Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 09:49

CentreQue faut-il retenir de ce remaniement ? Les langues se délient depuis quelques jours pour tenter de trouver une signification aux menus ajustements opérés afin surtout de préparer au mieux les Présidentielles de 2012 et d’éviter à notre Monarque la déconvenue que connut Valérie Giscard d’Estaing en son temps. Que Roselyne Bachelot a un intitulé de Ministère aussi sibyllin et dérisoire que ne le fut son action à la Santé et au Sport ? Sans doute pas. Que le Ministère de l’Education Nationale reste le temple du brushing laqué ? Certainement pas. Que Frédéric Lefebvre voit son zèle outrageux et d’une caricature cynique payé d’un pauvre secrétaire d’Etat qui aura moins le mérite de rendre moins audible son futile verbiage ? A la limite…

Non, ce qu’il faudra surtout retenir de ce remaniement restera assurément le traitement réservé aux Centristes… D'ailleurs la presse ne s'en cache pas : les manchettes se sont multipliées à l'envi sur la question. Le Président a pareillement organisé hier soir sa petite sotterie tradictionnelle avec 20 millions d'invités et a dû lui aussi s'épancher sur le sujet. Sans parler de l'exégèse confuse et brouillonne que fut l'émission d'Arlette Chabot, qui semble confondre le métier d'animatrice et celui d'éducateur en centre aéré... Le crochet de France2 n'en fit pas plus l'économie, à l'aide d'un Marc-Philippe Daubresse davantage potache que pontife.

Seulement à force de parler de centrisme l'on en oublie le sens qui se cache derrière cette sensibilité. La confusion règne même comme ici à la une de 20 minutes, où l'on voit De Villepin sièger aux côtés d'authentiques héritiers du Centre... ou presque. Soi-disant centristes… ou aux inopportunément dénommés centristes… Un Centre dont la gauche serait à droite, ou la droite serait à gauche. Un certain vertige nous saisit, et tel l'enfant qui découvre un mot l'emploie n'importe quand, l'impropriété est de mise depuis dimanche.

20minutes

Le centrisme peut-il être incarné par Dominique De Villepin, sous le seul prétexte qu'il est un opposant à Nicolas Sarkozy ? Son adhésion à l'UMP n'est-elle pas le signe de son appartenance affirmée au parti présidentiel ? Que dire dans ce cas là de Marc-Philippe Daubresse qui se revendique du centre historique tout en étant vice-président de l'UMP ? A ce niveau là, il appartient davantage au centre hystérique qu'autre chose...

Le centrisme est-il celui de Morin qui ne tend que dans le sens où sont distribués les portefeuilles et autres honneurs de pacotille qui glorifient les portraits que garderont la postérité ?

Ou serait-ce celui des Radicaux, Jean-Louis Borloo à leur tête, qui se sont formés autour de beaux principes et de policés discours mais qui préfèrent les ranger au placard sitôt franchi le pas de l’Elysée ?

François Bayrou en se coupant des proches de l'UDF, qui sera définitivement enterré au Congrès de Paris du 12 décembre prochain, peut-il assumer à lui seul cette sensibilité ?

A moins qu’il ne faille chercher du côté certains Sénateurs, qui sont restés fidèles au Béarnais, mais qui commettent ici ou là des infidélités dès lors que le vote d’une loi pourrait mettre en danger leur siège...

Entre le centrisme de Ministère et le centrisme de caractère, le débat est lancé.

Il faut bien dire que la notion même de « Centre » pose un problème de définition. François Bayrou qui s’en revendique l’héritier légitime rappelait ce week-end que, celui qui est au centre, est celui qui n’est ni à droite, ni à gauche, ou plus exactement qui n’accepte pas la bipolarisation de l’échiquier politique. Problème : la notion même de centre ramène à un clivage droite gauche, puisque le centre implique un équilibre entre deux pôles.

De la même manière, les héritiers du Centre se revendique de Lecanuet. Mais peut-on se revendiquer de VGE ? A ce titre, Jacques Delors n’est-il pas dans l’âme plus centriste dans ses positions et dans la manière qu’il a géré l’Europe que Raymond Barre par exemple ? Et Michel Rocard est-il nécessairement plus éloigné des positions du Centre qu’Hervé Morin, quand l’un a été le premier Ministre de Mitterand et l’autre Ministre de Sarkozy ? Cette dernière question annihile l’argumentation de ceux qui prétendent, à tort, que le centre est nécessairement définie à l’aune d’une politique placée à droite.

bayrouA la vérité, la notion de Centre est par nature protéiforme. Et ce, pour une raison très simple : bien que l'on veuille nous faire avaler, coûte que coûte, que la politique française est manichéenne, hydre à deux têtes, tantôt à droite pour les pouvoirs centralisés, tantôt à gauche pour ceux qui sont décentralisés, l'Histoire de la France nous montre avec insistance que la politique française ne saurait se résumer à un schéma aussi simpliste. La glorieuse époque des Lumières qui a donné ses lettres de noblesse à la quête de la vérité et de la Justice ne peut se contenter d'une vision aussi réduite de la pensée. La preuve en est qu'au sein même des deux grands pôles, et au-delà de toutes polémiques des micro-partis de façade, qui contournent en toutes légalité la loi des financements des partis politiques, de nombreuses nuances s'affirment en permanence, que cela soit en groupe de reflexion, en collectif ou autres associations. Les élections internes du PS n'avaient-elles pas vu s'affronter six projets pour une prétendue sensibilité identique ? Peut-on décemment croire Bertrand Hamon, quand il affirme, brillant d'hypocrisie, que DSK est plus proche du PS que du FMI ? N'y aurait-il pas une once de différence entre Henri Emmanuelli et Manuel Valls ? Et que dire de Laurent Fabius, qui change de veste en fonction des vents dominants, et qui en plus de trente ans de carrière politique a prêché dans plus de chapelles qu'il en existe dans les 36000 communes de France réunies ?

Soyons raisonnables. Si le Centrisme se décline avec autant de couleurs et d'héritiers, c'est tout simplement qu'il est le seul terreau sur lequel peuvent s'établir les vrais débats, et non pas de simples nuances hypocrites qui s'effacent sitôt qu'elles sont minoritaires dès lors que le combat de coq entre les deux grands pointe le bout de son nez.

Il est aussi incontestablement une brèche dans le partage des pouvoirs, car les élections successives ont montré que dans un contexte où les gouvernants ont déçu tour à tour, à force de promesse et d'inertie combinées, il y avait de place pour la singularité de celui qui ose proposer un tout autre discours, fait de nuance, qui n'oppose pas de manière antithétique la Droite et la Gauche, mais qui n'aspire qu'à trouver la voie la plus juste.

Tant que "le Centre" portera sa Croix, c'est-à-dire "ce nom" qui le place irrémédiablement sur cette grille de lecture dans laquelle il ne peut être qu'un parent pauvre, l'éternel "oui-oui" qui béatement colore sa destinée de discours "non-non", il ne pourra jouer un rôle durable et légitime dans les élections majeures.

modemSi aujourd'hui, selon le dernier sondage IPSOS, François Bayrou est celui qui incarne le mieux le Centre pour 41% des sondés, contre seulement 24% pour Jean-Louis Borloo, ce n'est pas un hasard. En coupant les ponts avec un UMP cannibale, qui ne laissait pas la place à la nuance, et, plus grave, qui a été en contradiction totale avec les valeurs républicaines qui fondent la singularité et la qualité de vie à la française, le Président du Mouvement Démocrate se montre comme le seul légitime à l'héritage centrisme. A ceux qui prétendent que le MoDem ne sait pas où il est, lisez ceci : s'il est question de la grille simpliste droite-gauche, alors assurément, le MoDem est partout et nulle part à la fois. Question futile que celle-ci. Si en revanche, il convient de savoir sur quelles valeurs il entend porter sa vision politique, alors la réponse sera toute autre : il s'agit de mettre l'homme et son bien-être dans une communion raisonnable avec l'économie de marché, dans laquelle l'un ne prend pas le pas sur l'autre, dans laquelle chacun trouve sa place, avec le nécessaire épanouissement sans en oublier l'altruisme qui rend chacun responsable du bonheur de l'autre. C'est aussi un état responsable, solidaire sans être dispendieux, en qualité sans se répandre en quantité. C'est enfin l'affirmation pure et dure, sans concessions aucune d'une séparation sans égale des pouvoirs que sont le judiciaire, le législatif et l'exécutif mais aussi le spirituel, le financier et le médiatique. Pour que plus jamais ne soit posée ne serait-ce que l'ombre d'un doute sur une décision ou un fonctionnement.

Alors avant de prendre des vessies pour des lanternes, apprenez à reconnaître le centrisme. Le véritable. L'authentique. Cessez de disserter vainement sur l'électorat potentiel de celui-ci pour se "recentrer" sur les valeurs profondes et singulières qui le fondent, son essence même. La différence entre le centrisme de Ministère et le centrisme de caractère revient à faire la part des choses entre le véritable et sa contrefaçon. La technique ne remplacera jamais une éthique. A condition d'en changer l'appellation. 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

P

en lisant ton billet, je vois ceci : "François Bayrou en se coupant des proches de l'UDF, qui sera définitivement enterré au Congrès de Paris du 12 décembre prochain, peut-il assumer à lui seul
cette sensibilité ?"
Mais "enterré" est-il bien conjugué ici?... Si oui, Bayrou est mort !


Répondre
Y
La forme passive de " s'enterrer " a pour sujet le relatif "qui", lui-même remplaçant "UDF" sachant que le relatif est censé remplacer son antécédent... C'est donc l'UDF qui sera enterre... Je veux bien éclaircir la grammaire en plus de commenter l'actualité...
A

C'est bon article qui peut mener à réflexion.
pour moi le centre, qu'est ce que c'est ?
c'est l'endroit où l'on peut voir le monde sous toutes les facettes comme une vision panoramique. il peut regarder un problème sous l'angle socialiste comme celui de l'UMP et pouvoir prendre la
meilleure solution pour les Français. Le centre n'est pas "ni gauche, ni droite" mais de gauche et de droite qui permet d'avoir un troisième pôle qui se présente face à la gauche et à la droite. Il
est aussi l'endroit où la gauche et la droite peuvent discuter pour avancer ensemble.Il permet de respecter la collectivité tout en respectant les initiatives individuelles.

voila ce que c'est pour moi le centre


Répondre

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche