Jeudi 12 mai 4 12 /05 /Mai 18:13

Quel capharnaüm suite aux déclarations fracassantes de Laurent Wauquiez ! Lui, le bon élève de la classe Sarkozy, le benjamin, le genre d’abonné au premier rang, toujours bien élevé, toujours bien coiffé, toujours tout sourire, que l’on a envie de baffer à la sortie de la récré. Incroyable scénario qui voit ce homme au parcours sans faute, à la rhétorique si policée, à la pensée toujours nuancée se faire prendre comme un débutant.

Oui tellement incroyable… que je n’en crois pas un mot. Pas un seul.

laurent-wauquiez-le-11-mai-2011-10456854njvlf 1713Revenons un peu sur les polémiques de l’UMP. Difficile d’en dresser une liste exhaustive depuis le début du quinquennat. Chaque semaine, des sorties, en apparence incontrôlées, viennent émailler le quotidien des médias, qui trop heureux se de mettre un peu de soufre sur la dent, en font leur choux gras en déclinant à l’envi ce mot devenu un tic de langage  : couac. Et force est de constater que le rythme s’accélérant, le couac est devenu le toc de l’UMP :  Des immigrés dans un bateau jusqu’au débat sur la laïcité, de la suppression du bouclier fiscal à celle de l’ISF, d’une laïcité « ouverte » prête à financer des mosquée jusqu’à le rétablissement d’un concours d’entrée en sixième type « certificat d’étude », des salles de shoot jusqu’à la possibilité envisagée de faire composer des étudiants juifs la nuit pour cause de Pâques juive, de la destitution possible de la nationalité française au sentiment de ne plus être chez soi, de la croisade en Lybie l’embauche à vie des fonctionnaires… Toutes ces sorties médiatiques qui ont alimenté la chronique et provoqué tollé sur tollé ne sont pas toutes l’œuvre d’anonymes députés de l’UMP en mal d’images, comme l’excentrique et non moins extrémiste Chantal Brunel ou encore l’inutile Christian Jacob. Non. Ils ont pour la plupart des noms biens connus, des fonctions parmi les plus hautes placées, des responsabilités qui montrent la confiance que Nicolas Sarkozy leur porte : Valérie Pécresse pour l’histoire des étudiants juifs, Jean-François Copé pour le certif’ et le débat sur la laïcité, Roselyne Bachelot pour la salle de shoot, Benoit Apparu pour la laïcité light ou laïcité zéro selon vos goûts,  Brice Hortefeux pour la destitution, et Claude Guéant pour… l’ensemble de son œuvre.

Et croyez-vous que tout ce joli monde se permettrait autant de dérapages, autant de polémiques, porteurs d’opprobre publique et de baisse dans les sondages avec la mansuétude de Nicolas Sarkozy ? Pensez-vous vraiment que tout ceci ne serait que le fruit d’un hasard et d’une totale improvisation ? En tous cas les médias semblent le croire puisqu’ils relayent chacune de ces polémiques. Et les opposants politiques n’en ont cure puisque cela donne de l’eau à leur moulin de la critique pavlovienne. Tout est beau dans le meilleur des mondes.

Sauf que tout ceci est parfaitement calculé. Avec deux mots d’ordre : tester l’opinion publique. Mais surtout que l’on en parle. Et ça marche.

Pour preuve, analysons la dernière en date, celle par laquelle j’ouvrais mon billet, celle de Monsieur Wauquiez.

En apparence, tout ressemble à une sortie de route : le style « l’assistanat, cancer de la société », les remontrances de Fillon qui affirme que la séquence sur le bilan des quatre ans vient d’être gâchée, la gauche, les Verts, Mélenchon, les faux-culs faux-centristes avec Daubresse en tête à queue avec le parti dont il est vice-président, le relais médiatique tambour battant… A l’unisson.

BuissonSauf que cette idée n’a pas eu que des opposants. Et les débats se multiplient pour savoir si c’est une bonne ou une mauvaise idée. Encore une fois, la droite se divise entre des libéraux qui veulent se droitiser et les autres qui jouent les offusqués. En arbitres, Fillon et Sarkozy viennent siffler la fin de la récré et tranchent en faveur des plus bruyants, ceux qui se sont plaints. « On en tiendra compte pour le programme de 2012 »… Le beau rôle. Officiellement on a gâché le bilan des quatre ans. Officieusement, qui a pu croire deux secondes dans l’entreprise de persuasion lancée par le gouvernement pour vanter quatre années d’incompétence ? En ces temps où les primaires socialistes et les affaires de jaguar prenaient trop de place, il était temps de reparler un peu de l’UMP. Le coup de com’ est parfaitement réussi.

D’autant, qu’en idiot utile, Martin Hirsh, papa du RSA, vient le rappeler et y ajouter sa graine :

 

 

 

Cette intervention est autrement plus efficace pour vanter le bilan des quatre ans, surtout de la part d’un débarqué plutôt amer, trop content de faire la leçon, plutôt que la campagne d’affichage et de publication organisée par Sarkozy et sa fine équipe de com’, non ?

Autre point subtile, notée par Nicolas Domenach. L’idée ne vient pas de Wauquiez, ce dernier n’étant que le porte-parole d’un conseiller et non des moindres : Patrick Buisson !

 

 

 

Pensez-vous vraiment que Monsieur Buisson se serait permis une telle sortie, même déguisé sous les oripeaux du délégué aux affaires européennes, sans en avoir averti le Président lui-même ? Quelle bonne blague !

Et à ceux qui douterait que l’Elysée soit capable de pareille manœuvre, sans doute faut-il rappeler ce passage de l’émission Complément d’enquête diffusée lundi soir sur France 2 et qui évoquait les stratégies pour le moins farfelues de Monsieur Buisson et qui ont tant de succès auprès du Président :

 

 

La stratégie est donc bien double ici : à court terme, créer du débat et quoi qu’il arrive avoir le bon rôle (celui qui arrête les polémiques quitte à renier les siens, ou au mieux, prendre l’idée au vol si la réception se veut positive), et faire doper le score du Front National en créant un climat délétère. C’est à présent une certitude : Wauquiez n’est qu’un prétexte, un simple vecteur d’une idée voulue par Sarkozy et soufflée par son conseiller Monsieur Buisson. Rentrant dans son logiciel politique qui condamne l’assistanat, l’idée a pu ainsi atteindre l’opinion publique et très vite dans les 48 heures un sondage d’opinion viendra confirmer ou infirmer l’opportunité d’une telle proposition de loi. C’est la stratégie du fusible : s’il tient malgré le court-circuit, il le laisse et l’utilise. S’il a sauté, il pourra le remplacer par un autre et dire qu’il était responsable de la panne. Ce qu’il ne dit pas c’est que l’incendiaire a un nom composé : Nicolas Sarkozy Buisson. 

Vous n’êtes pas encore convaincus ? Ne vous inquiétez pas ! A encore 11 mois de la Présidentielle, vous n’avez encore rien vu…

Par Yves Delahaie - Publié dans : Entre droite clair et droite brune
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Blog d’un militant du Mouvement Démocrate.

Je suis Yves Delahaie, membre du Bureau de la section de Lille et du Conseil Départemental.

Ce blog a pour vocation de donner ma pensée personnelle sur l’actualité. Il n’est en aucun cas la reproduction de la parole officielle du parti. Même si nécessairement, puisque je suis militant actif, mes pensées bien que personnelles, sont porteuses des valeurs que je partage : celle du Mouvement Démocrate.

Calendrier

Décembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>

Le site officiel


 

Notre média social


Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • Les Nouveaux Démocrates
  • : Politique Paris école MoDem Politique
  • : Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem). Je suis Yves Delahaie, membre du Bureau de la section de Lille et du Conseil Départemental. Ce blog a pour vocation de donner ma pensée personnelle sur l’actualité. Il n’est en aucun cas la reproduction de la parole officielle du parti. Même si nécessairement, puisque je suis militant actif, mes pensées bien que personnelles, sont porteuses des valeurs que je partage : celle du MoDem.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • : 07/04/2008
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés