Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 20:48

Médiapart nous fait le plaisir de mettre en ligne un entretien passionnant de François Bayrou très récent.

Liens et commentaires perso :

Son analyse des Municipales du MoDem :
Où François Bayrou reconnaît avec modestie ne pas avoir fait assez de pédagogie et de présence eu égard à son investissement à Pau dans l’entre-deux tours pour expliquer la position du Mouvement Démocrate (à savoir rassemblement autour de valeurs locales et non au nom des étiquettes). Il avoue qu’il avait pris goût à la campagne à Pau… Et l’on sent en filigrane une once de regret… mais qu’allait-il faire dans cette galère ? Pas de Pau !
Et le Béarnais de persister dans la stratégie de s’adpater en fonction des municipalités… Ce qui est en soi une réponse des plus brillantes aux journalistes les plus grincheux nous taxant d’opportunistes.
http://www.dailymotion.com/video/x5j5l5_bayrou-video-1_news

Quel bilan pour le MoDem après un an
« Un profond changement de culture » : parti de notable, d’élus, plus rural qu’urbains pour l'UDF face au Mouvement Démocrate et sa représentation urbaine. De la définition du nouveau parti par son créateur. Exégèse de la genèse en quelque sorte.
Citations "clef" : « C’est toujours plus difficile de changer le paysage que d’accepter le paysage comme il est »
« C’est la transition d’un ancien monde à un nouveau monde »
Entre autres car les sentences pertinentes s’enchainent avec une efficacité absolue : à vous de juger…
http://www.dailymotion.com/video/x5j57l_bayrou-video-2_news


La remise en cause de la stratégie électorale de François Bayrou

La fameuse danse du ventre des traîtres est ici évoquée… Sans amertume. Et qui montre en filigrane la tout puissance du Roi Soleil bruni…
Mais surtout, Bayrou rappelle ce qu’est le courage politique. Respect Monsieur.
http://www.dailymotion.com/video/x5j5rz_bayrou-video-3_news


La réforme des institutions dans le mauvais sens ?
Est –il bien normal de ne voir que 25 députés présents un mercredi à 18 heures, jour de présence maximale à l’Assemblée Nationale, alors que se discute la réforme des Institutions censées donner plus de pouvoir à l’assemblée ? Ecoeurant ! Reflexe primaire : les députés s’en foutent… Oui mais François nous explique la véritable raison… Vivement 2012…http://www.dailymotion.com/video/x5j9rw_bayrou-video-reforme-des-institutio_news

Partager cet article
Repost0
25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 19:23
Partager cet article
Repost0
24 mai 2008 6 24 /05 /mai /2008 20:42

Alors que cette journée aura certainement vu le 1000ème visiteur parcourir ces pages (en comptant par jour, un visiteur unique…), je ne me voyais pas ne rien proposer aux fidèles internautes, aux fidèles lecteurs du Mouvement Démocrate. Alors fatigue aidant, et contibuteurs étant au repos eux aussi, j’exhume de mes archives (si si un grenier caverneux, du genre film d’horreur qui fait peur, ou plutôt un sous sol de type Evil Dead… ouais flippant quoi !) un article. Et alors que je m’apprête à me lancer dans une reflexion prochaine (et surtout polémique) sur la religion, je vous propose de lire ce que j’avais écrit en 2006, quand les caricatures de Mahomet, publiées par Charlie Hebdo, tout droit venues du Danemark, avaient fait tant polémique… On se souvient à l’époque que François Bayrou avait été entendu au tribunal en tant que témoin, pour défendre Charlie et le droit de la presse… Ou de la virée de la cutie religieuse par François (c’est parti, j’entends déjà les avis dissonants poindre !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Vite place aux maux…)


L’islam n’a-t-il pas perdu toute crédibilité dans l’affaire des caricatures, qui secoue l’Europe et les pays Arabes depuis quelques semaines ? On est en droit de se poser cette question tant les réactions dans cette affaire paraissent démesurées. Mais il convient de prendre deux angles différents pour analyser la situation : celui du Moyen Orient et celui de l’Europe.


Une société univoque


Que les pays musulmans aient réagi avec véhémence n’a rien de surprenant. Sur des terres où l’Islam est une religion d’Etat et où la liberté d’expression se réduit à une simple exégèse du Coran, le contraire eût été surprenant. Mais cela n’excuse pas pour autant les propos et les actes qui ont suivi la publication de dessins aussi ratés qu’inoffensifs. Les dirigeants de ces Etats s’estiment choqués et insultés. Certes. Mais incendier des ambassades est-il la réponse adéquate ? Où se trouve alors la caricature ? Sur quelques bouts de papiers griffonnés ou dans les cendres des vestiges ? Sans occulter le fait, qu’un pays tout entier paye pour l’œuvre de douze caricaturistes, comme le rappelle Yves Simon, dans l’édition du 21 février de Charlie Hebdo : « on va comme un seul homme brûler des ambassades (…) en confondant allégrement des individus et leur territoire, des dessinateurs et leur nation ». La généralisation et l’ostracisme : n’est-ce pas là le signe distinctif d’un comportement raciste ? Quand on sait en outre que les opposants aux partis en place croupissent dans les prisons, quand ils ne sont pas purement et simplement assassinés, l’on comprendra mieux alors comment ces Etats s’accommodent de la liberté d’expression. En refusant le débat, le Moyen Orient ternit son image, et discrédite ses principes. Et Yves Simon de rappeler « Pas de critique, donc pas de liberté… »

 

 

                                             Des revendications opportunistes


Pour l’Europe, la donne est plus complexe. Les Musulmans sont pour la plupart complètement intégrés dans ce que l’on appelle le monde occidental, tant matériellement que civiquement. Ils savent tous que la loi de la République supplante la loi religieuse. Pour autant, ils n’en demeurent pas moins contradictoires dès qu’il est question d’Allah et de Mahomet. Comment expliquer que les caricatures ont provoqué une vague de protestations sans précédent, depuis les quartiers généraux des associations, jusque dans la rues, en passant par les écoles, alors qu’en septembre 2001, seules quelques timides désapprobations s’étaient faites entendre ? Dans les deux cas pourtant, l’image du prophète a été bafouée. Mais il semblerait qu’être sali par un crayon soit plus grave qu’être taché du sang de presque trois mille victimes. Chaque année des milliers de meurtres et d’attentats sont perpétrés au nom du prophète et de Allah. Voit-on pour autant des Musulmans défiler dans la rue ? S’ils ne sont pas en accord avec les extrémistes et leurs actes barbares, ne doivent-ils pas se sentir insultés par ces ignobles exactions ? La grande différence entre ces carnages et l’affaire des caricatures, c’est que ces dernières peuvent se gommer. Pas les crimes.


                                                                   Etre ou ne pas être


Car la religion musulmane se retrouve face à ses contradictions. Les Musulmans d’Europe reprochent souvent aux autres citoyens de faire un amalgame dangereux entre Musulmans et terroristes. Et l’on a longtemps cru que l’intolérance du vieux continent contribuait à ce quiproquo guère acceptable. Mais existerait-il un amalgame si l’Islam se désolidarisait systématiquement et frontalement des terroristes ? S’il est évidemment une hérésie de penser que la majorité des Musulmans sont extrémistes, est-il si stupide de croire que leur influence sur les pensées est loin d’être anecdotique ? Et les jeunes générations, en perte de repères et d’identité (mais évidemment, cela tient également de la responsabilité des états respectifs), sont certainement celles qui sont les plus faibles face aux discours fondamentalistes. Pour preuve, cette étrange tendance, en bas des cités ou dans les cours des collèges et des lycées, à s’approprier, au moins par la parole, le conflit israelo-palestinien, bien qu’étant à plusieurs milliers de kilomètres des lieux. Sans connaître les vrais acteurs de ce terrible drame, ni même connaître les origines historiques du problème. Pourquoi ? Tout simplement parce que la religion devient un étendard autour duquel ils trouvent une cohérence et sont reconnus. La plupart d’entre eux ne lisent pas le Coran, ne maîtrisent pas la langue arabe, si ce n’est quelques expressions utilisées au bled, et ignore ce qu’un prophète. De la même manière ils ne définissent pas un Juif comme celui qui pratique la religion juive mais comme celui qui a de l’argent et qui s’opposent à la liberté d’être Musulman. Tout tourne donc autour de l’identité du Musulman. C’est leur signe distinctif, le lien précieux qu’ils revendiquent ostensiblement. Le problème n’est pas alors d’être un bon religieux, mais de protéger par n’importe quel moyen l’image de l’Islam. Tout devient une question d’apparence et d’appartenance. C’est pourquoi, l’Islam désapprouve les activistes extrémistes, sans pour autant les combattre. Pourquoi ? Parce qu’ils sont eux aussi des Musulmans. On n’agit plus au nom d’Allah ou du prophète, mais au nom des Musulmans. Dès lors leur vision du monde devient manichéenne : il y a d’un côté les bons Musulmans pieux et de l’autre tous les non-croyants, qui sont coupables par nature puisque infidèles. Tout cela a un nom : la xénophobie. Une révolution religieuse et culturelle fondée sur un élan critique s’impose. Encore faut-il que, de leur côté, ils la sentent nécessaire...

Les deux premières caricatures sur le site : http://www.leplacide.com/ (avec l'aimable autorisation de l'auteur, qui m'a déjà fait l'honneur de publier une de ses brillantes caricatures...)

Partager cet article
Repost0
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 14:17

Au tour de Philippe Pary, autre militant émérite des D’jeuns Démocrates Lillois de prendre la plume, à propos de la motion déposée par François Bayrou sur les langues régionales. Ou de l’importance de la diversité culturelle au service d’une nation.


L'assemblée nationale a inscrit dans le projet de loi sur la réforme la Constitution une motion : "Les langues régionales appartiennent au patrimoine de la Nation"

http://afp.google.com/article/ALeqM5gGJvbkbZXXbchRRVO3lPlGHZpSNw

Un coup de tonnerre important. L'ordonnance de Villers-Cotterêts (1539, de François Ier ordonnant l'usage du Français comme unique langue administrative)  n'est pas remis en cause, rassurons-nous : La France ne deviendra pas Babel. C'est néanmoins à mes yeux une victoire majeure, obtenue à l'unanimité de la classe politique française dont évidement le mouvement démocrate.

Un peu d'histoire des langues en France ...


Tout d'abord il y eu Villers-Cotterêts, j'en ai parlé. Richelieu fonde en 1635 l'Académie française (plus ancienne de nos institutions) dans le but de veiller sur la langue française et d'en faire la promotion.
La République naissante  dans une volonté d'uniformisation (qui aboutit à la création du système métrique) enrichit et généralise l'usage du français sans pour autant chercher à imposer cette langue autrement qu'en langue véhiculaire.
La défaite en 1870 et la IIeme République vont changer tout ça. Lors de la guerre franco-prussienne les généraux français se méfient des minorités linguistiques (les soldats bretons sont parqués dans un camp de misère à Conlie car Gambetta se méfie d'eux). Jules Ferry va rendre l'école obligatoire avec une mission civilisatrice, une sorte de colonialisme intérieur. Le Français devient la langue de l'enseignement public (bien qu'à ma connaissance rien ne l'oblige : si vous êtes renseignés sur le sujet n'hésitez pas à me confirmer ou m'infirmer).
La seule exception arrivera avec les écoles Diwan crées en 1977. Ces écoles bretonnantes sont un exemple de réussite de l'enseignement en langue régionale : d'une seule école en 1977, les écoles Diwan totalisent maintenant près de 3000 élèves aujourd'hui.

En 1900, dans les flandres française, le flamand est la langue véhiculaire de plus de 300 000 français. Aujourd'hui ils ne sont plus que 20 000 locuteurs. En 1900 deux millions de personnes parlent breton. Ils ne sont plus que 200 000 aujourd'hui.
La loi Toubon (1994) vise à la protection du français contre les autres langues. Elle fait suite à une modification de la Constitution en 1992 stipulant que le français est la langue de la République. Une initiative louable, qui force à traduire les slogans en anglais et à
enrichir la langue française en néologisme. Cette loi vise à protéger le français du colonialisme culturel anglo-saxon mais ne protège pas les langues régionales du colonialisme culturel français. Pourquoi le français seul devait-il être défendu ?



C'est là que la prise de conscience commence. En 1999, le rapport Cerquiglini commandé par le ministère éducation nationale et le ministère de la culture parle des langues en France. Je vous recommande la lecture de ce très bon document qui invite à ne pas se focaliser sur les ressentis du passé pour se tourner vers l'avenir possible pour les langues régionales. Ce rapport reconnait 18 langues (ou groupes de langues) sur les départements français (j'y inclus les DOM, la majorité des DOM étant des territoires français depuis plus longtemps que les départements du Nord, de Savoie, ou du Haut et Bas Rhin) :
http://www.dglf.culture.gouv.fr/lang-reg/rapport_cerquiglini/langues-france.html

Et il y a eu le frémissement récent. L'Union Européenne reconnaît l'importance des langues régionales (dix millions de catalans ont le droit à leur reconnaissance...). Jean Lasalle chante en basque à l'Assemblée Nationale.

Mais pourquoi est-ce important de reconnaitre les langues régionales ?

Pourquoi diable se compliquer la vie alors que nous pourrions tous parler français ? Ou comme le disait benoîtement Claude Allègre : "la France a besoin de fabriquer des informaticiens parlant anglais et on va fabriquer des bergers parlant breton ou occitan" !
Merci M. Allègre, la réponse à votre inquiétude est dans votre question. Vous auriez pu réfléchir à plusieurs fois avant de sortir cette magnifique réflexion de pilier de comptoir.

Je ne m'attaquerai pas au berger qui parle breton et l'informaticien qui parle français.
L'informaticien ne peut-il pas parler breton
http://www.drouizig.org http://www.pointbzh.com)

…et le berger le français ? 
http://images.google.fr/images?hl=fr&q=Jos%C3%A9%20Bov%C3%A9&um=1&ie=UTF-8&sa=N&tab=wi)


Pourquoi parler français ? Pourquoi s'embêter de français d'allemand de chinois ou d'anglais ? Choisissons une langue internationale et parlons la tous. Prenons le temps de gommer les gouts locaux (même McDonald’s
® doit adapter sa gamme d'un pays à l'autre ! Seul le BigMac® ne varie pas) et uniformisons la planète !
Sus au français, langue compliquée et n'ayant jamais fait sa réforme de l'orthographe contrairement à l'allemand ou l'espagnol ! Parlons anglais ! Dès la maternelle plus un mot de français, et dans 70 ans nous ne conserverons de notre langue d'origine que nos prénoms, nos noms et quelques gros mots, comme pour les polonais arrivées dans les années 30 en France.

Protéger le français et protéger le flamand tient du même combat : celui de la diversité culturelle. Le droit de français de manger des Royal Cheese
® à la place de « Quarter pound® with cheese ». Le droit des Dunkerquois à chanter et se bousculer en bande pendant que les niçois se jettent des fleurs en suivant un cortège.

C'est le droit à être soi-même.

Ce n'est pas parce que je prononce le "t" de vingt, que le wagon est un "ouagon" et que je ne comprends qu'un mot sur deux dans l'accent Marseillais que je souhaite que ma région rejoigne la Wallonie. Ce n'est pas parce que le beffroi de Lille joue le petit quinquin à
chaque heure que je ne connais pas la Marseillaise :)
Les séparatismes modernes tiennent des rancoeurs historiques (écossais contre anglais) ou de raisons économiques (flamand contre wallon). La Suisse avec 4 langues (allemand, français, italien et romanche) est un état sans volontés indépendantistes.

La reconnaissance des langues régionales ne tient pas du séparatisme mais de la diversité culturelle.

Et il faudra, à mes yeux, aller plus loin : Redonner la possibilité à ces langues de vivre en autorisant l'enseignement de ces langues ou l'enseignement en ces langues, car nos langues ne doivent pas devenir des souvenirs poussiéreux, mais rester vivantes et évoluer. Chacune
des langues devrait bénéficier de sa loi Toubon et de son Académie française en quelque sorte ...

La République sera grandie quand cette reconnaissance sera définitivement inscrite dans la constitution.

Par Philippe Pary.

Partager cet article
Repost0
22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 19:33

Sarko, Fillon, Darcos, la grève… et pendant ce temps-là, de l’autre côté de l’Amérique, s’entretuent Barack et Hillary pour désigner le candidat le plus compétent pour défendre les valeurs démocrates. Un véritable massacre qui doit absolument cesser...

 1. Les spécialistes s’accordent à dire que sur les compétences, Hillary est largement plus compétente. Mais sur le plan du symbole, Un Américain noir à la présidence aurait encore plus de résonance qu’une femme. On le voit bien, les deux candidats sont complémentaires. Et à l’heure où l’ancienne First Lady est mathématiquement battue, d’autant qu’elle est beaucoup moins bien placée pour défendre les valeurs du Parti Démocrate face à McCain selon les sondages, pourquoi ne pas accepter de travailler « ensemble », avec un ticket gagnant entre le symbole et l’expérience, dût elle accepter de n’être que la vice-présidente… Il faut savoir mettre son ego de côté. Si Strauss Kahn avait accepté d’être l’homme d’idées, tout en acceptant de voir en Ségolène Royal le symbole, il n’est pas sûr que Sarkozy occuperait aujourd’hui l’Elyzée…

2. Les sommes dépensées pour cette lutte interne sont démentielles ! 20 millions de dollars de dettes rien que pour le clan Clinton. Des centaines de millions de dollars sont dilapidées en publicité et en propagande (oui car aux Etats-Unis, c’est bien la seule méthode qui puisse faire se déplacer les couches populaires) alors que la véritable campagne, celle contre les Républicains n’a même pas commencé ! Alors que des Birmans et des Chinois souffrent des affres de la Terre, que les révoltes contre la faim dans le Monde se multiplient, que des millions d’Américains survivent sous le seuil de pauvreté, ce gâchis est indécent.

3. La guéguerre interne est inévitablement contre-productive : Mc Cain compte les voix de ceux qui dans le clan Clinton refuseront coûte que coûte de voter Obama, quand la réciproque se vérifie.
Les Démocrate galvaude la démocratie… Et les valeurs dans tout cela ?

Le culte de la personnalité… Gangrène de la politique moderne. Fort Heureusement, en France nous sommes préservés de ce culte de la personnalité (siiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiic !!!!!!!!!!!!!!)

PS : Ceci dit, il est à noter que même si à présent l’alliance entre le symbole et les valeurs s’impose comme la solution la plus adaptée pour combattre les Républicains conservateurs, il est tout de même au final regrettable de voir que le symbole l’ait emporté sur les valeurs… Indéniablement…

Partager cet article
Repost0
21 mai 2008 3 21 /05 /mai /2008 18:17

Rejoignez-le groupe « Contre l'amalgame MoDem/ Nouveau Centre sur Yahoo ! » que j’ai crée ce jour.

En voici le programme :

Parce qu'il est inacceptable d'entendre inlassablement que François Bayrou est un homme de droite alors qu'il ne cesse de vouloir casser cette grille de lecture réducrice et passéiste, parce que les membres du Nouveau Centre ont décidé de s'allier SYSTEMATIQUEMENT à la Droite et JAMAIS à la Gauche estimant qu'une alliance d'étiquette était éthiquement plus responsable qu'une alliance de valeur, et parce que les journalistes et notamment Yahoo ! jouent sur l'ambiguité en amalgamant Nouveau Centre et MoDem sur ses pages politiques, Nous devons nous révolter et demander un effort de pédagagie et un Droit OPPOSABLE à une véritable information. Car mettre sur le même onglet les infos du Mouvement Démocrate et du Nouveau Centre sous l'étiquette "MODEM" est un engagement contraire à la déontologie du journaliste.

L’adresse :
http://www.facebook.com/group.php?gid=15503227638&ref=mf


Soyez nombreux à nous rejoindre !


Partager cet article
Repost0
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 19:42

L’on savait que Yahoo ! était loin de montrer sa neutralité. Bien à gauche, et surtout pas au Mouvement Démocrate. Mais là, il ne faut pas exagérer !

Jugez plutôt :



Alors que le Nouveau Centre s’inscrit clairement contre le Mouvement Démocrate, comment peut-on classer les informations les concernant dans la rubrique « MoDem ». Provocation ? Incompétence ? Non. C’est sans doute plus grave : c’est un engagement politique qui vise à nier les valeurs du Mouvement Démocrate en décrétant que NC et MoDem c’est bonnet blanc et blanc bonnet. La Déontologie journalistique prend un nouveau coup de canif. A ce rythme là, elle sera morte bien avant de la voir naître dans les plus sombres dictatures du monde.

Partager cet article
Repost0
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 20:34

En ces temps de disette, inspection oblige, mon ami démocrate Christopher, militant émérite de Lille, présent sur la liste de Jacques Richir lors des dernières municipales, se proposait de publier une reflexion sur ce qu’est être démocrate.

Non seulement, sa reflexion est pleine de pertinence. Mais en outre je tiens à faire un appel à tous ceux qui veulent participer à ce blog qui est avant tout un espace de dialogue : si vous voulez intervenir comme Christopher aujourd’hui ou comme Régis sur l’Education au Cameroun il y a quelques semaines, n’hésitez pas à le faire. Un mail et hop’ c’est en ligne. Et même si nos opinions divergent, un blog est fait pour discuter… Alors discutons.

Place à Christopher qui me relaye. Pensez bien à moi demain à 8 heures ;o)

 

Je suis tombé par hasard sur une discussion entre militants du Mouvement Démocrate sur le blog de l'un d'entre eux, et il était question de la dénomination « démocrate ». Ces personnes s 'interrogeaient sur la pertinence de ce terme, en affirmant que nous ne pouvions nous targuer d'être le seul parti démocrate de la scène politique sans apparaître comme injuste et prétentieux.

J'ai donc pris part au débat, en expliquant que pour moi le mot démocrate n'est pas prétentieux, il représente une conception de la politique.


Être Démocrate c'est chercher à impliquer au maximum les citoyens dans la vie publique, en cherchant à développer leur conscience et à leur responsabilité plutôt que chercher à obtenir leur voix par le biais de la démagogie ou du clientélisme.


Cela implique d'élever l'éducation au rang de grande priorité, et surtout en ce qui concerne son rôle d'apprendre à réfléchir et à juger par soi même des choses en toute conscience, d'élever la conscience des élèves (et de l'ensemble des citoyens).

Cela implique aussi de chercher à faire évoluer les institutions pour qu'elles portent davantage la voix du peuple,


- en le représentant mieux (proportionnelle, non cumul des mandats...),

- en l'impliquant davantage dans les choix qui sont fait (développement du dialogue entre le monde politique et les citoyens, valorisation des mouvements associatifs...),

- en respectant et en tenant compte des opinions minoritaires (la démocratie pour moi ce n'est pas par exemple s'asseoir sur les préoccupations de 47% de la population parce qu'ils sont minoritaires),
- en améliorant la séparation des pouvoirs, qui aujourd'hui pour une démocratie exemplaire  laisse quelque peu à désirer sur le plan judiciaire et médiatique notamment, mais aussi sur le plan législatif ou ou parlement qui représenterait mieux le peuple ne doit pas être réduit à une simple chambre d'enregistrement,

- en empêchant qu'un seul homme fût-il président puisse nommer lui même la plupart des dirigeants des organes de contrôle et de régulation et plus largement concentrer entre ses mains de trop grands pouvoirs.



Cela implique enfin une transparence totale dans les décisions qui sont prises, un discours de vérité qui fait appel à la responsabilité de chacun (dette, Europe, développement durable...)

Voilà en résumé ce que signifie pour moi, être démocrate.

Par Christopher.

Partager cet article
Repost0
18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 20:46

Désolé par de nouveaux posts ce week-end car je prépare mon inspection qui aura lieu le 20 mai ! La première après 7 ans d'exercice. Oui car l'évaluation des professeurs, comme vous pouvez le juger est bien rôdée, régulière et juste... De quoi alimenter très vite un prochain post dès demain.
Démocratiquement votre,
votre dévoué Snoopyves.


PS : avis aux Nordistes pour l'organisation de la journée de reflexion de Saint-André le 31 mai : venez participer en masse :o)

PS 2 : Oui le orange pour le subliminal...

Partager cet article
Repost0
16 mai 2008 5 16 /05 /mai /2008 19:43

A la lecture du JDD en ligne, qui faisait écho à quelques tensions durant le Conseil National du Mouvement Démocrate, très minoritaires ce jour-là, plutôt que de s’intéresser au contenu même de ce premier rassemblement qui concrétise le vœu de François Bayrou d’organiser un parti qui se construit et se pérennise par ses adhérents, Jacques Lucien Serna (conseiller municipal et membre du Conseil Départemental provisoire de l’Essonne) s'est exprimé par la plume (via facebook) pour témoigner de son exaspération de voir tant de bruits pour des exactions mineures et minoritaires :




Lien pour le JDD (qui ne mérite pourtant pas de publicité…) :
link 



Morceaux choisis de l’indignation de Jacques :

   

« Que nous ne soyons pas d'accord entre nous, c'est complètement normal et totalement acceptable: c'est même souhaitable, mais que certains "adhérents"nous affaiblissent en insultant publiquement, devant la presse, notre Mouvement et François Bayrou, c'est inadmissible. »

« Mettons-nous au travail et arrêtons de perdre notre temps avec eux.
En fait, sont-ils réellement des nôtres ?
Font-ils partie des manipulés ou des manipulateurs ?
Bernard Lehideux a bien résumé la situation: ils se sont exclus par eux-mêmes 
».



Dans cette affaire, il y a deux aspects bien différents.


Le premier
est fort justement repris par Jacques. Il est temps de rompre les liens avec les membres de l’entre-deux, ceux qui tour à tour espère encore obtenir des sièges stratégiques tout en lorgnant vers rue de la Boétie, et ceux, qui ne sont pas nécessairement d’anciens UDF, ni même élus, mais qui perdurent à polluer forums et réunions en contestant souvent les alliances de valeurs avec la gauche, et qui continuent de justifier leur piètre argumentaire avec une grille de lecture Droite/Gauche, se fondant uniquement (et contre la vision de François Bayrou) sur cette idéologie passéiste.

Et forcément, plus dangereux, les plus « médiatiques » d’entre eux, qui jouent avec la presse pour montrer une image désastreuse voire nocive du Mouvement Démocrate. Leurs noms sont bien connus : Arthuis et Mercier jadis ou encore Thierry Cornillet qui continue son jubilé avant de disparaître définitivement de la vie politique française, sitôt les prochaines Européennes passées (disparition qui ne fait aucun doute, car l’on ne peut qu’être qu’au bord du gouffre pour agir ainsi en pathétique trublion…).
Le problème, c’est que pour rendre visibles ces mauvais esprits, les ronchons qui aimaient jouer les croupions de l’UMP pour en tirer quelques sièges au mépris de leur valeur, il faut être deux : l’agitateur… et un micro.


Et c’est bien le deuxième aspect
qui prend une lourde responsabilité dans cette « surexposition » : la presse ! Avec quelle mauvaise foi la presse se joue-t-elle du Mouvement Démocrate ! Concernant le Nord, et tout particulièrement Lille, il n’y a qu’à voir avec quelle arrogance La Voix du Nord à fait ses choux gras durant des semaines d’un hérétique téléguidé par la Droite de la Capitale des Flandres qui tentait de contester la légitimité de Jacques Richir en sa qualité de candidat du parti (Vous remarquerez avec quelle habilité je tente de ne point prononcer son nom. D’une part, il ne mérite aucune nouvelle publicité ? D’autre part, j’ai peur que ce ne soit comme pour Candyman : si tu prononces cinq fois son nom, il apparaît en vrai !). Autre exemple, la presse alléchée par l’odeur de la polémique et mise en appétit par Daubresse, député maire de Lambersart qui avait insulté le Mouvement Démocrate dans l’entre-deux tours (En gros nous étions des traîtres et le Modem était « 
mort, bouilli et écrabouillé »), n’avait retenu d’une conférence de Jacques entouré de ses colistiers que sa non-réponse à cette perfide remarque (dans quelques jours nous aurons déjà oublié le moindre mot), au bout de 65 minutes d’intervention. Un bel esprit de synthèse… et de journalisme...

Lien, repris par le site de l’ESJ sur son blog de campagne : http://chroniquesdemars.blogspot.com/2008/03/jacques-richir-on-na-pas-besoin-de-la.html

Et ce ne sont là que des exemples régionaux. Car personne n’est dupe ; la Presse prétend ne pas comprendre la stratégie de Bayrou aux Municipales, à savoir, travailler au nom des mêmes valeurs semblent être de l’opportunisme quand elle justifie, valide et relaye sans états d'âme la stratégie les deux partis hégémoniques qui travaillent et fusionnent au nom des mêmes étiquettes. Les Valeurs seraient moins dignes que les étiquettes ! Allez comprendre !

 

Le JDD, comme les autres, participent à ce brouillage des lignes directrices du Mouvement Démocrate. Sont-ce là des pressions politiques ? Sans doute ! Est-ce la déontologie du journaliste qui se trouve bafouer par les opinions personnelles ? Certainement. Est-ce parce que François Bayrou a fait de l’indépendance de la presse son cheval de bataille ? Ils pourraient alors s’en réjouir. Oui mais voilà : il y a bien longtemps que la presse n’est plus indépendante et qu’elle a viré sa cuti, fi(n)ancée par les grands industriels, eux-mêmes proches de ceux qui squattent le pouvoir depuis des décennies.

Bayrou s’attaque à la Tour de Babel et tente de proposer un autre langage. Plus que les langues régionales qu’il tente de réhabiliter, la langue du Mouvement démocrate sera certainement la plus difficile à enseigner…

Et s’il ne devait en rester qu’un…

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche