Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 08:02

Il y a un an et demi, les primaires socialistes avaient montré quelle formidable machine à gagner ce processus pouvait être. Succès populaire avec plusieurs millions de participants au scrutin. Succès démocratique avec un véritable débat laissant surgir d’authentiques fractures dans la manière d’aborder la politique. Succès électoral, fruit de cette dynamique.

L’UMP avait tant et tant critiqué ces primaires que la voir en organiser pour les municipales parisiennes, avant sans doute celles des présidentielles 2017, peut paraître grotesque. Mais il n’y a même pas besoin de puiser dans sa mauvaise foi manichéenne pour espérer voir du grotesque, tant le spectacle donné par la droite est absolument pathétique.

UMP-copie-1.jpg

L’épisode ubuesque de la présidence du parti en novembre dernier n’a donc pas suffi. Lui qui avait abouti à trois discours successifs de victoire pour Jean-François Copé, des suspicions de triche, une Commission électorale au nom ridicule, la Cocoe et à la compétence qui l’était encore plus puisqu’elle avait « oublié » de compter des bureaux de vote… Le spectacle affligeant vit d’ailleurs le groupe se scinder en deux à l’Assemblée nationale entre l’UMP d’un côté et le… RUMP de l’autre, ce qui en anglais dans le texte signifie le « croupion »… Quand ça ne veut pas…

Sur le bucher du mariage pour tous, l’UMP avait péniblement recollé les morceaux en empruntant la croisade de Frigide Barjot. Tout feu contre le gouvernement, plus que contre un projet quand on sait, depuis ce week-end, que Jean-François Copé a préféré occulter ses convictions personnelles à des fins électoralistes. Bras dessus, bras dessous avec les ducs du Front national, on a vu les barons de l’UMP s’égosiller dans les rues, à hurler au gazage d’enfants, au vol de la République et même au viol de la démocratie.

Happés par ce Peuple de droite qui découvrait les vertus des pavés, quitte à bafouer les lois de la République, en se bastonnant contre les CRS ou même au sein même de l’Assemblée, la droite n’avait certainement pas gagné en respectabilité. Loin s’en faut. Mais elle avait, pour le moins, retrouvé des couleurs.

Mais c’est étrangement sur ce même thème, si fédérateur et qui avait cicatrisé les blessures, que le sang a de nouveau coulé. La Manif pour tous avait tenu à mettre son couteau dans la plaie en distribuant ses bonus/malus puis en mobilisant ses réseaux, comme elle avait su le faire pendant des mois, en proposant notamment une inscription aux Primaires via son site. Puis en utilisant les mêmes méthodes chiffrées aux sources douteuses en annonçant, pour faire bien peur, des milliers d’inscriptions par leur intermédiaire.

Tout était prêt pour le désastre : Jean-François Legaret fut désigné l’opposant principal de NKM pour son opposition sans faille au mariage pour tous, tandis que cette dernière s’étripait avec Pierre-Yves Bournazel sur celui qui était le plus gay-friendly. Ce fut alors au tour de Guillaume Peltier de déclarer vouloir tout mettre en oeuvre pour faire échouer la favorite, avant que les cadres du Parti ne viennent le désavouer publiquement…

Tout cela dans une même famille. Ironique de la part de ceux qui s’en revendiquent. Et le vote n’avait pas encore commencé.

Parce qu’une fois le vote ouvert, ce fut le tir au pigeon, avec la découverte d’un vote électronique défaillant, où l’on pouvait usurper des identités, ou encore voter plusieurs fois. Un tel couac qui poussa la CNIL à ne pas donner son homologation…

Le capharnaüm continua durant quelques heures avant que les cadres de l’UMP ne sonnent la fin de la récréation : interdiction formelle à tous les acteurs de s’exprimer sous peine de sanction. Le comble que de devoir interdire la liberté de parole pour un parti qui s’était enorgueilli d’avoir laissé la liberté de vote à ses députés sur le mariage pour tous…

L’UMP n’est pas un parti politique : elle est devenue l’incarnation de la décadence politique, un running gag permanent qui se produit à guichets fermés.

Jean-François Copé eut ce week-end une phrase à la fois lucide et ahurissante dans l’aveu de faiblesse pour décrire l’événement : « A l’UMP, nous apprenons la démocratie, c‘est assez nouveau »

Voir un parti républicain qui œuvre en France, terre des Lumières et des Droits de l’homme et qui a montré la voie à tant de Nations, en arriver à en balbutier les principes de la démocratie en dit long, très long sur sa maladie.

 

Publié sur Médiavox, le 3 juin 2013.

Partager cet article

Repost 0
Published by Yves Delahaie - dans Editos média vox
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche