Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 16:31

Le messie. Ainsi pourrait être qualifié Mark Regnerus, auteur de l'étude préférée des tenants de la croisade contre le projet de loi ouvrant les droits du mariage et l’adoption pour les couples homosexuels. Alors que, depuis des années, l’immense majorité des études sur la question de l’éducation et de l’épanouissement des enfants élevés dans les familles homoparentales montraient que leur situation ne provoquait aucun désordre particulier, cette étude publiée en juillet 2012 est venue à point nommé pour ceux qui, en France, ont décidé de s’opposer coûte que coûte au projet.

 

Une étude vantée par Escada et Boutin

 

Le premier à l’avoir brandi médiatiquement en France n’est autre qu’Alain Escada. Normal, puisqu’il fut le premier dans les starting-blocks et la fin de l’histoire montrera que, s’il s’est fait doubler dans la dernière ligne droite dans l’éclairage de la fronde des antis, c’est bien lui qui aura fourni l’ensemble des arguments de ceux qui tentent, tant bien que mal, de s’en démarquer.

Ainsi, sur LCP, dans l’émission "Ca vous regarde" le 5 juillet 2012, ou encore sur France Culture le 13 du même mois, il offrit en pâture les résultats de cette étude, éclairante à ses yeux :

"Les études publiées aux États-Unis sont parfois contradictoires et je ne vous citerai que la dernière étude publiée par l'Université du Texas et réalisée par le professeur Regnerus qui, au contraire, souligne à quel point, les enfants qui ont été élevés par des duos homosexuels sont beaucoup plus souvent que la moyenne drogués, dépressifs, boulimiques, anorexiques, voire qu'il y a beaucoup plus de situations d'abus sexuels dans le cadre de ses situations familiales."

 

Regnerus.jpg

On oubliera, comme d’habitude, les provocations du héraut de la cause intégriste qui refuse le mot "couple" aux homosexuels pour leur attribuer celui de "duo", pour s’attarder sur les conclusions alarmantes de cette étude qui semblerait sceller le destin des homosexuels en France et leur volonté de voir leurs familles reconnues par l’État.

Christine Boutin, bien informée elle aussi, est moins précise, mais semble avoir elle aussi avoir entendu parler de cette étude, quand elle fut interrogée par Ruth Elkrief, insistant sur le caractère "très scientifique" de la méthode employée.


Depuis, d’autres acteurs ont monopolisé l’attention des médias.

Frigide Barjot, gouailleuse préférée des médias depuis peu, évoqua, elle aussi, l’étude Regnerus chez Paul Amar notamment. 

Xavier Bongibault, alibi homosexuel, la lance à tours de bras tant sur RTL, face à Yves Calvi, que dans "La Manche Libre", sans que tout ceci ne soit exhaustif.

En réalité, vous pouvez faire le tour des opposants au mariage pour tous, et vous verrez apparaître, comme par magie, la fameuse étude du Texas qui vient contredire ce que des centaines d’études ont, elles, démontré depuis décennies.

Et chacun avec l’argument marteau pour celui qui viendrait opposer le "un contre tous" : celle de Regnerus se fonderait sur un échantillon de plus de 3000 personnes quand toutes les autres ne le seraient sur des échantillons 10 à 100 fois moins représentatifs.

 

Une étude "miracle" ?

 

On pourrait s'émouvoir que l'étude provienne du Texas, la terre de George W. Bush, un État qui n'est pas forcément réputé pour son ouverture d'esprit, et qui reconnaît encore dans sa législation la sodomy lawqui proscrit donc la sodomie sur ses terres, même si ce texte législatif a été reconnu anticonstitutionnel voilà neuf ans.

Pour autant, il ne faudrait pas considérer que l'intolérance reconnue de cet État puisse avoir influencé en quoi que ce soit les études provenant de son Université de peur d'être accusé de se rattacher à des clichés.

Aussi, afin de ne pas être suspecté de la lire de manière détournée, lisons ce qu'en dit le site d'Alliancevita, anciennement l'Alliance pour les droits de la vie, association fondée en 1993 par Christine Boutin dans la lignée de la Marche pour la vie, qui conteste l’application de la loi Veil sur l’avortement, qui est loin d’épouser les arguments des partisans du projet, en témoigne, un de ses porte-paroles, Tugudal Derville, devenu un des piliers du comité de "la manif pour tous".

Dans l'émission "Ça vous regarde"Alain Escada insistait lourdement sur le fait que l'échantillon portait sur 3000 cas, quand il est communément admis qu'une étude démontre sa fiabilité à partir de 1000 réponses représentatives, et Christine Boutin, pour sa part, évoquait son caractère "très scientifique".

 

Des chiffres manipulés

 

Pour autant, l'étude du professeur Regnerus ne porte pas sur 3000 familles issues de l'homoparentalité, ce qui serait le seul outil apte à renseigner sur la question qui nous importe. La question qui était posée était celle-ci : "Est-ce que l'un de vos parents biologiques a eu, entre votre naissance et l'âge de vos 18 ans, une relation amoureuse avec quelqu'un de son propre sexe ?"

Notons déjà qu'il fallait que les enfants aient connaissance de cette information, ce qui n'a rien d'une évidence.

Par ailleurs, sur les 15.000 personnes interrogées de manière aléatoire, 175 ont répondu que c'était le cas pour leur mère, 73 pour leur père. Ce qui ne fait donc au total que 248 personnes, auxquelles on a rajouté un échantillon représentatif comprenant tous ceux qui n'étaient pas concernés par la question pour parvenir au chiffre de 2988 personnes interrogées. Au total, ce ne sont donc pas 3000 familles issues de l'homoparentalité qui ont été sondées, mais moins de 250 dont les enfants savent qu'un de leur parent a déjà eu au moins une fois dans sa vie une relation amoureuse homosexuelle.

Il est toujours très instructif de d'attarder sur la méthodologie et ici, en y regardant de plus près, deux points cruciaux relativisent fortement les résultats de l'étude : l'échantillonnage est trop peu représentatif (moins de 250 et non 3000) et surtout la question posée porte sur une attitude sexuelle non chronique ("avez-vous déjà eu..."), dont aurait pu avoir connaissance l'enfant (ce qui réduit encore le champ) quand il fallut s'intéresser aux enfants vivant dans une famille homoparentale fixe.

Dès lors, on peut faire dire n'importe quoi aux chiffres obtenus puisqu'ils ne représentent aucunement la situation voulue par le projet de loi qui nous préoccupe : un couple homosexuel, stable, assumé, qui décide de se marier aux yeux de la loi et avoir un enfant.

Regn.jpg

D’ailleurs, le site "Alliancevita"dont on a vu les potentielles accointances avec les thèses d'Alain Escada et Christine Boutin, met lui-même en garde contre cette étude :

"Cette étude ne dit rien sur l'expérience de grandir dans des foyers homoparentaux dans la période actuelle, et ce pour deux raisons : 1. Avoir un parent ayant eu une relation homosexuelle n'est pas synonyme d'avoir grandi dans un foyer homoparental. 2. Cette étude porte sur une génération aujourd'hui adulte, pour laquelle le fait homosexuel était peut-être moins bien accepté socialement qu'aujourd'hui."

Alors étude miracle que cette étude Mark Regnerus ? En tout cas, sa dernière publication ne va certainement lui apporter l’once de légitimité que le néant scientifique de cette étude brandie par tous les opposants annihile puisqu’elle conclut que les partisans du mariage pour les homosexuels doivent leur faveur au projet à un intérêt trop prononcé pour la pornographie… Bref, un grand scientifique que ce Mark Regnerus.

 

Publié sur le Nouvel obs, le 3 janvier 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by Yves Delahaie - dans Le mariage aux homosexuels
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche