Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 17:38

Le congrès du PS pour désigner le successeur de François Hollande n’est que dans cinq mois, mais une guerre à couteaux tirés est d’ores et déjà lancée. Delanoë avait semblé se lancer le premier avec son livre, mais c’est finalement Ségolène Royal qui s’est déclarée la première pour être candidate, un comble pour celle qui avait fait fi de son parti pour briguer la présidence de la France, ne comptant que sur les jeunes nouveaux adhérents PS pour la porter. Et depuis dimanche, une troisième voie semble se dessiner, celle des « reconstructeurs » autour de Martine Aubry, pilotée semble-t-il de New York par un certain DSK…

Pour autant, personne ne peut prétendre être en position de force.


La vague des Présidentielles que Ségolène comptait faire fructifier en Tsunami a fait « pschitt ». Tous les sondages la placent derrière le Maire de Paris, même pour les militants socialistes, ceux qui avaient porté Royal en 2007.
Delanoë se targue lui d’avoir récolté des centaines de signatures en forme de soutien… mais à part Lionel Jospin, aucune pointure ne l’a pour le moment rejoint.
Quant à Martine Aubry, si sa réélection à Lille et son accession à la Présidence de la Communauté Urbaine ont marqué les esprits, on ne peut pas dire qu’elle incarne la branche novatrice du parti, et le terme de « reconstructeurs » sonne davantage comme une nostalgie que comme un rebirth.
Les candidats se ramassent à la pelle, sans compter les loups cachés dans la forêt qui attendent leur moment pour sauter dans la bergerie, les Valls, Drey, Montebourg, tous chefs de bandes mais candidats avant tout à leur propre gloire.

Tous candidats, donc, mais à quoi ? Au service de qui ? Des Français ou des Socialistes ?

Et surtout autour de quelles valeurs ? Il est facile de brocarder des étendards dogmatiques tels que « libéral mais socialiste », « reconstructeur » ou que sais-je encore (ou car comment définir la ligne idéologique de Ségolène Royal ? Sondagiste oserais-je avancer comme néologisme…), mais où sont les idées concrètes ? Les Propositions ? Comment être concurrentiels et efficaces avec un baril à 135 dollars quand on est Socialiste ? Comment réformer l’école quand on est socialiste ? Quelle réforme des Institutions pourrait rendre plus juste la représentation à l’Assemblée, quand on est Socialiste ?

Car il est bien là le problème : Le Parti Socialiste et tout particulièrement ses cadres ont-il tiré les leçons de la dernière Présidentielle ? Ont-ils compris que la défaite venait du programme marketing de Royal, grand porridge indigeste, qui mélangeait tout et son contraire, pour ratisser au plus large, dans une course à la démagogie la plus folle qu’ait jamais connu la Politique française. Les éléphants et autres éléphanteaux se succèdent sur les plateaux de télévision, et tous parlent de nouvelles fondations, de reconstruction, au seul argument qu’ils ont perdu les deux dernières présidentielles, deux élections « qu’ils n’auraient pas dû perdre ». Et dans ce leitmotiv, écoutez bien le message subliminal : « Ce n’est pas juste ; c’était notre TOUR ».

Car au PS, tout est une question d’alternance. Après VGE, Mitterand, après Mitterand Chirac, et après Chirac… Sarkozy ! Finalement la seule chose qu’il semble avoir retenu des 2002, c’est de brandir le slogan, « Votez utile » pour dépouiller l’extrême gauche de ses voix. De 2007, qu’ils n’auraient pas dû choisir Ségolène Royal. Mais entendez-vous dire de leur bouche que le PS n’avait pas le programme adéquat ? Que celui-ci proposait un amalgame tellement circonscrit dans le paradoxe des valeurs et dans le populisme des idées, qu’il ne pouvait pas l'emporter ? On préfère s’attarder sur le fait que Royal n’a pas respecté le programme édicté par le parti. Mais ont-ils imaginé, ne serait-ce qu’une seule seconde, qu’en le respectant, c’est peut-être la qualification pour le 2ème tour qui aurait pu être compromise.
Au PS, les idées neuves n’existent pas. On fait de la politique au nom des idéologies et de l’alternance du pouvoir. Le combat de coq est lancé dans le poulailler. Mais la ferme, elle, bien que sujette à de nombreux cafouillages dans son organisation, est toujours bien gardée.

PS (l'autre cette fois-ci ;o) : les habitués auront reconnu l’excellente caricature du site www.leplacide.com

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
D'autant que celle que j'ai choisie montre un exemple de professionalisme et d'éthique journalistique, comme une idée que l'on se fait de la déontologie : j'ai nommé le micro... d'LCI :o)))
Répondre
C
T'aurais quand même pu mettre une image d'Aubry où on voit mon écharpe derrière...

Voilà c'était mon commentaire constructif du jour :)
Répondre

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche