Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 15:16

Le bras de fer qu’offre actuellement la réforme des retraites est d’un niveau qui ne grandit ni les politiques, ni la Nation. Alors que le Sénat s’apprêtait à voter les finitions, le ton se durcit avec les blocages innombrables qui se mettent en place, et une mauvaise foi côté Gouvernement qui refuse de jouer l’honnêteté dans une situation de crise.

opéescargotD’une part, ceux qui s’opposent à la retraite commencent à vouloir jouer à un jeu dangereux. Sur le fond, leur discours est inacceptable : à les entendre il ne faudrait pas du tout de réforme et le Gouvernement mentirait quand il prétend que l’on ne pourra plus à terme garantir le système de répartition. Ceux-là sont soit naïfs, soit d’un égoïsme sans nom. Nul besoin d’avoir fait polytechnique pour se rendre compte que notre système va droit dans le mur : l’espérance de vie ne cesse de croître quand le chômage des jeunes explose malgré tous les coups-fourrés auxquels ont procédé les gouvernements en succession pour allonger artificiellement les études et donc éviter de comptabiliser les jeunes dans les actifs qui grossissent les chiffres du chômage. Que cette réforme soit passée au bleu, inéquitable, et très incomplète est une chose.  Mais dire qu’elle ne sert à rien, qu’elle a été crée pour casser la dimension sociale du pays est un mensonge purement démago et électoraliste, qui d’habitude était l’apanage de l’extrême gauche, mais qui à l’approche de 2012 est dangereusement repris par le PS et les Verts. Cette vision de la réforme est caricaturale et scandaleuse car visant à un populisme qui s’autorise à profiter de l’ignorance et de la naïveté de certains citoyens en détresse.

melenchonDe la même manière sur la forme, la fin semble justifier les moyens : les blocages se multiplient de manière illégale : pourquoi revendiquer un droit de grève et d’expression quand les mêmes refusent aux autres le droit de travailler ? Empêcher les citoyens de se rendre sur leur lieu de travail, les étudiants d’assister aux cours ou aux raffineries d’importer leur ressource et d'exporter leur marchandise par une main d'oeuvre volontaire est criminel et relève de la pure barbarie. Ces méthodes n’ont rien de démocratiques et ne font pas honneur à notre pays. Le droit de grève est trop sacré pour être prostitué de la sorte par des soudards qui veulent épicer leur quotidien. Le grève implique le droit de non-grève. Aussi, les routiers qui procèdent à des opérations escargot devront répondre de leurs actes devant la justice quand des personnes malades ne pourront se rendre à l’hôpital, quand les pharmacies ne seront pas livrées de précieux médicaments, quand les travailleurs se verront retirer une partie de leur salaire faute d’avoir pu se rendre sur leur lieu de travail. On peut ne pas être d’accord avec la réforme, en parler et user de son droit de grève. Mais la gabegie et l’irresponsabilité n’ont rien à faire avec les principes et les valeurs de la République et de la Démocratie. Que dire enfin des lycéens, excités par une extrême gauche qui ravive les feux de 68, dans ce qu’il a de plus regrettable, et qui agite le drapeau rouge devant un taureau qui ne demande qu’à sécher… La jeunesse ne se présente assurément pas sous son meilleur jour et c’est peine à voir autant de démagogie déployée pour justifier un engagement aussi confus idéologiquement mais malheureusement aussi organisé dans sa bêtise.

leplacide grèvePour autant, il ne faudrait pas dédouaner le gouvernement dans cet épisode qui tourne au pathétique : la méthode que celui-ci nous impose depuis 3 ans, à un rythme effréné montre aussi un profond irrespect pour notre Démocratie. Le Parlement est un faire-valoir, que dis-je, un laquais votant aux ordres d’une armée conduite de mains de fer par un seul homme. L’ère de la pensée unique est de mise depuis 2007, et les dialogues s’avèrent être de sourds. On entend mais on n’écoute pas. Surtout pas. Surtout quand les conclusions des débats sont déjà en train d’être imprimées dans la salle attenante prêtes à être délivrées à l’AFP. Il n’y aura eu pour cette réforme, et comme pour beaucoup d’autre, qu’un simulacre de consultations. Jamais les responsables syndicaux et autres délégués de telle ou telle profession n’auront eu leurs mots à dire. Quand il s’est agi de la TVA sur la restauration à 5,5% le Gouvernement avait fait preuve d’une attention plus particulière, me semble-t-il… Au lieu de cela, l’on s’est emballé, comme le lièvre, quand il eut fallu comme la tortue, prendre un minimum de temps et de considérations pour des aspects qui touchent au plus près de l’humain. Et avec un consensus équitable, dans lequel chacun aurait fait des efforts, il n’y aurait eu aucun mal à faire passer une réforme certes ingrate mais qui était nécessaire. Au lieu de cela, l’on passe en force, on conteste toute argumentation et toute solution autre que celles déjà validées en amont, on ment sur la force de la grogne et l’on avance envers et contre tous ! Au pire, on dramatise hortefeuxd’autres sujets (quel besoin Hortefeux a-t-il eu de répéter au Grand Jury RTL que l’Arabie Saoudite avait confirmé une mence sérieuse d'attentat sur nos terres ? N’est-ce pas là un moyen de détourner l’attention ? Attention, je ne dis pas que la menace terroriste n’existe pas, et les précédents messages n’avaient pas à être mis en doute quant à leur diffusion. Mais celui d’hier n’était-il pas de trop et de nature à noyer le poisson à l’aube d’un durcissement attendu ?). Nier les chiffres qui montrent que plusieurs centaines de milliers de personnes défilent dans les rues, sans compter ceux qui ne peuvent le faire faute de financement suffisant de ces jours non-payés, est d’un mépris sans nom. Encore une fois, on peut contester… la contestation, mais comment peut-on la nier ? Pareille attitude fait immanquablement penser aux pires des dictatures qui ont sévi bien loin de notre France si républicaine… Ajoutez à cela les malheureux symboles choisis depuis 3 ans, de la Rolex au Fouquet’s, en passant par le bouclier fiscal, l’affaire Woerth, vous aurez le portrait parfait d’une situation ubuesque qui contribue au moins autant que la réforme à encourager les manifestants à défiler dans la rue. Car ce que l’on y entend dans les cortèges c’est autant la contestation de la loi sur la retraite que les méthodes d’un Gouvernement à bout de souffle.

modemAlors ? N’est-elle pas belle l’alternative à la française ? Qu’il est beau à voir le résultat de la bipolarisation ! Superbe indécence de ce spectacle apocalyptique de notre cinquième république, qui fut érigée à la gloire d’un seul homme omnipotent, et qui s’effondre par la force d’un seul homme, croyant relever le défi du roi fainéant mais qui n’était en réalité, qu’impotent. Las, le spectacle est pathétique et n'offre le choix qu'entre la démagogie ou celui de la mauvaise foi en force. A titre personnel, je refuse d’avoir à trancher pour l’une de ces démarches, tout aussi exécrables l’une que l’autre. Je refuse de faire le jeu d’une extrême gauche menteuse, manipulatrice et populiste. Je refuse de faire celui d’un Gouvernement sourd, injuste, et qui fonctionne en oligarchie, pour le bonheur des bonnes adresses. La France vaut mieux que ce dilemme qui n’a rien de cornélien tant il sombre dans les abîmes de l’électoralisme.  Dans ce concert discordant et dissonant, le Mouvement Démocrate peut-il encore parvenir à faire entendre sa singularité ? Pressons-nous : car il n’y a pas besoin d’attendre la grève pour rater le bon train…

PS : Caricature par Le Placide, http://www.leplacide.com

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche