Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 11:24

Le naufrage cathodique de Véronique Genest dans "On n’est pas couché" n’est plus un secret pour personne. Confrontée à son amateurisme, prétendant n’être que "néophypte" en politique, sans ambition ni prétention, alors qu’elle est candidate suppléante pour la députation –Bigre, un siège dans le ventre de la République, l’Assemblée nationale ! -, elle est juste parvenue à convaincre qu’elle était au mieux manipulée, spoliée de son aura médiatique, au pire d’une candeur qui confine à la sottise.

 

 


 

Pour autant, se contenter de prendre Véronique Genest pour une brave fifille, au franc parler et au bon sens populaire serait sans doute un peu rapide. Car lors de l’émission, un double discours est clairement ressorti, oscillant en fonction de la situation : candide et naïve quand elle était accusée bien évidemment, mais bien plus idéologue quand elle était plus libre de sa parole. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la vision du conflit israélo-palestinien de Véronique Genest est loin d’être innocente.

 

Durant l’émission, l’actrice a semblé embrasser ce qu’elle a convenu d’appeler "l’opinion" de son titulaire, Jonathan-Simon Sellem quand celui-ci estime que la Palestine est une  "fiction", expliquant par la suite qu’avant 1967, ceux que l’on appelait les palestiniens étaient les juifs et non les arabes. Et de sous-entendre que les actuels palestiniens n’étaient pas légitimes dans leur revendication d’avoir une terre aux côtés d’Israël. On peut en effet prendre parti pour Israël ou la Palestine sans pour autant être poursuivi pour délit d’opinion. Mais comment peut-on alors prétendre vouloir distiller un message de paix comme l’a répété Véronique Genest dans l’émission, sans pour autant prôner la coexistence de deux états voisins, celui de la Palestine et celui d’Israël ?

 

Un peu plus tard, elle en vint à accuser les médias français de ne vouloir diffuser qu’une vision univoque de la situation, évoquant une "énorme désinformation" :

 

"Les médias désinforment, les médias ne se renseignent pas. Quand on va sur place, vous n’avez pas la même vision".

 

Accusation lourde, très lourde même qui n’est bien évidemment pas étayée de source et qui sonne en écho à ce qu’elle disait quelques minutes auparavant sur l’expression « territoires disputés » pour évoquer la situation géographique: "C'est comme ça qu’ils en parlent en Israël" argumente-t-elle. "Pas tous" relance Natacha Polony... "Ah si si tous". Véronique Genest serait-t-elle dotée du don d’ubiquité pour avoir rencontré TOUS les Israéliens, ou plus impressionnant, serait-elle dotée du don d’omniscience pour lire en chacun d’eux comme dans un livre sacré ?

 

Les médias ne s’informeraient donc pas, et Véronique Genest, elle, sériât la mieux informée pour avoir rencontré au mieux une trentaine de personnes sur place ?

 

Donc pour résumer, la Palestine serait une fiction existant à propos de "territoires disputés", expression dont se revendiqueraient tous les Israéliens, dans un conflit que les médias français couvriraient de façon partiale en prenant fait et cause pour les Palestiniens.

 

Mais les généralisations et la caricature ne suffisent plus. L’interprète de Julie Lescaut va encore plus loin. Dans un grand moment de confession, et alors que sa parole se libère, elle va directement tomber dans le conspirationnisme :

"J’ai l’impression qu’on dissimule un antisémitisme dans la création d’un état palestinien".

 

genest.jpg

 

En d’autres termes, la revendication d’un Etat de la Palestine n’aurait pour origine non pas une terre disputée au nom d’une Histoire tumultueuse et commune, mais la simple haine des Juifs.

 

Et c’est le moment où, bien évidemment, une autre musique vienne frétiller dans nos tympans. Une mélodie proche, bien que défendant l’autre camp des conspirationnistes. Ceux qui parle d’un complot juif. Qui relativisent la Shoah ou encense ceux qui l’ont nié. Ceux qui vont en Iran pour décliner une hagiographie d’Ahmadinejad en y ajoutant sa haine d’Israel, et prenant donc cette possibilité de s’exprimer comme la preuve de la liberté d’expression en Iran. Et derrière le "ceux" tout le monde aura reconnu Dieudonné M’bala M’bala. 

 

Et l’on se souvient alors que Véronique Genest, dans l’une de ses digressions, n’hésite pas à dire que "les musulmans sont les plus grands massacreurs de l’Histoire".

 

Alors on pourra toujours s’amuser des frasques de l’interprète de Julie Lescaut. Louer son franc parler qui tranche avec la langue de bois en politique. Se dire qu’après tout, elle ne siègera jamais à l’Assemblée et que tout cela n’est pas bien sérieux. On pourra aussi se dire, qu’un fameux dimanche de décembre 2003 sur France 3, certains pensaient que Dieudonné avait seulement ce soir là un sketch et une provocation de mauvais goût. Sans imaginer ce qui allait en découler.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

orange vitaminée 11/03/2013 23:13


Je ne suis vraiment pas convaincu de cette analyse. Après avoir été pro Israelienne la France est désormais pro arabe. Merci Chirac !


C'est aller un peu vite. Le problème est bien complexe pour être traité à la légère. De toute façon, un journaliste en France ne peut être pro israelien. C'est un fait.


Personnellement, je trouve que Genest, toute française moyenne qu'elle est, ne s'est pas trop mal débrouillée pour une victime désignée à l'avance. Mettons tous les députés dans les mêmes
conditions et nous verrons ce qu'il en ressort.


Je n'aime pas ce procès si facile. C'est de la morale gratuite et inutile.

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche