Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 20:14

Lundi dernier Vincent Peillon mettait dos à dos le Mouvement Démocrate et le NPA : 

« Interrogé sur RMC/BFM TV, M. Peillon s'est dit "étonné" que le MoDem de François Bayrou lors de sa conférence nationale dimanche et le NPA d'Olivier Besancenot lors de son Congrès de fondation aient "tenu presque le même discours".

"Si on pense qu'il y a un problème à la fois démocratique, économique et social en France, si nous pensons que nous sommes mal gouvernés, alors nous devons créer une perspective et être capable de gouverner ensemble demain", a-t-il dit. »

Source : AFP


Reprenant le grand écart voulu par Ségolène Royal qui entend construire un pont entre l’extrême gauche jusque François Bayrou, Vincent Peillon entend faire de la fronde contre Nicolas Sarkozy un sujet unique pour construire ensemble une politique.

Sauf que Vincent Peillon oublie que l’on peut être d’accord sur certains points sans pour autant être d’accord sur le fond.

Et les différences entre le Mouvement Démocrate et le Nouveau Parti Anticapitaliste sont irréconciliables.


François Bayrou dénonce les dérives du capitalisme, ce néo-capitalisme devenu fou, qui a ravi les goinfres de la Finance au détriment de toute éthique pour nous emmener gravement et durablement dans une crise dont personne ne peut imaginer les conséquences à long terme, redoutant à tout moments de plonger encore et toujours plus bas.


Olivier Besancenot entend reprendre la théorie trotskiste du « grand soir ». Pour lui, et l’ensemble des 9000 militants qui l’ont rejoint, c’est la notion même du capitalisme qui est à éradiquer. Tout patron est nécessairement exploiteur, malfaisant. C’est donc les fondamentaux de notre Economie qu’il entend combattre.



François Bayrou entend redonner de l’éthique dans les finances, la politique, l’économie. Et cet espoir passe nécessairement par la bravoure et l’épreuve du pouvoir.


Olivier Besancenot refuse de prendre des responsabilités politiques, surfant sur un néo-poujadisme très populaire au sein d’une population perdue.



François Bayrou entend s’attaquer à la dette, colossale, qui se porte à 1250 milliards d’euros, que payeront nos descendants, s’ils le peuvent, et qui peut nous amener à terme à la faillite.


Pendant ce temps, Olivier Besancenot fait de ses promesses une utopie permanente, au son du « toujours plus »… Pour preuve, son programme aux Présidentielles était finançable selon les Economistes à hauteur de 300 milliards d’euros par an, contre 70 pour les deux finalistes, et… 15 pour François Bayrou… Père-Noël face au père de famille soucieux de l’équilibre budgétaire…



Alors quand Vincent Peillon met dos à dos Bayrou et Besancenot, il confond " Achète que je ris ! " avec "Arrête que je chie !"...

 

Ca peut se ressembler sur certains mots. Mais sur le fond, ça diffère… assurément…

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche