Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 10:11

Christine Boutin à l'Assemblée nationale le 2 octobre 2012 (Sipa)

Christine Boutin à l'Assemblée nationale le 2 octobre 2012 (Sipa)

 

Christine Boutin est sur tous les fronts en ce moment. Même si la Madone des Yvelines n’est plus députée, elle n’en demeure pas moins un des principaux hérauts de la fronde qui s’agite contre le projet de loi qui tente d’ouvrir le mariage aux homosexuels, quitte à assimiler elle aussihomosexualité et polygamie, en chœur avec Civitas.

 

Rassurez-vous, la bigote qui radote n’a pas l’intention de ranger au placard son bâton de pèlerin. Pour autant, c’est pour une tout autre raison la présidente du Parti chrétien démocrate fait la une de l’actualité en ce jour : la quête du dimanche a été fructueuse à en croire "Valeurs Actuelles" à qui elle confie sans état d’âme qu’elle a monnayé son retrait à la course présidentielle contre la somme rondelette de 800.000 euros ! L’histoire ne nous dit pas si une fois l’argent jeté au sol, elle se jeta sur le sol pour les ramasser tel Judas mais l’affaire mérite d’être lue en détail :

 

"J'ai passé une alliance avec Nicolas Sarkozy en février, quand j'ai retiré ma candidature à la présidentielle. En le soutenant, je renonçais aux 800.000 euros de financement public de ma campagne [prévus par la loi pour les candidats du premier tour ayant obtenu moins de 5% des suffrages exprimés], somme que j'avais déjà dépensée. Nicolas Sarkozy s'était engagé à ce que cette somme me soit remboursée par l'UMP."

 

Que vaut l’alliance faite à Dieu, quand celle de l’UMP se veut si généreuse avec ses apôtres ? Charité bien ordonnée commence par soi-même et on se souvient que Christine Boutin avait déjà dû renoncer à ses 9500 euros mensuels pour une mission, dont on disait déjà à l’époque qu’elle aurait pu compenser un limogeage mal digéré du gouvernement Fillon.

 

Alors les agneaux de Dieu et autres moutons de Panurge bêleront que l’enrichissement n’est pas personnel. Elle-même confie que cette somme ne sert qu’à compenser les 800.000 euros que l’État aurait donnés à ceux qui n’atteignent pas la barre fatidique des 5%.

 

Et les 500 signatures, Madame Boutin ?

 

Mais Christine Boutin ment par omission. Car elle oublie juste de rappeler que pour obtenir ses 800.000 euros, encore fallait-il être en mesure de concourir et par-là même de présenter ses 500 signatures. Or ces homélies endiablées sont restées dans toutes nos chastes oreilles car la bigote menaça Nicolas Sarkozy en personne de la bombe nucléaire si elle venait à être empêchée.

 

Madame Boutin n’avait pas à négocier avec l’UMP une somme à laquelle elle ne pouvait pas légitimement prétendre. Et que vaut à présent, à l’aune de ces révélations, ce ralliement de cœur, sur des valeurs partagées avec le désormais ancien président de la République si ce n’est une sombre histoire de financement déguisé de son parti politique ?

 

Et si les partis politiques arrêtaient d'en financer d'autres ?

 

Les 800.000 euros prévus par l’État sont prévus pour les candidats qui font entièrement campagne. Madame Boutin avait, elle, déjà dépensé tout son pactole avant même le début officiel de la présidentielle ? Diantre ! À l’avarice, la gourmandise s’ajoute pour enrichir les péchés aux capitaux si opulents de la bigote…

 

La morale n’est pas sauve, mais de cette histoire sans doute faut-il tout de même en tirer une moralité : et si on interdisait enfin les partis politiques de financer d’autres partis politiques ? Histoire d’en finir une fois pour toute avec un contournement de la loi qui n’a que trop duré.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche