Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 09:48

Christine Boutin à Nice le 24 août 2012 (V. HACHE/AFP)

 Christine Boutin à Nice le 24 août 2012 (V. HACHE/AFP)

 

Lecteurs, je le sais, quand ma plume chatouille le papier, émoustillée par les affres de la bigote qui radote, laquelle est toujours en verve, vos yeux pétillent d’impatience. Nous avions laissé Christine Boutin, sur la route de Compostelle, brebis égarée en pleine présidentielle, un pétard mouillé à la main, en guise de bombe nucléaire.

 

Une nouvelle croisade

 

Puis les élections législatives passèrent sans que la présidente du Parti démocrate chrétien ne pût revenir à la lumière. Condamnée aux enfers de l’anonymat ? Point trop n’en faut pour le Petit chapelet rouge qui préparait son retour. Rien de tel, pour ce faire qu’une belle croisade comme elle sait parfaitement les organiser : celle contre le mariage des homosexuels.

 

Dès juin, elle avait tenu à s’inviter aux débats, à la veille de la gay pride, en enchainant les points presse, de BFMTV au Parisien, sans oublier RTL… Un marathon médiatique pour expliquer qu’il faudrait compter sur elle. Phénix des hôtes de ces bois dangereux qui veulent pourfendre la foi pour imposer la loi. Hérétiques, dont l’odieuse laïcité est le glaive, qu’il faut combattre. Ou bien encore transformer en lui adossant une épithète comme Christine Boutin le fit dans son programme présidentiel en lui accolant le doux qualificatif de "saine". "Saine laïcité". Une seule lettre vous manque et tout est dépeuplé. 

 

Mais, il faut le reconnaître, le petit chapelet rouge fait profil bas. Il n’est plus question de passionaria, ni même de passion. Et c'est elle qui le dit. Aurait-elle appris de l’épouvantable chapitre du PACS, son Sodome et Gomorrhe, pour en retenir une leçon de raison ?

 

Las. Il faut se méfier de l’eau qui dort, surtout quand elle est bénite. Alors bien évidemment, Christine Boutin explique qu’elle n’a rien contre l’homosexualité, qu’elle a même des amis homosexuels, et qu’elle aussi a un grand cœur et qu’elle peut comprendre les choses. Elle en profite même pour s’encanailler un peu sur le plateau de "C à vous", mardi soir (à partir de 25'25). Et puisque sa charité n’est point extensible, ce sont les vieux qui payeront la note de son, indulgence à l’égard des homosexuels, quand elle dit que les mariages célébrés entre seniors ne peuvent l’être que pour des raisons bassement pécuniaires.

 

Une arme secrète

 

D’ailleurs, si ça ne tenait qu’à elle, les homosexuels pourraient se marier, écoutant son grand cœur. Las, la nature, sa nature, l’a voulu autrement. Et il faut rester ferme dans les principes. Ferme sans fermeté. Car, de combat, elle ne veut pas. Apaisée, Christine Boutin préfère les vertus du dialogue, espérant convaincre, son bâton de pèlerin à la main, un à un, les indécis ou les ignorants, c’est selon. Et pour cela, elle a concocté une arme secrète. Un serpent, habile et malicieux qui viendra charmer les adorateurs de la démocratie. Un animal rusé qui viendra proposer un fruit beau et agréable à manger, qu’il suffira de croquer : le référendum.

 

Héraut des intégristes qui placent la foi au-dessus des lois en 1999, Christine Boutin revient treize ans plus tard comme défenseur de la tradition Républicaine en réclamant à cor et à cris un référendum. Elle qui déclarait au Nouvel Observateur en 1998 : "je suis d’abord catholique avant d’être élue" ! Jésus doit se retourner dans son tombeau. Et ses supplications n’en finissent plus de faire écho, ici ou .

 

Aussi doucereuse que puisse être cette musique, quelle mouche a donc piqué la bigote pour la voir vanter les délices exquises des vertus référendaires ? Prenez garde : le cheval de Troie vient de frapper à la porte. Ne déployez pas le pont-levis. La mascarade est grotesque, et je vais, avides lecteurs, vous la dévoiler sans plus attendre.

 

Car naïf serait celui qui pourrait croire un seul instant, que Christine Boutin serait devenue une adoratrice de la démocratie. Dieu la guide. Et Dieu seulement. Quelles que soient ses dénégations. Et si la démocratie peut ainsi lui rendre service, c’est qu’elle contient en ses gênes une faille et non des moindres : celle de la loi de la majorité. Ce que le peuple veut, la démocratie lui donne. Faille maintes fois exploitée par les intégristes de tous poils, comme le montrent et démontrent chaque jour les révolutions arabes après lesquelles les fondamentalistes finissent tôt ou tard par prendre le pouvoir.

 

Une campagne nauséabonde

 

Certes, aujourd’hui, l’opinion publique est nettement favorable au projet de loi dévoilé par Christine Taubira ce mardi. Mais les chiffres sont trompeurs. L’enquête de l’IFOP sur "les Français, les catholiques et les droits du couple homosexuel" d’août dernier montre que si les opinions favorables pour le mariage des homosexuels sont en hausse inintérrompue depuis plus de 20 ans (pour atteindre aujourd’hui 65%), celles concernant l’adoption par les couples homosexuels sont en baisse de 5 points à 53%. Et c’est là le maillon faible du projet.

 

Voilà pourquoi Christine Boutin chante à tue-tête qu’elle se réjouit que le gouvernement ait eu le courage de coupler les deux questions. Point de concession à l’adversaire ici, mais une stratégie qui vise à tout miser sur la question de la filiation pour faire basculer l’opinion publique. Et qui sait si le gouvernement sera aussi courageux et valeureux si les Français venaient à être hostiles sur la question…

 

Aujourd’hui, les opinions favorables sont au plus fort chez les Français et gageons qu’une campagne nauséabonde à souhait comme celle que propose Civitas à grands coups d’autocollantssuffiraient à faire changer les courbes. Du moins, Christine Boutin le croit elle.

 

Mais au-delà de ces perspectives fantasmée par le Petit chapelet rouge, certains se demandent même si cette question mériterait un référendum, voir si nos Sages du Conseil constitutionnel l’accepteraient. Car, quand on demande au peuple de trancher, encore faut-il que la question concerne l’ensemble des Français.

 

Or, il n’est pas bien sûr que le mariage de deux femmes ou de deux hommes ne modifient en quoi que ce soit les cérémonies unissant un homme et une femme ou bien la conception naturelle d’un enfant, à partir d’une cellule masculine et féminine. En quoi cela regarde les autres couples que de voir se célébrer des unions entre deux personnes du même sexe ? En quoi cela influe-t-il sur leur existence, sinon à vouloir se mêler de la vie des autres ?

 

C’est sans doute cela le véritable problème de la bigote : à force de regarder et de juger les autres, elle finirait par s’oublier elle-même…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche