Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 18:55

La matinée de mercredi a dû être longue dans certaines rédactions. Notamment celle du "Figaro" dont la manchette sombra dans l’obsolète sitôt imprimée.

 Capture-d-e-cran-2012-12-02-a--18.56.29.png

 

Il faut bien dire que titrer sur l'épisode rocambolesque de la succession de l’UMP revient à jouer à la roulette russe tant les rebondissements se succèdent, de jour en jour, d’heure en heure, voire de minute en minute. Ou risquer de tomber dans le "Morandinisme".

Pour autant, "Le Figaro" l’aura bien cherché. Parce que, depuis dix jours, c’est un véritable tsunami médiatique qui a déferlé sur nos ondes, nos écrans et nos réseaux sociaux. Les chaînes d’info en continu font des directs en prime time, en brandissant leurs micros à quiconque se présente à eux. Des commentaires sur les commentaires des commentaires se croisent et s’emmêlent. Une vraie mise en abyme de l’outil de communication ad nauseam. "C dans l’air" a consacré sept émissions consécutives sur l’affaire avant de faire relâche mercredi sur l’Afghanistan ! Pire encore que lors de l’affaire DSK, tant les acteurs sont ici démultipliés.

 

Crises de nerfs et syndrome de Stockholm

 

Ce mercredi, un journaliste de Direct 8 s’est même amusé à compiler les infographies de BFMTVfaçon otage : "10e jour de détention pour Hervé, de l'infographie de BFMTV. On pense à toi." 

 Capture-d-e-cran-2012-12-02-a--18.57.11.png

Seulement, dans l’affaire, deux conclusions s’imposent : si les cadres de l’UMP prennent incontestablement les médias en otage en intégrant sciemment leurs interventions dans leur stratégie, comment ne pas voir dans ceux qui relaient le syndrome de Stockholm ?

Pire, on se demande finalement qui kidnappe qui, quand on sait que les médias recherchent tous in fine leur buzz. Comme Xavier Bertrand qui pète un câble sur Europe 1 :

 

 

Ou, encore mieux, leur Olivier Mazerolle qui fait sa crise de nerf sur BFMTV, un rien surjoué :

 

 

Aujourd’hui, qu’aurait été cette guerre interne sans les micros tendus en permanence de ceux qui se comportent comme des amateurs des combats de boue ? On attend les cheveux tirés, les insultes. Et si le sang vient à couler, les vautours veillent.

 

Reproduire la réalité

 

Alors, comme d’habitude, on dira que les journalistes ne font que reproduire la réalité. Et nous revient la métaphore de Stendhal, qui parlait alors des écrivains réalistes dans la préface de son célèbre roman "Le Rouge et le Noir" :

"Eh, monsieur, un roman est un miroir qui se promène sur une grande route. Tantôt il reflète à vos yeux l'azur des cieux, tantôt la fange des bourbiers de la route. Et l'homme qui porte le miroir dans sa hotte sera par vous accusé d'être immoral ! Son miroir montre la fange, et vous accusez le miroir! Accusez bien plutôt le grand chemin où est le bourbier, et plus encore l'inspecteur des routes qui laisse l'eau croupir et le bourbier se former."

Mais à la différence du romancier réaliste, le journaliste a lui un devoir : celui de la hiérarchie. Il est de son devoir de savoir présenter au public un ordre de priorité. Et c’est donc de sa responsabilité de savoir, au bout d’un certain temps, si son travail relève de l’information ou s’il devient acteur à part entière de la scène qu'il décrit.

Capture-d-e-cran-2012-12-02-a--19.00.50.png

Que la guerre de l’UMP occupe les trois jours qui ont suivi le scrutin, on peut le comprendre. Mais que l’affaire dure dix jours durant, quand on sait combien chacun des deux camps usent et abusent de la complaisance de cet éclairage, est tout proprement indécent. 

N’oublions pas qu'il existe des règles en France sur la pluralité. Et qu'à l’aune des élections, les partis politiques ont des temps de parole qui leur sont accordé. Et que fera le CSA si ce n’est, comme d’habitude rappeler les chaines et les médias à l’ordre, quand il constatera qu'en une dizaine de jours, le temps de parole de l’opposition pour un lustre a été grillé en plus d’une semaine ?

Au-delà de l’affaire, il serait temps, réellement temps que le pouvoir médiatique s’interroge sur son rôle, son influence et plus globalement sur ses devoirs. Il en va du fonctionnement de notre démocratie.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche