Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 12:55

La question n’est pas encore de savoir s’il va réussir. Ni même si Hollande lui en donnera l’occasion. Encore moins de savoir s’il sera candidat à la présidentielle. Laissons au temps faire son œuvre, et surtout à l’homme de faire ses preuves. Surtout.

Mais d’ores et déjà, il faut être fier de compter en premier Ministre Manuel Valls. Nul besoin de pérorer sur son prédécesseur. Léché, lâché, lynché. Le vieux dicton a fait ses preuves et son sinistre carnage. Il est temps seulement de savoir pourquoi Manuel Valls est l’homme qui incarne la République. Pourquoi l’homme n’est pas seulement celui qui a la plus forte cote dans les divers Instituts de popularité, qui crée au moins autant les phénomènes qu’ils ne les sondent.

Le grand public retiendra bien évidemment le temps récent. L’affaire Dieudonné. Avec son ressenti, selon que l’on soit libertaire ou extrémiste et adepte de la liberté de parole fallacieuse ou bien admirateur de la fermeté face à l’indicible. Manuel Valls a alors pris le risque de perdre en popularité, ce qui arriva, pour défendre les piliers de notre République. L’histoire retiendra que sa sanction, d’un rare courage, fut prise par un homme de gauche. Oui de gauche. Et c’est sans doute la raison pour laquelle cette droite devint folle à lier à son encontre. Pavlovienne.

Les férus des potins apprendront que l’homme a une sœur qui combat contre la drogue, faisant de lui un homme comme les autres face aux fléaux de notre Monde. Ni plus, ni moins. N’en déplaise à La Fontaine et ses si jolis vers sur les plus Puissants.

Les plus cruels se rappelleront de ses faux pas. « Des Blancs, quelques white, quelques blancos » qui défrayèrent la chronique, comme si l’on oubliait que la vie politique est une vie orchestrée, mise en scène qui transcende l’humain jusque dans les maux. Dur. Mais quel politique n’a-t-il pas été pris au piège de ce cynisme qui conduit à la lumière ?

Sans parler de sa sortie sur les Roms. Faisant trop écho au désormais sinistre discours de Grenoble de celui, dont on dit qu’il marche sur ses pas. Avec une grasse bêtise. Tant sa marque écrase celle minuscule aux yeux de la République de celui qui a écorché la France dans ses principes et sa chair.

Oui. Manuel Valls n’est pas parfait. Il a failli. Et alors ?

valls.jpg

Pour ma part, je retiendrais de l’homme, le seul qui, dans son camp, a osé défendre la direction de Baby Loup, cette crèche de Chanteloup-les-Vignes qui a appris à la France entière que l’on pouvait, en France, ouvrir un établissement juif, musulman ou catholique mais qu’il était défendu d’en ouvrir un qui se revendique des valeurs laïques. Qui ose dire que la neutralité n’est pas une possibilité, mais la seule condition pour accueillir des enfants en bas âge. Qui, surtout, offrait un service 24 heures sur 24 à des classes populaires, contraintes de se lever tôt pour travailler, avec l’assurance qu’aucun prosélytisme, de quelque sorte qu’il soit, ne vienne entraver l’éducation qu’ils entendaient donner à leur progéniture. Quelle qu’elle fût.

Seul. Seul et presque contre tous quand on sait la frousse qui s’empare de la gauche dès que l’on parle de la laïcité, comme si prononcer ces quatre syllabes étaient un poison. Une maladie incurable.

Manuel Valls a prouvé, prouve et prouvera certainement, que l’on peut être de gauche et assumer certaines thématiques, comme la sécurité, la laïcité ou l’immigration. Avec cette conscience qu’il ne faut surtout pas laisser ces territoires à d’autres prédateurs, habiles à détourner l’attention du Peuple.

C’est avec courage qu’il faut parler de la chose.

Manuel Valls a tout pour devenir cet homme que je dépeins, sans doute avec appétence dans l’exercice du pouvoir. Puisse-t-il ne pas décevoir. Il en va du sort de la France.

Partager cet article

Repost 0
Published by Yves Delahaie - dans Editos média vox
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche