Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 19:51

Jean-Luc Mélenchon est bougon. Il est énervé. Pas seulement parce qu’il ne décolle pas dans les sondages. Mais aussi parce que tout le monde ne parle que de "lui". Tout le monde "lui" fait la Cour. Tout le monde "s’égare", à l’entendre. "Lui" ? François Bayrou, bien évidemment !

 

Jean-Luc Mélenchon le 14 décembre 2011 à Nancy lors d'une intervention à Sciences Po (JC VERHAEGEN/AFP)

Jean-Luc Mélenchon le 14 décembre 2011 à Nancy lors d'une intervention à Sciences Po (JC VERHAEGEN/AFP)


Déjà, le Front de Gauche n’avait pas eu de mots assez durs pour François Hollande quand celui-ci avait évoqué le Président du MoDem dans un gouvernement futur… Son parti avait mis la main à la pâte en produisant une brochure d’une mauvaise foi sans nom pour tenter de déstabiliser l’homme qui monte. En vain.

 

Bayrou, personnalité politique préférée des Français


L'observatoire politique du CSA publié jeudi 5 janvier confirme la percée de François Bayrou : le Béarnais n’est pas seulement crédité de 14% d’intention de votes ; il est devenu le personnage politique préféré des Français. Ni plus, ni moins. Et avec une très forte augmentation chez les 18/24 ans (+19 points en 1 mois).


Alors, lorsqu'Eva Joly a évoqué l’idée d’un pacte de désistement pour battre Nicolas Sarkozy, lors de ses voeux,  allant du Front de Gauche au MoDem, Mélenchon a vu rouge :

 

"Le programme de François Bayrou est rigoureusement incompatible avec la gauche. Il propose la hausse de la TVA et un plan de rigueur de 100 milliards d'euros. Il refuse de recréer les postes d'enseignants supprimés par Sarkozy. La gauche n'a rien à voir avec de telles orientations."


Oui il est vrai que François Bayrou est pour l’adoption des couples homosexuels, pour le droit de vote des étrangers aux élections locales, pour sanctuariser l’éducation nationale et rompre avec les suppression macabre de l’administration Sarkozy tout en préservant le cadre des 18 heures des enseignants contrairement notamment à François Hollande ! Quel affreux homme de droite pour reprendre la sémantique de l’hydre bipartite atteinte d’hémiplégie.

 

Super-austérité ?


Certains viendront rétorquer que Mélenchon parle de la vision économique de François Bayrou. La lubie de Mélenchon. Haro sur le Béarnais, un "super libéral" qui voudrait appliquer une "super-austérité" !


Membre du Conseil National du MoDem, et adhérent de ce mouvement depuis sa création, j’ai eu l’occasion d’entendre plus d’une fois François Bayrou sur sa vision du Monde. Plus que l’immense majorité des Français. Je me souviens notamment de notre conseil en novembre dernier où je me lamentais de voir les médias et certains politiques persister à nous placer tantôt à gauche, tantôt à droite, en fonction des humeurs et des opportunités, et François Bayrou de me répondre, avec le sourire et une assurance à toute épreuve : "mais laisse les dire. Nous on sait où l’on va".

 

Bayrou le philosophe face au sophiste Sarkozy : l’affiche est belle. Mais elle est d’autant plus parlante quand l’image, dérobée, vient l’illustrer avec brio.

 

Et quel meilleur réalisateur pouvait le faire, si ce n’est Serge Moati, l’homme qui filme la politique comme aucun. Celui qui a créé la politique cinématographique. Tous les mois, sur France 3 est diffusé un épisode de 50 minutes de la série intitulée "Elysée 2012 la vraie campagne". Ce jeudi, un extrait a particulièrement attiré mon attention. Comme un réponse aux mensonges de Jean-Luc Mélenchon :

 

 


Ah qu’il est doux ce moment où l’on découvre le vrai François Bayrou, aux antipodes du "super-libéral", costume dans lequel la gauche caricaturale veut le déguiser. Et Bayrou fait la leçon à Jean Arthuis, l’ancien Président de la Commission des Finances du Sénat à propos de ce que Mélenchon lui-même ne pourrait renier : "ça n’est pas en faisant la course à baisser le coût du travail perpétuellement qu’on arrivera à retrouver le niveau de compétition nécessaire."

 

La mascarade étant terminée, nous pouvons passer au discours de vérité, à présent, non ?

Repost 0
Published by Yves Delahaie - dans Du rouge de rouge
commenter cet article
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 19:12

Qu'il risque d'être regretté Olivier Besancenot au NPA. Non qu'il en ait quitté les rangs, mais le plus célèbre facteur de France a décidé de ne pas repartir sur les sentiers de la présidentielle pour 2012, souhaitant éviter la personnalisation. Conséquence aussi de luttes intestines qui ont ravagé les rangs du NPA depuis quelques mois...

 

Il a donc laissé un néophyte partir dans la campagne. Un certain Philippe Poutou, ouvrier dans l'automobile.

 

Poutou et Besancenot le 12/10/11 à Bordeaux (PIERRE ANDIEU/AFP)

Poutou et Besancenot le 12/10/11 à Bordeaux (PIERRE ANDIEU/AFP)

 

La semaine dernière, un sondage montrait le déficit de notoriété de ce candidat avec un éclairage plutôt blafard : 3% des Français interrogés seulement étaient capables de donner le nom du candidat du NPA... et le double pensait que c'est Besancenot qui l'était ! Seuls 34 % des électeurs de la gauche de la gauche pouvait l'identifier.

 

Il était temps que Philippe Poutou fasse quelque chose pour accroître sa notoriété et faire parler du projet du NPA à l'heure où le PS a pris tout l'espace médiatique de la gauche et où les Français finiraient par croire que Arnaud Montebourg représenterait l'extrême gauche en France ! Et quel meilleur endroit que le plateau de Laurent Ruquier, le samedi soir, pour s'offrir une fenêtre médiatique d'importance.

 

On n'était donc pas couchés pour assister au départ en croisière d'un candidat... On assista au naufrage d'un rafiot. A quel spectacle pathétique a-t-on été invité à participer hier soir ! Dans l'inconnue nous partions, interdits nous sommes revenus.

 

Tout commença très mal il faut bien le dire, avec une entrée en matière qui avait de quoi inhiber, Ruquier n'ayant eu de cesse de rappeler que Poutou débutait, qu'il devait être stressé... Pire, l'ombre d'Olivier Besancenot plana dès le départ (une dizaine de fois cité dans l'interview, sans compter les reprises pronominales en "il" qui le désignaient). Tel un fantôme dont on ne peut se détacher. Celui qui causera sa perte face au professeur. Mais ne dévoilons pas la fin.

 

Tout commença donc comme un gag, l'idiot utile, le François Pignon de service, que l'on invite et dont se raille, rappelant qu'il est à zéro dans tous les sondages, ce qui provoqua l'hilarité de certains... A tel point que certains invités comme Omar Sy, puis comme Radu Mihaielanu, tentèrent d'interrompre ce moment terrible, curieux mélange de condescendance et paternalisme médiatique d'un goût assez suspect.

 

Mais Philippe Poutou ne fit rien pour rassurer son auditoire, en déclarant ne pas vouloir être président et refusant le combat du présidentialisme...

 


Poutou Vs Polony & Pulvar 1 [POL] Ruquier 291011... par peanutsie

 

Heureusement, les questions politiques allaient enfin permettre au candidat de se révéler. Las, ce fut bien pire encore.

 

1/ La Dette et les solutions


Nul doute que Philippe Poutou, représentant du NPA, avait prévu un discours au point pour évoquer la crise. Olivier Besancenot avait fait un festival dimanche dernier chez Anne-Sophie Lapix sur Canal+ pour montrer le chemin à suivre. Pourtant, même la première marche fut infranchissable. Et le néophyte de trébucher lourdement.

 

Alors qu'Audrey Pulvar lui demandait comment le NPA comptait faire pour ne serait-ce que payer ses fonctionnaires dès lors qu'il annulerait la dette (début de la vidéo ci-dessous) et qu'il ne pourrait ainsi plus trouver de l'argent frais pour le fonctionnement du pays, Philippe Poutou lança un discours au son du "il faut stopper hémorragie", avant de s'emmêler les pinceaux, laissant filer un "je suis un peu perdu". Au point même de dire cette phrase d'une naïveté et d'un amateurisme coupable à ce niveau : "Dans l'urgence il faut arrêter le paiement de la dette. Y'en a un qui appelle ça un moratoire"... pensez donc : y'en a un qui appelle ça un moratoire !

 

2/ La France quitte-t-elle l'Euro et l'Europe ?


La question de Natacha Polony est simple (à 4min30). La réponse elle est incompréhensible. "On est pour l'Europe" déclare-t-il, avant de se raviser en disant qu'il veut rompre avec le système actuel pour créer une Europe des Peuples... Et dans le méli-mélo, Poutou met sur le compte de la spéculation folle la catastrophe de Fukushima, la sécheresse et la famine en Afrique... Pas sûr que le climat soit le seul déréglé.

 


Poutou Vs Polony & Pulvar 2 [POL] Ruquier 291011... par peanutsie

3/ Sortie du nucléaire ?


Puis vint la question de la sortie du nucléaire (à 5min45 sur la vidéo ci-dessus), le NPA proposant d'en sortir sous dix ans ! Qui dit mieux ? Problème, quand Audrey Pulvar lui demande les énergies sur lesquelles on pourra assurer aussi rapidement cette mutation, Poutou montre toute son expertise...

 

4/ L'affaire du voile


Mais ce qui va déstabiliser complètement le candidat NPA à la présidentielle (à 8min40 sur le vidéo ci-dessus) c'est l'affaire d'Ilham Moussaïd, cette candidate voilée aux Régionales 2010 pour le NPA qui avait provoqué un tollé, y compris au sein du NPA comme dut le commenter Philippe Poutou. Preuve de l'amateurisme totale de ce cher Monsieur, et cela est bien compréhensible quand on débute, mais qui est beaucoup plus grave de la part des communicants du NPA qui avaient préparé l'émission avec lui et qui à l'en croire n'avaient pas vu venir cette question "vacharde"...

 

Terrible moment donc où Poutou démontre que le NPA n'a aucune position claire sur la question, qu'il ne s'en cache pas. Pire qu'à mettre des candidates voilées, qu'à les placer en tête des cortèges comme symboles et à s'être opposé à la loi contre le voile à l'école républicaine, le NPA ne se présente pas comme le meilleur défenseur de la laïcité... contrairement à Philippe Poutou qui semble bien plus clair sur la question.

 

5/ La leçon du maître


Mais le summum reste à venir. La mise à mort de la bête si j'ose la funeste métaphore de la corrida. Michel Onfray, à qui l'on demande s'il a été convaincu par le candidat Poutou s'en va pour sept minutes d'un démontage en règle :

 


Poutou Vs Polony & Pulvar 3 [POL] Ruquier 291011... par peanutsie

 

Le professeur rend la copie qu'il estime indigente : contresens sur la laïcité, hors-sujet sur les réponses à apporter, aucun travail d'équipe... La mise en parallèle de la faucille et du marteau d'un côté contre le mégaphone de l'autre est terrible par la crudité et la fulgurance d'une image juste pour montrer le naufrage d'un candidat et de son parti. Le corps de Philippe Poutou est recroquevillé, le regard hagard et dans le vide, pendant que Maître Onfray distribue les gifles verbales cinglantes.

 

La télévision est puissante. Elle permet comme jamais la médiatisation et les politiques l'ont bien compris. Jamais ils ne manquent l'occasion de venir s'y complaire même si chez Laurent Ruquier on a toujours plus de risques que sur les plateaux des journaux télévisés, animés à l'unisson avec obséquiosité.

 

Mais le spectacle de samedi soir montre que la télévision est cruelle : venu pour se faire un peu de notoriété à moindre frais pour lancer sa campagne, Philippe Poutou repart dans un bien triste état. Et pire, car on peut toujours pardonner à un candidat de faire un premier pas timide, ce qui n'a rien de terrible en soi, en donnant la certitude que le NPA n'apporte rien comme solutions, qu'il n'est d'accord sur rien au sein de ses propres troupes, qu'il n'est pas là pour jouer un rôle, et qu'il se veut pourfendeur de la laïcité.

 

Au siège du NPA, nul doute que l'on doit craindre la prochaine salve des sondages...

Repost 0
Published by Yves Delahaie - dans Du rouge de rouge
commenter cet article

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche