Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 19:36

Se présenter à la présidentielle n’est pas qu’une formalité. Si on se bat au PS pour choisir qui représentera le parti, qui, avec l’UMP joue au jeu de la chaise musicale hégémonique, Mélenchon, Bayrou, éventuellement Borloo (mais rien n’est fait en fonction des projections législatives… ), Joly ou encore Boutin n’auront aucun problème à trouver leurs 500 parrainages parmi les 45.000 élus qui peuvent le faire, grâce à une implantation locale et historique.

D’autres candidatures plus ubuesques n’auront aucun espoir. Ce sera notamment le cas de Kenza Drider, qui persiste à porter sa burqa malgré une loi qui l’interdit. Madame Drider diffuse et tente de légitimer une vision de l’émancipation de la femme contraire aux valeurs de République française. Candidature sous la forme d’une provocation à nos institutions, comme un énième coup de boutoir dans les portes de la laïcité, comme jadis les collégiennes voilées de Creil. La condition des 500 signatures trouve donc ici toute sa pertinence et son obligation.

On se souvient que Nicolas Dupont-Aignan et Corinne Lepage avaient jeté l’éponge en 2007 dans leur quête. La seconde, qui prétendait malgré tout pouvoir réunir les 500 parrainages, soutint d’ailleurs François Bayrou, alliance rentable puisqu’elle lui valut un poste de députée européenne (ce que son micro parti CAP21 ne lui aurait jamais permis) avant de claquer la porte au Mouvement qui l’a nourrie. Même pas la reconnaissance du ventre.

Mais qui dit 500 signatures, dit Front National. Plus qu’un épisode, une série à succès qui a permis à chaque élection au chef historique de jouer l’air de la victimisation. Comment cela ? Celui qui réunit 15% des voix, entre 3 et 4 millions d’entre elles, ne pourrait pas se représenter dans une démocratie ? Et le Breton de radoter sa crainte de ne pas réunir les parrainages avant d’y parvenir in extremis et de faire le plein de voix…

Sauf que Marine Le Pen ne pourra plus nous jouer le même air de pipeau. Et pour cause : les Sénatoriales ont rendu leur verdict dimanche dernier et ont montré que si ce parti n’a pu remporter aucun siège (et comment le pourrait-il avec si peu d’implantation locale), il a augmenté de 144% son score par rapport à l’élection précédente. Plus 1252 voix contre moins de 500. Et encore. Seulement sur 50 départements !

Alors certes, le cortège des grands électeurs comprend des délégués qui ne pourront pas donner leur parrainage pour la présidentielle. Mais l'augmentation des conseillers locaux, et des maires sans étiquettes, compatibles avec le discours de Marine Le Pen, et surtout déçus du Sarkozysme, est telle, que cette fois-ci il n’y aura aucun suspense.

Vous me direz, quand on est accrédité de 18% d’intentions de vote c’est bien normal. Mais il faudra que Marine Le Pen lance un couplet différent pour cette nouvelle présidentielle. Histoire de faire la rupture définitive avec le père. Et ce ne sera pas évident de trouver aussi efficace rythmique.

 

Publié sur Le Plus du Nouvel Obs le 1er octobre 2011

Partager cet article

Repost 0
Published by Yves Delahaie - dans Du Front National
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche