Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2008 6 12 /04 /avril /2008 20:27
J’exhume un discours prononcé au mois de Juillet, lors du barbecue de Juillet dernier… Plus je le relis et plus je me dis qu’il est plus que jamais d‘actualité….

 

L’élan qui a poussé près de 7 millions d’électeurs à soutenir François Bayrou lors du premier tour des Présidentielles a montré un déficit en terme de voix qu’il convient de combler : si les cadres supérieurs, les professeurs et en général tous les diplômés Bac+3 et plus constituent la majeure partie des électeurs du Modem, les études qualitatives des différents instituts montrent clairement que les couches populaires et peu diplômées de la population ont été bien moins sensibles au discours de François Bayrou.

Il semblerait que l’orientation subtile que représente le Centre leur ait partiellement échappé. Et il n’y a rien d’étonnant à cela, quand l’on voit comment depuis 20 ans les politiques successives sur l’éducation s’enchaînent en privilégiant les chiffres obtenus par des dés pipés au véritable savoir et à la culture. Faire croire que 80% d’une même classe d’age peuvent obtenir le bac, qu’aller à l’université c’est montrer que l’égalité des chances existe, alors que près de la moitié des néo-étudiants repartiront de fac sans diplôme, c’est croire en une politique d’ « abêtisation » progressive de la population qui arrange parfaitement la classe politique. Et ce ne sont pas les mirifiques audiences de TF1, à la ligne éditoriale si « impartiale », et dont le but, je le rappelle, et de vendre du temps de cerveau disponible, qui me contrediront. Aussi au moment de choisir un bulletin dans l’urne, il n’est pas étonnant que bon nombre d’électeurs se soient réfugiés dans la réconfortante rhétorique bien huilée d’un orateur ou de la sainte Madone, plutôt que le discours honnête et subtil d’un homme qui n’a pas cédé à la démagogie des promesses.

Mais alors comment faire pour apporter la pédagogie dont a besoin le citoyen ?

Tout d’abord, l’occupation des médias parait inévitable. Dans une société dominée par le pouvoir de l’image, le Modem a le devoir d’occuper la scène médiatique, y compris à travers le vecteur de la publicité. Diffuser par exemple une photo d’une assemblée aux ¾ vides, scène quotidienne de la vie politique française a certainement plus d’impact que de l’exprimer avec des mots, quand bien même cela fait mal de l’avouer…



Ensuite en continuant à rester vigilant quant à la qualité de l’information en France et quant à la pluralité des lignes éditoriales. Il est tout de même inquiétant de voir une émission telle que Arrêt sur Images puisse disparaître du PAF parce qu’elle incommode quelques puissants…


Enfin, le Modem ne pourrait supporter à terme le jeu de massacre des traîtres, qui ont tenté de tuer dans l’œuf le nouveau parti dont François Bayrou peut s’enorgueillir. Ce nouvel élan se doit de réunir une équipe fidèle, avec en son sein de nouvelles têtes, pour inspirer la confiance des futurs électeurs. N’en a-t-on pas assez de la danse macabre de ces saltimbanques poudrés et usés qui resservent sempiternellement les mêmes tours de passe-passe ? le Modem, fort d’une équipe jeune et dynamique autour de son chef de file, imposera une dans e à trois temps, parce qu’il n’est pas écrit dans le marbre que la politique française doive se circonscrire au bipolarisme. N’en déplaise aux puissants.

Rien d’étonnant à cela, quand l’on voit comment depuis 20 ans les politiques successives sur l’éducation s’enchaînent en privilégiant les chiffres obtenus par des dés pipés au véritable savoir et à la culture. Faire croire que 80% d’une même classe d’age peuvent obtenir le bac, qu’aller à l’université c’est montrer que l’égalité des chances existe, alors que près de la moitié des néo-étudiants repartiront de fac sans diplôme, c’est croire en une politique d’ « abêtisation » progressive de la population qui arrange parfaitement la classe politique. Et ce ne sont pas les mirifiques audiences de TF1, à la ligne éditoriale si « impartiale », et dont le but, je le rappelle, et de vendre du temps de cerveau disponible, qui me contrediront. Aussi au moment de choisir un bulletin dans l’urne, il n’e st pas étonnant que bon nombre d’électeurs se soient réfugiés dans la réconfortante rhétorique bien huilée d’un orateur ou de la sainte Madone, plutôt que le discours honnête et subtil d’un homme qui n’a pas cédé à la démagogie des promesses.

Mais alors comment faire pour apporter la pédagogie dont a besoin le citoyen ?

Tout d’abord, l’occupation des médias parait inévitable. Dans une société dominée par le pouvoir de l’image, le Modem a le devoir d’occuper la scène médiatique, y compris à travers le vecteur de la publicité. Diffuser par exemple une photo d’une assemblée aux ¾ vides, scène quotidienne de la vie politique française a certainement plus d’impact que de l’exprimer avec des mots, quand bien même cela fait mal de l’avouer…

Ensuite en continuant à rester vigilant quant à la qualité de l’information en France et quant à la pluralité des lignes éditoriales. Il est tout de même inquiétant de voir une émission telle que Arrêt sur Images puisse disparaître du PAF parce qu’elle incommode quelques puissants…

 

Enfin, le Modem ne pourrait supporter à terme le jeu de massacre des traîtres, qui ont tenté de tuer dans l’œuf le nouveau parti dont François Bayrou peut s’enorgueillir. Ce nouvel élan se doit de réunir une équipe fidèle, avec en son sein de nouvelles têtes, pour inspirer la confiance des futurs électeurs. N’en a-t-on pas assez de la danse macabre de ces saltimbanques poudrés et usés qui resservent sempiternellement les mêmes tours de passe-passe ? le Modem, fort d’une équipe jeune et dynamique autour de son chef de file, imposera une dans e à trois temps, parce qu’il n’est pas écrit dans le marbre que la politique française doive se circonscrire au bipolarisme. N’en déplaise aux puissants.
Yves Delahaie, Saint-André lez-Lille le 30.07.07

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche