Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juin 2008 1 23 /06 /juin /2008 22:18

Grande nouveauté : le Gouvernement a besoin de faire de la publicité pour faire valoir son action. Publicité au sens télévisuel du terme (à l’heure où l’on va sucrer la pub’ sur le service public, intègre-t-on celle-ci ou non ?) ! Un solgan censé être porteur : "Vous êtes impatients ? Nous aussi". Et le pouvoir d'achat d'être décliné sur images et paroles enchanteresses...

 

Vous n’avez pas dû les rater si vous étiez branchés sur le petit écran en prime time ce soir (mais ne vous inquiétez pas, le cas échéant, cela va gravement vous tomber dessus !)

 

Grande efficacité avec au choix répétitions, questions rhétoriques, Madame et Monsieur tout-le-monde… La grande Rhétorique Sarkozyenne est en marche !

 

Les campagnes américaines vous faisaient rire ? Trop caricaturales ? Garde ! "Vous êtes impatients" proclament-ils ? PAS NOUS !!!

La Médiasarko est plus que jamais en marche… Bientôt les publicités pour les scientologistes pollueront peut-être nos écrans…

 

PS : URGENT POUR LES LILLOIS = A l’appel de Marianne, rendez-vous républicain au Théâtre Sébastopol demain à 20h (entrée gratuite) avec Moscovici (PS), Bayrou et Kahn (MoDem… oui JFK, j’ose !!!)

Partager cet article
Repost0
22 juin 2008 7 22 /06 /juin /2008 18:36

Ce blog ouvert il y a maintenant plus de deux mois connaît son petit succès. Une vingtaine d’aficionados se connectent quotidiennement, et quelques sujets plus brûlants ou faisant un appel à contribution ont dépassé les 50 visiteurs par jour.

De là à imaginer à inspirer les plus grands...

Si je vous jure, regardez :

 




Bon,en plus grand pour les sceptiques :

 


Ca ne vous rappelle rien ? Mouais... Et ça se dit fidèle lecteur !!! :o)


 Des humanités pour l’humanité : l’utopie moderne…

Les copieurs !

Pour être sérieux, cela montre à quel point Marianne, seul hebdomadaire indépendant et d’opinion (les autres se contentant de faire la pédagogie de l’action gouvernementale suivant les desiderata de notre monarque de la République) porte les idées de ses lecteurs. A moins que ce ne soit les lecteurs qui ne soient grandement influencés par la plume sarcastique du magazine fondé par Jean-François Kahn…

Partager cet article
Repost0
20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 21:08

A l’heure où l’on apprend que les Universités d’été du Mouvement Démocrate (personnellement, je préférais l’appellation de l’année dernière : Forum des Démocrates) sont annoncées pour le week-end du 5 septembre, certains se sont émus dans le Nord, sachant que c’est le week-end de l’incontournable Braderie de Lille. Incontournable pour faire la pédagogie de nos discours, le partage de nos valeurs, et notre visibilité dans la cité et plus largement dans le département du Nord. Au détour d’un débat plusieurs problèmes sont ressurgis, parmi eux les questions relatives à l’utilité et  l’importance de l’Université d’Eté, et notamment pour ceux qui n’ont pas connu Seignosse qui jugent notre regard nostalgique, sclérosé dans un passé alors qu’il faut aller de l’avant.

Pour d’autre, le fait de ne pas avoir tenu compte au niveau national de l’importance d’un événement tels que la Braderie de Lille, événement majeur et ayant un retentissement national, s’offusque du procédé et dénonce un problème démocratique au sein de la prise de décision.

Mon regard sur la question :

Ceux qui ont connu Seignosse ont toujours dans le regard cette étincelle. Démocratie, soleil, fraternité. Tout apparaît acidulé, bien loin des débats houleux qui ont parsemé le chemin du Mouvement Démocrate depuis le début de l’année 2008. Alors, légitimement, l'on se pose cette question : Mais que s’est-il donc passé à Seignosse ? Les prémices d’une secte ? D'où vient cette nostalgie d'un moment que certains n'ont pas connu ? Y a-t-il de quoi en faire tout un remue-ménage ?

Rassurons tout le monde : Seignosse ne fut pas la rencontre nationale de la secte modemique, autour du Gourou Bayrou. Aucun missel ne fut distribué, tout juste un dépliant. Aucune hostie ne fut avalée, tout juste des repas dans une cafétéria. Aucun Pater Noster, ni Ave Maria, juste un peu de musique le dernier soir avec un flot ininterrompu de bière. Point de miracle pour en faire un lieu de pèlerinage si ce n'est la sauvée des Eaux du Petit Régis, militant de Hem, par le David Haseloff français.

Il n'y a pas de nostalgie au sens cultuel, ni même Woodstockienne. Seignosse, c'est l'acte fondateur du Mouvement Démocrate. Le Vrai. Le 25 avril Bayrou annonçait le nom, le 1er décembre les cadres juridiques. Mais les valeurs, l'éthique, tout ce qui en somme nous rassemble a été discuté, travaillé, débattu à Seignosse, avec toutes les contributions de ceux qui n'ont pas pu faire le déplacement, avec un esprit nouveau qui faisait fi de la règle de lecture Droite / Gauche. Et les militants n'étaient pas des élus ; en tous cas pas seulement. C'étaient des étudiants, des néophytes en politiques, des mères de famille, des chefs d'entreprise, des artisans, des ouvriers...

Voilà pourquoi l'esprit de Seignosse a cette importance : c'est l'esprit du Mouvement Démocrate qui s'est alors mis en marche. Et cet esprit disparaîtra le jour où le Mouvement Démocrate ne rassemblera plus autour de ses valeurs.
Et tout le problème est là : l’on n’imagine pas comment il peut être difficile de proposer une nouvelle voie, un nouveau discours, dans un champ politique qui lui est sclérosé. Chacun doit comprendre que les valeurs sont toujours là mais qu'elles ne peuvent du jour au lendemain être considérées pour acquises. Pas si vite. C'est une vigilance permanente. Certains anciens ont feinté de jouer le jeu pour assurer leur siège, et les nouveaux ont cru voir dans le Mouvement Démocrate une démocratie "à la manière des Verts", ce qui a montré les limites du mot démocratie au sein d'un parti politique.

Etre dans l'idéal de la démocratie n'empêche pas non plus d'être pragmatique. Ca peut parfois choquer. Mais nuancer et s’adapter sans pour autant faire fi des valeurs de base n'est pas renier.

Acceptons que le Mouvement Démocrate soit cet adolescent, encore hideux à voir, avec des boutons, des cheveux gras et un appareil dentaire. La maturité viendra en son temps. Cela ne veut pas dire qu'il faut attendre que le temps passe, en criant au scandale au moindre... bouton qui éclate (je file ma métaphore :o). Il faut contraire œuvrer, œuvrer et encore œuvrer.

Partager cet article
Repost0
18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 17:46

Tous les coups sont permis ; et Nicolas Sarkozy le sait mieux que n’importe qui. En bon prince, il a tenu personnellement à remercier TF1 pour sa campagne d’une efficacité redoutable lors de la dernière présidentielle. Aussi quand le 8 janvier, il annonce dans ses vœux, sans en avoir touché mot à qui que ce soit, que la publicité disparaîtrait des chaînes du service public, personne n’est dupe.
Non, Sarkozy ne tente pas de moraliser les dérapages, notamment ceux de France 2, dont la course à l’audimat et au contrat publicitaire a produit ce qu’il y a de pire sur le Paf : Marc-Olivier Fogiel, Jean-Luc Delarue, Evelyne Thomas, et j’en passe…

Non, Sarkozy ne tente pas de faire des chaînes du service public une véritable exception culturelle. D’ailleurs n’a-t-il pas exprimé récemment devant les journalistes de Marianne qu’il accueillait en son palais, son rêve de voir une presse moins portée sur la critique mais davantage sur la pédagogie de l’action du gouvernement. Berlusconi Sarkozy ou la fin du quatrième pouvoir.

Non Sarkozy n’a pas agi au nom d’une éthique du service publique. Trois fois NON.

Non content de vouloir arroser comme il se doit ses amis, qui se frottent les mains à l’idée de voir la manne des contrats publicitaires, derniers oripeaux des chaînes publiques, qu’ils pourront se disputer d’ici 2012, Sarkozy a semble-t-il envie rendre plus docile un service public, qui s’est toujours positionné à gauche (malgré les Pujadas et les Chabot, tendancieux  durant la Présidentielle).

La preuve : n’a-t-il pas préféré faire l’annonce de la suppression de la publicité sous la forme d’un coup de tonnerre plutôt que d’avoir imaginé au préalable les moyens de financer la disparition de la publicité ? La finalité était avant tout le cours de l’action de TF1. Le reste se résoudrait de lui-même semblait-il penser. Rien d’étonnant dès lors à ce que la Commission Coppé s’avère être un cheval de Troie des plus ridicules, qui brasse du vent, et dont le seul but est de contester vivement la possibilité d’augmenter la redevance télé coûte que coûte, seule proposition qui puisse pourtant compenser un tant soit peu la perte de rentrées publicitaires. Fi de l’argument selon lequel la redevance est, en France, une des plus faibles d’Europe, pour un choix très large de chaînes. Pourquoi ? Car il ne faudrait pas échauder celui à qui il a promis du pouvoir d’achat. Histoire que l’on ne puisse croire qu’il augmenterait les taxes… Ca c’est l’argument contre la Gauche. Pas touche. Chasse gardée.

Alors que restera-t-il du service public en 2012 ? Un immense porte-parole gouvernemental pour assurer la réélection du Président ? Sur le thème, nul doute que la concurrence sera plus forte que jamais avec TF1…

Partager cet article
Repost0
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 22:11

Sur M6 ! Si si je vous assure ! Et en direct en outre !

Elle est signée François Hollande (re-Si : c'est pas une blague ! Dur à croire mais faites moi confiance).

L'objet du délit :
« Là y a des bons joueurs, mais y a pas de groupe. Y’a des bons joueurs, des générations différentes mais y’a pas de groupes »

Amer constat d'un Secrétaire génréral sur le départ ?


Je vous rassure, il parlait bien de l’équipe de France de Football ce soir sur M6 dans 100% euro, à l’issue de la piteuse performance de l’équipe de France, qui soit dit-en passant, a investi un hotel entier en Suisse à 4000 euros la suite pendant l’ensemble de sa non-compétition (faudrait-il demander aux Fédérations de rembourser les deniers publics généreusement distribués à des sportifs qui ne sont pas à la hauteur ? Quand on vise haut, l’on assume… y compris financièrement. Quitte à redistribuer aux sports méritants, rapportant médailles sur médailles et vivant d’amour et d’eau fraiche comme le judo, l’escrime ou bien encore l’aviron…)


Mais revenons à l’événement du jour :

1. Hollande prépare sa reconversion et sa participation à une émission d’analyse footbalistique sur M6 proouve que c’est bien lui qui remplacera Thierry Roland.


2. Rappel : « Là y a des bons joueurs, mais y a pas de groupe. Y’a des bons joueurs, des générations différentes mais y’a pas de groupes »

Quand Hollande parle du foot, parle-t-il du PS ? Avouez que c’est tentant non ? Mais il est bien connu que l’analyse de Hollande a toujours été de qualité. C’est plutôt le charisme, le manque de décision, et de cohésion autour de lui qui ont manqué. Domenech serait donc le fils spirituel de Hollande. Allez savoir !

PS (sic) : 23h24 "On ne peut pas gagner sur la défense"... Alors François, les idées du PS, tu les sors quand ?

Partager cet article
Repost0
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 23:43
Bon pas de news mais je suis over-booké par le tennis... désolé ! Pourtant, mon Word regorge d'idées de posts... Notamment suite à l'annonce des six vice-présidents du Mouvement Démocrate... Ou de la fameuse question : Pourquoi Corinne Lepage n'est elle pas à la coordination, elle-aussi ?
Encore une fois, Corinnne est une perle... Que l'on sache la mettre en exergue comme il se doit...
Partager cet article
Repost0
14 juin 2008 6 14 /06 /juin /2008 21:27

Loin de moi de vouloir faire le réac.

Loin de moi de vouloir soutenir Nadine Morano (Loin, loin, loin).

Loin de moi de vouloir faire mon prof.

Loin de moi de vouloir faire des élus des élites coupées du peuple.

Loin de moi de vouloir faire morale sur morale.

Enfin, Loin de moi de vouloir radoter la même rengaine…

Mais enfin ! Lisez ces propos de Fadela Amara :

« J'ai obtenu ce que je voulais. Ca n'a pas toujours été facile parce que les ministres ont chacun leur priorité et des budgets pas extensibles, mais je suis une chieuse, je les ai tannés ».

Lienhttp://fr.news.yahoo.com/ap/20080614/tfr-banlieues-plan-amara-56633fe.html

Comment peut-on à ce point galvauder la belle langue quand on est Secrétaire d’Etat ?

Comment peut-on accepter que nos plus hauts Responsables ne soient pas les dignes représentants de la belle langue ?

Au nom de quelle démagogie apprécie-t-on l’inopportunément dénommé « franc parler » de nos politiques quand ils pratiquent un langage qui n’a rien de « Franc » (au sens étymologique, cela va sans dire) ?

Et après, nous allons enseigner à nos élèves cette langue, dont ils nous disent qu’elle ne veut rien dire (sic !) !

J’en reste sur mon séant (traduction pour Fadela : chuis sur le cul !!!!!!) !

PS : Encore une fois, réduire la banlieue à un langage caricatural, à une culture minimaliste, avec des couleurs de gauche, c’est faire fi de la mixité et accepter de facto la fracture sociale… Quelle belle image de la France... (Et ma réflexion n'est nullement une référence ou un quelconque hommage à Madame de Fontenay... on est sérieux ici :o)))

Partager cet article
Repost0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 19:58

A l’heure où l’Irlande vient de rejeter à plus de 53% la version simplifiée du traité de Lisbonne, l’Europe entre dans une nouvelle crise. Après les NON de la France et des Pays-Bas en 2005, l’on croyait, Nicolas Sarkozy en tête, être sorti de l’ornière. Il n’en est rien.
Les analystes avancent les justifiactions les plus fumeuses, n’hésitant à souligner l’ingratitude d’un pays qui sans l’Europe, ne serait pas aujourd’hui une des économie les plus florissante de la zone Euro. L’on avance aussi un gouvernement en difficulté contre lequel les Irlandais auraient opéré un vote sanction, comme en France en 2005. L’histoire bégaye, mais les journalistes et autres politiques n’ont toujours rien compris. RIEN !

Comment peut-on croire que les Irlandais, comme les Français jadis, aient réglé leur compte avec leurs dirigeants sur le dossier Européén. Bayrou a toujours réfuté cette thèse, trop facile qui fait l’en outre l’économie d’une remise en question.

Pourtant, la réalité est bien là : Les Français, puis les Pays-Bas et enfin l’Irlande pour la version simplifiée ont bel et bien refusé le traité Européen, une décision prise en tout état de cause. Pourquoi ? PARCE QUE LES TRAITES EUROPEENS SONT INCOMPREHENSIBLES !

Avec quel mépris et quelle méprise on laisse juge des millions de citoyens qui prennent la peine de voter pour des représentants dans les divers Parlement, leur accordant la confiance nécessaire pour voter les lois qui leur paraissent les plus justes. Le citoyen lambda n’est ni juriste, ni économiste, encore moins diplomate. En accordant leur confiance à des députés, les citoyens délèguent leur pouvoir de décision pour les hautes affaires, celles qui ne sont pas de leurs compétences. Par là même, PROPOSER UN TRAITE EUROPEEN AU REFERENDUM RELEVE DE L’INCONSCIENCE, DE L’INCOMPETENCE, ET DE LA BETISE LA PLUS PROFONDE. Rien d’étonnant dès lors, que chaque claque mise par les référendums rejetant les traîtés aient été suivies de déroutes électorales. Mais il ne faudrait pas confondre la cause et la conséquence…

Partager cet article
Repost0
11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 18:34

Ce Gouvernement est culotté. Et même de plus en plus culotté. A force de faire avaler couleuvres sur couleuvres, sans susciter plus d’émois que quelques sourires ou remarques amères, il va finir par nous faire croire qu’il est plus efficace pour opérer tour de magie sur tour de magie que pour prendre des décisions utiles et productives.
Le nouveau porte-parole du Gouvernement excelle ces derniers jours dans la langue de bois et la justification des non-sens qui rythment la vie de Matignon et de l’Elysée. Mais cette fois-ci, il fait fort. Très fort. Evoquant et justifiant le budget de l’Elysée pour 2007, il a déclaré sans vergogne : « Il y a 8% d'augmentation des dépenses, mais pour 300% d'activité en plus ».

Quand on sait qu’en 2007, les 5 premiers mois étaient de la responsabilité de son prédécesseur, on s’attend à une note sacrément salée d’ici fin 2008.

A l’heure où la France compte 1200 milliards de dette publique cumulée et  plus de 50 milliards de déficit public annuel, à l’heure où Fillon ne cesse de dire que les caisses sont vides, à l’heure où Sarkozy lui-même confessait ne pas pouvoir faire plus pour faire progresser le pouvoir d’achat des Français en sachant qu’il n’y avait plus un sou, à l’heure aussi où malgré ses dénégations et ses promesses les plus excentriques, Madame Lagarde entreprend depuis plusieurs mois une véritable politique de rigueur, ruminant les cadeaux faits au plus fortunés dans le cadre dudit nommé « paquet fiscal » ou encore ces fameuses heures supplémentaires dont personne n’est au final satisfait, à l’heure où l’Education Nationale tente d’assainir son budget, on nous annonce que c’est normal que le budget de l’Etat progresse 2,5 fois plus vite que l’inflation, pourtant bien affolée ces derniers temps.

Mais pour qui prend-on les Français ? N’est-ce pas au sommet de l’Etat de montrer l’exemple ? Justifier cette augmentation par l’omniprésence du Président sur tous les terrains est une des justifications les plus fallacieuses qui n’aient jamais été entendues.

Ainsi nous dit-on que notre cher Président a usé et abusé des transports, notamment quand en déplacement, il écourtait ses séjours pour être sûr de voir son idylle italienne le soir même ?

Va-t-on nous prouver aussi par une démonstration des plus fumeuses que le don d’ubiquité de Sarkozy est nécessairement une preuve de son efficacité et de son caractère besogneux ?

En évoquant 300% d’activité en plus, va-t-on nous faire croire que le président actuel travaille trois fois plus que le précédent ?

Emmener Rachida Dat et Rama Yade à Londres était-il indispensable ? Car les voyages de Monsieur le Président offre l'opportunité à certains Ministres de changer d'air. Pour preuve, la pauvre Kosiusko Morizet que l'on avait "privé" de "voyage" au Japon suite à son couac. Pas de sortie scolaire. Problème : Y'a que le FSE*, qui en outre est endetté, qui paye ces fameuses sorties pédagogiques !

Les chiffres avancés par Chatel sont à mourir de rire :
-43% sur le vin, -40% sur les cadeaux et présents diplomatiques, -8% sur les traiteurs, -5% sur la garden party. Mais pourquoi voudriez-vous une augmentation des frais de bouche puisque le Président n’est pas à l’Elysée ? Si le Président se déplace trois fois plus, il devrait y avoir trois fois moins de dépenses pour ce qui est des dépenses du « château » (soit – 66% sur le vin, les traiteurs, n’est-il pas ?). A moins bien évidemment que la Reine d’Angleterre ne lui ait demandé une participation lors de son séjour à Windsor...
Et pendant que vous avez lu ces quelques lignes, plusieurs centaines de milliers d’euros ont encore accru notre déficit.

Madame Déficit, était le redoutable sobriquet qu’avaient attribué les Français à Marie-Antoinette. Gageons que nous avons trouvé son digne héritier…


* FSE : Foyer socio éducatif, qui au sein des collèges, contribue à aider les élèves en difficulté ou à financer des opérations exceptionnelles dont seuls les élèves doivent être les bénéficiaires.

Partager cet article
Repost0
9 juin 2008 1 09 /06 /juin /2008 21:43

Ce n’est qu’un projet de travail, un brouillon… Magnifique cheval de Troie de la Droite pour tester l’opinion et faire croire qu’au final on recule quand en réalité on a avancé de deux cases...

Dernier projet en date, contrôle internet : http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=818

A ce titre, je vous encourage à rejoindre et/ou écouter le gourpe « La Quadrature du Net » sur Facebook !

Comment cela ? un brouillon ? Un simple projet ? Cela ne vous rappelle-t-il rien ? Non, je ne parle même pas du gouvernement Sarkozy…

Le ministre avait d’ores et déjà mis en œuvre sa stratégie, il y a bien longtemps…

Retour sur mes pensées de l’époque à savoir 2003…

Les brouillons de Sarko… en 2003 ! Bouillons ! Brouillons… la société française !


La peur. Quinze jours durant, avec une ferveur populaire sans précédent le peuple français s’était levé, comme un seul homme, pour lutter contre celui que l’on voyait comme l’ennemi public numéro 1, celui pour qui le tout sécuritaire, le resserrement de l’état autour des couleurs nationalistes, et le liberté totale pour le patronnât de licencier à sa guise ou encore de fixer les salaires étaient le seul mot d’ordre. Alors oui, la France a eu peur 15 jours durant. Et le 5 mai 2002, tout le monde a soufflé. Mais le danger était-il pourtant là où on le croyait ? Rien n’est moins sûr. Car il y a fort à parier qu’il avait moins à craindre de cette poussée « technique » du front national – l’extrême droite n’a pas gagné de voix entre 1995 et 2002 et seule l’abstention a gonflé son pourcentage face à une gauche qui elle a perdu bon nombre de ses électeurs – que du plan ultra sécuritaire préparé par le nouveau gouvernement. Tout simplement, parce qu’il y avait peu de chance qu’au deuxième tour, Le Pen augmente son score, malgré les rumeurs alarmistes qui circulaient (ceci dit cela ne justifie en rien l’attitude très controversée d’Arlette Laguiller car quoi qu’elle en dise, il s’agissait d’un vote républicain, et non d’un deuxième tour des présidentielles) alors que les législatives ont donné les pleins pouvoirs au nouveau gouvernement, et ce pour au moins cinq années, cinq longues années sans élections, c’est-à-dire sans offrir la possibilité aux électeurs de remettre en question le pouvoir en place, sans alimenter un débat démocratique, puisque l’UMP détient la majorité absolue à l’assemblée et au Sénat.

 malentendu...

La peur à nouveau, donc car la France a ce qu’elle a demandé : une politique de droite. Là où il y a malentendu, c’est qu’en parlant de la « France d’en bas » ou encore en exhortant les Français de se réapproprier les couleurs nationales, ses valeurs et son drapeau, la droite a joué sur les mots. Et il fallait attendre « donnons un peu aux pauvres » (sous entendu donc donner beaucoup aux riches). De la même manière, les Français ne s’attendaient pas qu’en plus des couleurs nationales, l’UMP boulait s’approprier la flamme du front national… Ceux qui faisaient passer pour les défenseurs des valeurs nationales sont en train de dénaturer la république.

 La démagogie des promesses

Sur la question sociale tout d’abord, force est de constater que l’Histoire ne nous apprend rien. Ou plus précisément que nous n’apprenons rien de l’histoire : la baisse des impôts n’a jamais fait baisser le chômage et doper la croissance. La baisse des impôts a un nom : l’arme de la démagogie. Si seulement les Français avaient entendu ce discours porté par la gauche au lieu de s’intéresser aux impressions tantôt sympathiques, tantôt ennuyeuses de nos hommes politiques… Le résultat est édifiant : 5% de baisse d’impôts ont profité à ceux qui gagnaient le plus d’argent ; plus on gagne, plus la baisse est importante. La logique mathématique est actuellement la meilleure alliée de la droite. Que doivent alors penser les chômeurs qui ont voté pour l droite aux deux tours… La punition pour cette bêtise sera lourde et longue, cinq ans exactement.

 la pauvreté devient illégale !

Mais le gouvernement a trouvé un moyen encore plus efficace pour lutter contre la pauvreté : pour endiguer la pauvreté, rendons-la illégale ! Et c’est donc la question sécuritaire qui est alors posée. Car il s’agit là d’une dénaturation pure et simple de nos institutions : l’on craignait que Nicolas Sarkozy, l’ex fidèle compagnon de Balladur, l’homme des grands rendez-vous, l’homme aux dents longues diront certains, soit déçu de ne pas avoir été nommé premier ministre. Qu’à cela ne tienne : le ministère de l’intérieur est devenu ministère de la justice, de l’économie et du travail à la fois. Le plan sécuritaire prévoit tout : les prostituées, les gens du voyage, les mendiants, et bien évidemment le danger numéro un de la France, la jeunesse. Créer un délit de mendicité ! On croit rêver ! Et revenir des années en arrière ! Sans mendiants, les « Français seront plus en sécurité » semble penser Sarkozy, ce qui signifie : on ne verra plus les pauvres dans la rue, donc ils n’existeront plus !

L'UMP appliquant le programme du FN ?

Face à la colère qui monte, Raffarin et Sarkozy se veulent rassurants. Le Premier Ministre précise qu’il y a « simplement une réflexion gouvernementale pour préparer un texte qui sera présenté cet automne ». Sarkozy ne dit pas autre chose en dénonçant le projet évoqué par le Monde et précise qu’il ne s’agit vraisemblablement que d’un « texte dépassé », un texte de travail », ajoute-t-il. Cela change-t-il quelque chose ? Non, bien évidemment ! Ni Raffarin dans son style « paternalo-soporifique », ni le Ministre de l’intérieur, doté depuis plusieurs mois du don d’ubiquité et d’omniscience, ne démentent la pré-existence d’un tel projet, qui, même s’il n’a existé qu’en brouillon, est tout simplement « terrifiant » pour reprendre le qualificatif utilisé par La Ligue des Droits de l’homme, par la bouche de Michel Tubiana, son président, qui ajoute « A ce que je sais,Jacques Chirac n’a pas été élu pour appliquer la politique de Le Pen ». Rien que le fait d’avoir imaginé pouvoir pénaliser 2.000 euros les familles de délinquants, souvent de demandeuses d’aide et de soutien, tant psychologique, humain et financier, est une aberration, une pensée fascisante. 

Jouons aussi !

Cette dérive extrémiste est présente aussi dans les nouvelles possibilités de perquisitions et d’écoutes téléphoniques ou encore sur le report de la possibilité d’entretien avec un avocat dès la première heure de garde à vue. La droite riposte et s’offusque même en proclamant qu’ils sont à des années lumière du front national et de son programme écrit à l’encre noire du Styx. Alors faisons comme la droite et jouons sur les mots : si l’UMP n’est pas l’extrême droite, disons qu’elle est simplement de droite extrême. Ne vous en déplaise, Messieurs… 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche