Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 16:42

Ce week-end, Laurent Wauquiez a décidé de revenir sur le devant de la scène médiatique. La raison ? La lettre de Vincent Peillon adressée aux recteurs.

Une réponse, semble t-il, au secrétaire général de l'Enseignement catholique qui a envoyé en décembre une missive à ses chefs d'établissements, leur rappelant l'opposition de l'Église au projet de "mariage pour tous" et suggérant la tenue de débats à ce sujet. Or lécole est un endroit neutre où l’on enseigne les lois, pas où on les discute.

 

Une entorse à la laïcité

 

Mais Laurent Wauquiez ne l’entend pas ainsi :

"C'est une grande manipulation politique qui cherche à culpabiliser les chrétiens et à faire croire que l'opposition au mariage homo et à l'adoption est le fait d'une minorité."

Avant d’asséner sur France Télévisions que le gouvernement tente "d’interdire le débat et imposer une pensée unique".

 

 

Hallucinante diatribe du maire du Puy-en-Velay, indigne d’un ancien ministre de la République qui n’est pas sans savoir que l’école doit être un lieu de neutralité où religion et politique n’ont pas leur place.

Laurent Wauquiez, qui est un membre de l’UMP, parti qui n’a eu de cesse de rappeler les tenants et les aboutissants de la laïcité à l’école quand il était question de l’islam, semble ici faire une entorse invraisemblable au même principe.

 

Un activisme excessif

 

Mais rien de surprenant dans ce soutien inconditionnel quand on sait qu’en février 2012, Laurent Wauquiez avait déjà marqué son soutien aux établissements privés confessionnels en remettant les insignes de commandeur de l'ordre national du mérite, le 14 février, au délégué général de l'Enseignement catholique, Fernand Girard.

Et, surtout, en encourageant l'enseignement catholique à "ne pas perdre son âme". Le tout sans oublier de préciser que la droite les avait toujours mieux traités que la gauche. 

Il faut dire que Laurent Wauquiez est un catholique notoire, ostensible et très pratiquant comme le dévoile ce portrait publié par l'hebdomadaire "La Vie". Ce qui en soi, ne l’empêcherait nullement d’être laïque.

Mais Wauquiez est un Tartuffe au pays des laïques et n’a eu de cesse, à de nombreuses reprises, de redorer le blason du catholicisme, bien au-delà des sentiers laïques.

Ainsi, à l’occasion du 15 août 2010, et du 150e anniversaire de Notre Dame de France, statue dont la commune du Puy est propriétaire, Wauquiez qui recevait une vingtaine d’évêques lors des festivités ainsi que de nombreux prêtres et bénévoles à l’Hôtel de ville se permit d’affirmer, alors qu’il était ministre en fonction :

"Dans une société qui tâtonne, qui cherche ses repères, la foi chrétienne est extrêmement moderne. Dans cette société française qui a besoin de retrouver ses valeurs et de se reconstruire de l’intérieur, là, la foi chrétienne a son rôle majeur à jouer."

 

 

 Troublante concession de ce rôle à jouer dans la vie publique de la part d’un ministre d’un état laïque.

Mais Frère Wauquiez est allé plus loin et son activisme n'a rien à envier à ceux d’Alain Escada quand il était à la tête de Belgique et Chrétienté ou encore à Christine Boutin qui avait demandé pareille requête dans son programme présidentielle quand elle voulait se présenter en 2012.

Il demande ni plus ni moins que la constitution européenne reconnaisse ses origines chrétiennes !

"Que l'Europe ait des racines chrétiennes, que le mouvement de christianisation ait été une des facteurs de constitution de la conscience européenne, qui peut contester cela ? C'est absurde de contester un fait historique."

Et de conclure :

"Je ne vois pas pourquoi je serais supposé avoir des scrupules et des complexes sur ce que j'appelle moi l'Europe des clochers."

 

L'Eglise doit rester à sa place

 

Si lui ne voit pas pourquoi il aurait des scrupules à voir l’Europe reconnaître dans sa constitution ses origines chrétiennes, sans doute faudrait-il lui rappeler que lEurope a tout à perdre en renonçant à son caractère sécularisé.

Il est une différence entre la tolérance envers les croyances et la reconnaissance de celle-ci. Ce qui serait une porte ouverte aux intégristes de tous poils qui n’en demandent pas tant pour remettre en cause les législations sur l’avortement ou sur la fin de vie ou encore celles sur l’homosexualité 

Les religions, contrairement à ce que dit et pense Monsieur Wauquiez, ne sont jamais porteuses que d’un dogme qui n’a jamais eu vocation à la modernité. S’en remettre à cet héritage reviendrait à remettre les clefs de nos républiques et de nos démocraties aux lois divines. Une pure hérésie en 2013.

Alors Laurent Wauquiez peut bien clamer anathèmes en homélies, l’école publique n’est pas un lieu de débat démocratique. L’église peut émettre un avis mais elle doit rester à sa place. Et nos constitutions n’ont aucune modernité à gagner à relire la Bible. Ainsi soit-il. 

 

Publié sur le Nouvel Obs le 6 janvier 2013

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche