Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 07:57

Ils sont rares ces moments où l’on peut s’arrêter et contempler la vue avec délectation. Et en ces temps où il est bon ton de s’acharner sur notre Président de la République, il convient de saluer comme il se doit la fin d’une longue période, qui de promesse en bataille, a engendré du plus beau ravalement de notre devise républicaine. Le pilier central, l’égalité, est aujourd’hui plus proche que jamais de l’éclat qu’on lui avait promis voilà deux siècles avec la validation par le Conseil constitutionnel vendredi et la promulgation dans la foulée samedi de la loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples homosexuels.

Oui, il faut saluer la promesse tenue de campagne de Hollande qui avait tant laissé indifférents ses adversaires durant la présidentielle, et qui, soudain, par l’opération du Saint Esprit, en ont fait un casus belli, évoquant les changements de société, de régime ou bien de civilisation. Ceux-là même qui refusaient d’en débattre durant toute la campagne se plaignirent de ne pas être entendus, alors même que la France a saturé de leurs jérémiades.

MG.jpg

Les opposants au mariage pour tous, qu’il convient aujourd’hui d’appeler mariage tout court, n’ont pas seulement fait exploser l’homophobie, pris en otage le Peuple français en prétendant parler en son nom, ou redonner des gages à une extrême droite française que l’on croyait, un peu comme les bancs des églises le dimanche, désertée. Ils ont souillé le pacte républicain en divisant les Français sur la question fondamentale de l’égalité, quand, dans le même mouvement, de nombreux pays font la transition du mariage des couples homosexuels sans heurts, ni drames. Certaines de leurs actions, sombrant dans le délit, ont légitimé l’adage selon lequel la fin justifiait les moyens, plongeant notre Nation dans un climat délétère et malsain.

Il en aura fallu du courage à ce gouvernement pour faire face à cette folie, de ces citoyens maquillés par la déraison de leur passion en délinquants du dimanche. Résister à ceux qui se sont servis des poussettes comme boucliers humains pour ensuite jouer les victimes. Ne pas plier face à ceux qui considèrent que la foi est sur certains sujets supérieure à la loi.

Ne pas renoncer, ne pas céder. François Hollande dont on tance souvent le caractère velléitaire à force de compromis mous ou de synthèses médiocres qui ne satisfont personne, n’a ni plié, ni rompu. Il a tenu. Et a montré de quel bois il était fait en touchant aux fondamentaux de la République et en lui apportant le souffle de modernité qui lui était nécessaire afin de ne pas laisser une partie de ses enfants, sans droits, devant payer l’identité sexuelle de leurs parents. La République les a, enfin, débarrassés du complexe d’Oedipe, et de la culpabilité parentale qu’on leur faisait porter, comme une croix sur le dos.

Pour autant, on ne saurait se contenter d’aussi peu. Dans une France en proie aux doutes, prête pour une frange d’épouser les sillons les plus obscurantistes, le Président de la République doit à présent agir sans compter. Sur l’économie, l’éthique, l’éducation, l’emploi.

Il lui faudra aussi mettre de l’ordre dans sa majorité, afin qu’un Jérôme Cahuzac ne puisse pas, comme il l’a fait cette semaine, laisser planer le moindre doute sur un retour en politique quand on s’est rendu coupable de parjure devant des élus de la République pour cacher avec lâcheté ses délits. Son fantôme menace pourtant de hanter les Municipales pour 2014, dans une année électorale où le PS risque de payer très cher l’impression d’ensemble.

De la même manière, si le pilier central de notre devise, l’égalité, trouve un lustre aux reflets voisins de ceux qu’on lui avait imaginés en 1789, il ne faut pas oublier tous ceux qui sont encore laissés sur le bord de la route, de la reconnaissance des trans, sur la question LGBT, ou des étrangers qui travaillent en situation régulière et qui s’acquittent de leurs impôts sans pour autant bénéficier pleinement de leur citoyenneté par le vote aux élections locales. Avoir repoussé la proposition après les municipales lors de la Conférence de Presse a été perçu pour beaucoup comme un renoncement. Bien loin du Président courageux que j’applaudissais il y a encore quelques mots…

Publié sur Médiavox le 20 mai 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by Yves Delahaie - dans Editos média vox
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche