Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mai 2008 6 24 /05 /mai /2008 20:42

Alors que cette journée aura certainement vu le 1000ème visiteur parcourir ces pages (en comptant par jour, un visiteur unique…), je ne me voyais pas ne rien proposer aux fidèles internautes, aux fidèles lecteurs du Mouvement Démocrate. Alors fatigue aidant, et contibuteurs étant au repos eux aussi, j’exhume de mes archives (si si un grenier caverneux, du genre film d’horreur qui fait peur, ou plutôt un sous sol de type Evil Dead… ouais flippant quoi !) un article. Et alors que je m’apprête à me lancer dans une reflexion prochaine (et surtout polémique) sur la religion, je vous propose de lire ce que j’avais écrit en 2006, quand les caricatures de Mahomet, publiées par Charlie Hebdo, tout droit venues du Danemark, avaient fait tant polémique… On se souvient à l’époque que François Bayrou avait été entendu au tribunal en tant que témoin, pour défendre Charlie et le droit de la presse… Ou de la virée de la cutie religieuse par François (c’est parti, j’entends déjà les avis dissonants poindre !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Vite place aux maux…)


L’islam n’a-t-il pas perdu toute crédibilité dans l’affaire des caricatures, qui secoue l’Europe et les pays Arabes depuis quelques semaines ? On est en droit de se poser cette question tant les réactions dans cette affaire paraissent démesurées. Mais il convient de prendre deux angles différents pour analyser la situation : celui du Moyen Orient et celui de l’Europe.


Une société univoque


Que les pays musulmans aient réagi avec véhémence n’a rien de surprenant. Sur des terres où l’Islam est une religion d’Etat et où la liberté d’expression se réduit à une simple exégèse du Coran, le contraire eût été surprenant. Mais cela n’excuse pas pour autant les propos et les actes qui ont suivi la publication de dessins aussi ratés qu’inoffensifs. Les dirigeants de ces Etats s’estiment choqués et insultés. Certes. Mais incendier des ambassades est-il la réponse adéquate ? Où se trouve alors la caricature ? Sur quelques bouts de papiers griffonnés ou dans les cendres des vestiges ? Sans occulter le fait, qu’un pays tout entier paye pour l’œuvre de douze caricaturistes, comme le rappelle Yves Simon, dans l’édition du 21 février de Charlie Hebdo : « on va comme un seul homme brûler des ambassades (…) en confondant allégrement des individus et leur territoire, des dessinateurs et leur nation ». La généralisation et l’ostracisme : n’est-ce pas là le signe distinctif d’un comportement raciste ? Quand on sait en outre que les opposants aux partis en place croupissent dans les prisons, quand ils ne sont pas purement et simplement assassinés, l’on comprendra mieux alors comment ces Etats s’accommodent de la liberté d’expression. En refusant le débat, le Moyen Orient ternit son image, et discrédite ses principes. Et Yves Simon de rappeler « Pas de critique, donc pas de liberté… »

 

 

                                             Des revendications opportunistes


Pour l’Europe, la donne est plus complexe. Les Musulmans sont pour la plupart complètement intégrés dans ce que l’on appelle le monde occidental, tant matériellement que civiquement. Ils savent tous que la loi de la République supplante la loi religieuse. Pour autant, ils n’en demeurent pas moins contradictoires dès qu’il est question d’Allah et de Mahomet. Comment expliquer que les caricatures ont provoqué une vague de protestations sans précédent, depuis les quartiers généraux des associations, jusque dans la rues, en passant par les écoles, alors qu’en septembre 2001, seules quelques timides désapprobations s’étaient faites entendre ? Dans les deux cas pourtant, l’image du prophète a été bafouée. Mais il semblerait qu’être sali par un crayon soit plus grave qu’être taché du sang de presque trois mille victimes. Chaque année des milliers de meurtres et d’attentats sont perpétrés au nom du prophète et de Allah. Voit-on pour autant des Musulmans défiler dans la rue ? S’ils ne sont pas en accord avec les extrémistes et leurs actes barbares, ne doivent-ils pas se sentir insultés par ces ignobles exactions ? La grande différence entre ces carnages et l’affaire des caricatures, c’est que ces dernières peuvent se gommer. Pas les crimes.


                                                                   Etre ou ne pas être


Car la religion musulmane se retrouve face à ses contradictions. Les Musulmans d’Europe reprochent souvent aux autres citoyens de faire un amalgame dangereux entre Musulmans et terroristes. Et l’on a longtemps cru que l’intolérance du vieux continent contribuait à ce quiproquo guère acceptable. Mais existerait-il un amalgame si l’Islam se désolidarisait systématiquement et frontalement des terroristes ? S’il est évidemment une hérésie de penser que la majorité des Musulmans sont extrémistes, est-il si stupide de croire que leur influence sur les pensées est loin d’être anecdotique ? Et les jeunes générations, en perte de repères et d’identité (mais évidemment, cela tient également de la responsabilité des états respectifs), sont certainement celles qui sont les plus faibles face aux discours fondamentalistes. Pour preuve, cette étrange tendance, en bas des cités ou dans les cours des collèges et des lycées, à s’approprier, au moins par la parole, le conflit israelo-palestinien, bien qu’étant à plusieurs milliers de kilomètres des lieux. Sans connaître les vrais acteurs de ce terrible drame, ni même connaître les origines historiques du problème. Pourquoi ? Tout simplement parce que la religion devient un étendard autour duquel ils trouvent une cohérence et sont reconnus. La plupart d’entre eux ne lisent pas le Coran, ne maîtrisent pas la langue arabe, si ce n’est quelques expressions utilisées au bled, et ignore ce qu’un prophète. De la même manière ils ne définissent pas un Juif comme celui qui pratique la religion juive mais comme celui qui a de l’argent et qui s’opposent à la liberté d’être Musulman. Tout tourne donc autour de l’identité du Musulman. C’est leur signe distinctif, le lien précieux qu’ils revendiquent ostensiblement. Le problème n’est pas alors d’être un bon religieux, mais de protéger par n’importe quel moyen l’image de l’Islam. Tout devient une question d’apparence et d’appartenance. C’est pourquoi, l’Islam désapprouve les activistes extrémistes, sans pour autant les combattre. Pourquoi ? Parce qu’ils sont eux aussi des Musulmans. On n’agit plus au nom d’Allah ou du prophète, mais au nom des Musulmans. Dès lors leur vision du monde devient manichéenne : il y a d’un côté les bons Musulmans pieux et de l’autre tous les non-croyants, qui sont coupables par nature puisque infidèles. Tout cela a un nom : la xénophobie. Une révolution religieuse et culturelle fondée sur un élan critique s’impose. Encore faut-il que, de leur côté, ils la sentent nécessaire...

Les deux premières caricatures sur le site : http://www.leplacide.com/ (avec l'aimable autorisation de l'auteur, qui m'a déjà fait l'honneur de publier une de ses brillantes caricatures...)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche