Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 08:51

Si les débats de cette présidentielle ne semblent pas passionner les Français – et on les comprend quand on voit que l’on consacre par exemple du temps de parole de Philippe Poutou à lui faire dire que faire une campagne est plus fatiguant que de travailler à l’usine -, une nouvelle faite ce lundi viendra peut-être faire contredire les Cassandre qui prévoient une abstention record. 

 

Vidéo snoopyves1 sélectionnée dans Actualité

 

France 2 a en effet annoncé qu’elle organiserait le 16 avril prochain, à seulement 6 jours du premier tour un débat entre les candidats dans le cadre de l’émission "Mots croisés" animée par Yves Calvi.

 

Il était temps qu'un grand débat soit organisé

 

Voilà qui ravira Nicolas Dupont-Aignan, qui fut le premier à le réclamer, rongeant son frein en voyant son score stagner aux alentours de 0,5%. Et quand on voit comment les médias télévisés se sont affranchis de l’équité de temps de parole jusqu’au 19 mars, il y a de quoi se réjouir de voir enfin une mise en lumière de ceux qui postulent tout de même à l’élection de la présidence de la République.

 

Et que ce débat soit organisé sur le service public est la cerise sur le gâteau, à condition bien évidemment que l’on ne cantonne pas ce débat à la deuxième partie de soirée, créneau traditionnel de l’émission crée par Arlette Chabot.

 

François Bayrou et Jean-Luc Mélenchon s’étaient déjà engagés à y participer avant même que la décision ne fût prise. Il faut dire que l’expérience des primaires socialistes a de quoi aiguiser les appétits. Nul n’a oublié quel succès ces débats ont connu, ce qui n’était, avouons-le, pas gagné d’avance. Une bonne audience doublée d’une participation remarquable dans les urnes.

 

Mais, et c’est surtout ce que veulent retenir ceux qui ne caracolent pas en tête des intentions de votes du premier tour, ces débats furent le point de départ de l’éclosion du candidat Montebourg, notamment dans son duel frontal avec Manuel Valls et qui lui avait permis de décliner son thème fort, la démondialisation, sur lequel surfe d’ailleurs avec succès un certain Jean-Luc Mélenchon. Celui qui rassemblera plus de 455.000 voix, et qui créera dans la foulée le courant "La rose et le Réséda" n’a pas oublié qu’il avait commencé la campagne des primaires à 5% en août...

 

Et déjà à l’époque l’on criait à la monopolisation du débat entre Aubry et Hollande, quand aujourd’hui le couple Sarkozy Hollande ravage tout sur son passage, comme le montre cette parodie de la scandaleuse Une de Libération qui confond commentaire et information dès sa première page, et que l’on pouvait découvrir le soir même de l’attentat démocratique sur le site deBayrou.fr.

 

L'on peut toutefois regretter que ce débat intervienne si tard dans la campagne quand les socialistes en avaient prévu une trilogie de longues dates afin que les citoyens aient le temps de voir évoluer les positions de chacun. Mais enfin, ce sera une première dans l’histoire de la politique française…

 

Un boycott de la part de Hollande et Sarkozy ?

 

Sauf que, sauf que… Les deux favoris ont décidé de faire la fine bouche. Nicolas Sarkozy a d’ores et déjà annoncé qu’il n’y participerait pas, estimant que la tradition implique de réunir les gagnants du premier tour. Pour celui qui n’a jamais cessé de claironner qu’il voulait voir la politique autrement, dans une rupture avec ses prédécesseurs, l’argument est risible.

 

François Hollande est tout aussi grotesque, puisqu’un de ses proches a justifié les réticences de son poulain par des raisons techniques, affirmant qu’un débat à dix pourrait sombrer à une foire d’empoigne. Les mêmes arguments avancés par les frileux juste avant les primaires… Et l’on a vu pourtant qu’avec des temps de paroles, et un animateur qui sait se faire respecter, chacun peut rester courtois tout en permettant aux candidats de se répondre les uns aux autres.

 

La vérité, c’est que les deux favoris ont évidemment peur. Ils ont tout à perdre dans ce type de confrontation. Oubliant toutefois que le débat politique a tout à y gagner vu le peu d’intérêt que la présidentielle suscite chez les Français. Pourtant n’est-ce pas là le plus important ? Les deux favoris n’ont-ils pas tout intérêt à ne pas incarner le triste proverbe selon lequel à vaincre sans péril on triomphe sans gloire ?

 

Alors pourquoi France 2 courberait-elle l’échine et accepterait de contourner le débat démocratique ? Pourquoi serait-on contraint d’accepter cette guerre de tranchée où l’on envoie ses caporaux se salir pour éviter d’être éclaboussé ? Est-on à même d’accepter dans une démocratie cette dérobade qui a déjà vu Pierre Moscovici et Jean-François Copé représenter Hollande et Sarkozy chez Ruquier où tous les candidats à la candidature avaient pourtant joué le jeu ?

 

Quand la droite avait hurlé au loup lors des primaires socialistes en expliquant que le PS avait monopolisé le temps de parole, les animateurs avaient expliqué que ce n’était pas faute d’avoir essayé d’inviter sur les plateaux les représentants de la majorité présidentielle : ils ne voulaient pas venir. Ils se dérobaient. Ce qui avait semblé suffire au CSA.

 

Alors il faut jouer le jeu de la démocratie et mettre Nicolas Sarkozy et François Hollande devant leurs responsabilités, une alternative non négociable : soit François Hollande et Nicolas Sarkozy acceptent le jeu démocratique et honorent en personne l'invitation qui leur est faite, soit ils ne seront pas représentés sur le débat et accepteront un autre adage selon lequel les absents ont toujours tort. Sans compensation de leur temps de parole puisqu’ils auraient décliné l’invitation.

 

Mais le CSA aurait-il le courage et l’indépendance pour oser refuser l’arrangement avec la démocratie que serait le substitut d’un candidat pour débattre ? Le pavé est lancé dans la mare. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yves Delahaie - dans Présidentielles 2012
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche