Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 09:19

Elections - image d'illustration (P.EMILE/SIPA).

Elections - image d'illustration (SIPA)

 

Dans cette campagne législative, la tâche de la presse est complexe. Pensez donc : 577 circonscriptions, avec plus d’une dizaine de candidats pour chacune d’elles. Au total ce sont donc 6591 candidats qui se présenteront dimanche devant les électeurs.

 

Hors du clivage droite/gauche, point de salut

 

Aussi la tentation est grande de céder à la facilité. Et de réduire le débat politique à une opposition droite/gauche. Le même simplisme qui a été imposé à l’ensemble des Français lors de l'élection présidentielle, quand la Sarkhollandisation battait son plein. Seuls les combats de chats errants entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon venaient troubler l’ordre établi. Les élections passent, et les tics restent.

 

Dès lors, comment exister dans ce système si fermé ? On peut toujours utiliser les réseaux sociaux. Twitter suscite la curiosité de certains. Mais il faudrait être dupe pour croire que l’on peut faire campagne sur internet. Incontestablement, lnternet permet de diffuser des idées, de prendre des contacts ou de faire connaître son agenda. Mais ce n’est assurément pas sur ces contrées virtuelles que l’on obtient des voix.

 

Reste le cas de la presse locale. Souvent, elle fait œuvre de pédagogie. A Lille par exemple, le gratuit Direct Lille consacre quotidiennement sa page 3 à une circonscription. Un travail de pédagogie salutaire. 

 

Gay pride à Lille : les candidats "stars" dorlotés par les journalistes

 

Pour autant, malgré tous les efforts, les journalistes locaux tombent eux aussi dans l’ornière du bipartisme. J’en ai vécu l’amère expérience ce week-end.

Alors que se déroulait ce week-end la Gay Pride de Lille, sur le thème de "les promesses, ça suffit", l’occasion de revendiquer l’adoption du mariage gay, je fus invité par le président de la LGP Lille à venir défiler en tête de cortège, après qu'il a pris connaissance de mes positions sur le mariage gay, que j’avais exprimées ici même, et que le blog de Noël Mamère avait même relayé. C’est dire.

 

A 14h30, le défilé allait partir, quand une nuée de caméras et de photographes se ruèrent sur le député PS sortant, de la 1ère circonscription du Nord, mon adversaire donc, Bernard Roman. Oubliant un peu trop vite que la Gay Pride n’était pas apolitique, puisqu’elle défend des idées fortes, mais qu’elle se doit d’être "apartisane", le déjà trois fois député s'est longuement exprimé sur la question du mariage gay. J’étais à 3 mètres de lui, comme le montre cette photo :

 

 

Puis le défilé a débuté. Les caméras et les  photographes nous ont suivi durant 20 mètres, puis disparurent au bout de quelques minutes. C’est alors que le député sortant prit congé de ses hôtes en leur souhaitant bon défilé, et qu’il partit sans même me saluer. Pour ma part, comme je m’y étais engagé, je continuai de défiler durant plus de 2h45 pour accompagner la LGP Lille dans ce message fort que représente le mariage gay, qui n’est, ni plus, ni moins que la demande de l’application du pilier central de notre devise, l’égalité.

 

Entre temps, dans l’après midi, Bernard Roman publie ce tweet, un peu hâtivement à en juger par l’orthographe…

 

C’est vrai que sur ses 8 minutes de présence, l’ambiance fut festive, comme je lui rappelais :

 


En tous cas, le député sortant avait réussi son coup. Le lendemain, la presse locale, sous le titre "la Gay Pride, d’abord un message politique", n’évoqua que sa seule présence, alors que j’avais informé le matin même à l’ensemble de la presse de ma participation : "Bernard Roman, député PS sortant de la 1ére circonscription du Nord et Dalila Dendouga, adjointe à l'égalité des droits à la mairie de Lille, ont ouvert le cortège."

 

On le voit, être au PS et sortant, vous garantit le monopole de la lumière médiatique. Les Français vont-ils encore accepter longtemps de se faire forcer la main pour aller voter ? 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yves Delahaie - dans Législatives 2012
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche