par rubrique (si, si !!!).

A vous de cliquer :o)

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 20:10

Ca y est. Le nom de domaine est réservé !

http://www.lesnouveauxdemocrates.fr/

Dans l’attente de la « propagation » (les spécialistes apprécieront), qui doit durer plus ou moins 24 heures, le nouveau site est en construction.

Un aperçu de son design…


Et un premier article qui sera évidemment consacré à l’élection de Barack Obama.

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 00:23

En espérant la victoire promise à Obama, une grande nouvelle : le blog se transforme en un site ! Un vrai site... la suite dès demain !
Yes, I can !
I'm Snoopyves and I approve this message !

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche