Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 19:11

Même si les opposants au projet de loi sur l’ouverture des droits du mariage et de l’adoption aux couples homosexuels continuent de le réclamer en prétendant qu’il n’a pas lieu, force est de constater bien au contraire, que le débat sur la question n’a jamais autant animé les esprits. Et qu’il est nécessaire.

D’une part, ce n'est pas parce que la proposition était dans le programme de Francois Hollande, l’engagement 31, et dans ceux des députés issus de la majorité qui a été élue à l'Assemblée Nationale, qu'une telle modification n'invite pas à en parler. La légitimité du vote n'est pas contestée mais elle ne suffit pas à faire l'économie d'un véritable travail de pédagogie. Car tout passage en force sur un tel sujet de société n'aboutirait qu'à une incompréhension des Français. Il est nécessaire que l'on prenne le temps. Ce qui est le cas depuis plus de trois mois à présent.

D’autre part, ne parler de ce projet de loi que sous le prisme de l’"engagement 31" est non seulement trompeur, mais aussi dangereux. Car cela reviendrait à circonscrire la question à une opposition purement partisane, clivant droite et gauche dans chacun de leurs indéfectibles retranchements. Une nouvelle bataille dans la guerre stérile qui anime l’hydre bipartite. Cheval de Troie dans la République. Car, la question qui est posée ici, n’est pas celle de l’influence de la gauche sur la droite ou encore des valeurs de l’une par rapport à celles de l’autre. La question transcende les querelles partisanes, touchant le pilier central de notre devise : l’égalité. La République n’est pas de droite ou de gauche : la République est française.

D’ailleurs, on le voit, dans chaque sensibilité, des débats s’organisent, et ce, même si la gauche semble davantage rassemblée dans le soutien du projet que la droite et le centre ne semblent l’être dans son opposition prétendue.


Pour autant, certains expliqueront que ce débat est vain et que la République se perd à légiférer sur "des minorités". Les plus caricaturaux et farouches opposants évoquent même la dictature des minorités comme Ivan Rioufol, éditorialiste au Figaro ou encore Alain Escada, le Moïse de Civitas. Impasse que cette esquive pour refuser d’emblée l’idée d’une loi. Car, être minoritaire ne vous rend pas moins français que les autres. Ni même un citoyen différent au regard des lois.

Si l’on peut reprocher à nos élus de céder parfois à l’émotivité les poussant à créer des lois pour des cas marginaux, simplement dans le but inavoué de marquer l’opinion, la question du chiffre n’est jamais ce qui doit trancher la décision du législateur. Peu importe le nombre quand la République ne respecte pas ses valeurs. Quand celles de l’égalité sont posées sur le tapis, nul ne peut rester insensible à la demande.

Lorsqu’en 2004, la loi rappelle fermement la laïcité dans l’école républicaine, en interdisant tout signe ostentatoire en son sein, seuls quelques établissements scolaires et tout au plus une dizaine d’élèves sont directement ciblés. Pour autant, qui oserait aujourd’hui la remettre en cause, sans bafouer les principes républicains et la laïcité même ?

Laïcité, la République s’incline devant ton nom. Puisse-t-elle s’en souvenir, fin janvier, quand les débats s’ouvriront à l’Assemblée nationale. Pour ne plus jamais voir une Bible être brandie comme argument d’autorité comme ce fut le cas des mains d’une certaine Christine Boutin.

Edito publié sur mediavox. Retrouvez-moi tous les lundis matins. Et n'hésitez pas à retourner toute la semaine pour y retrouver chaque matin le point de vue de Romain Blachier, Gauche de combat, Paul Debedeux (même lui vous pouvez...) et Benoît Desaulle. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yves Delahaie - dans Editos média vox
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche