Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 07:54

Si l’année 2013 est une année vierge d’élection, une première en France depuis 2006, elle n’en aiguise pas moins les appétits. 2014 sera, il faut dire, une année faste avec en perspective les Municipales et les Européennes, les scrutins des régionales et des cantonales ayant été décalés pour surcharge de calendrier.

Et à une dizaine de mois des premières échéances, force est de constater que le paysage politique français ressemble à un champ de bataille… après la guerre. François Hollande va bientôt trouver des gisements de gaz de schiste, malgré l’interdiction de son exploitation en France, l’UMP est gangrénée par la culture de l’ego, le Front de Gauche flatte les ouvriers mais ne ratisse que chez les bobos.

BAY.jpg

Quant au Front national, s’il semble plus fort que jamais, ses difficultés à rassembler au-delà de ses électeurs au second tour lui offrent davantage de perspectives pour les européennes que pour les municipales. Même s’il est à surveiller comme le lait sur le feu.

Ne reste que le centre et son hydre à deux têtes : celle de Bayrou, qu’il considère comme le seul « centre » et celle de Borloo.

L’UDI peut envisager l’échéance avec sérénité, son alliance assumée avec la droite, et sa promesse de siéger au PPE, offrant même à l’électorat de droite la possibilité de voter pour un parti en apparence moins en proie avec les problèmes internes.

A l’inverse, la situation du MoDem est bien plus périlleuse. En juin 2013, le MoDem va même jouer très gros, puisque cinq de ses derniers élus, remettront leur mandat en jeu. Et avec un peu de 9% aux présidentiel, et moins de 2% aux législatives, l’heure est plutôt à l’inquiétude.

C’est dans ce contexte difficile que Marielle de Sarnez et François Bayrou tentent de manœuvrer en coulisse.

Cette semaine, Marielle de Sarnez n’a pas exclu de faire des listes communes avec l’UDI, quand François Bayrou semble avoir fait le paon auprès de François de Rugy, en lui laissant entendre que le MoDem soutiendrait sa liste s’il venait à se présenter à la Mairie de Nantes.

Le MoDem, qui a tout sacrifié pour imposer sa liberté et son indépendance, serait prêt à faire des listes communes avec l’UDI, membre de l’opposition et les Ecologistes, membre de la majorité, pour les deux échéances à venir. « Tous ceux qui veulent faire quelque chose d’utile pour l’Europe, au centre de la vie politique française, bien évidemment, je regarde ça avec intérêt », explique en substance Marielle de Sarnez.

Mais de quel « intérêt » parle-t-on ? De celui des Français ou de celui de la préservation des sièges ? Taclé par mes soins sur la question, le Responsable de la communication du MoDem m’a répondu en substance que la ligne politique était restée la même.

Ah oui ? Jusqu’à présent, les partenariats ne s’étaient pourtant éventuellement opérés qu’au second tour, au nom d’un projet de valeurs communes. Pas dans une fusion dès le premier.

La réalité c’est que malgré la proportionnelle, le MoDem aura toutes les peines du monde à continuer d’exister, surtout avec une UDI qui se pose en concurrent direct sur le thème de l’Europe.

Plutôt que de faire la pédagogie de sa singularité, le MoDem préfère s’aveugler des prétendues valeurs partagées. Car lorsque l’on choisit la liste commune dès le premier tour, au moins revendique-t-on l’appartenance à une même famille de pensée, ou pour le moins à être en accord sur l’essentiel.

Quitte à oublier par exemple qu’à l’UDI, François Lebel a expliqué que le mariage pour tous ouvrait la voie à la pédophilie, à la consanguinité ou encore l’inceste ? Que le CNIP, membre de l’UDI, a déjà fait alliance avec le Front national par le passé ? Qu’Edouard Fritch avait demandé à ce que la Polynésie bénéficie d’une laïcité adaptée à son territoire fait d’histoire chrétienne (sic quand on sait qu’il faut attendre le XIXème siècle pour la voir se convertir au christianisme) ?

Quant aux Verts, pendant longtemps, le MoDem a fustigé leur logique « sectariste » d’appareil (demandez à Jean-Luc Benhammias s’ils souhaite y retourner…), décrié le laxisme qui guide leurs décisions en matière de justice et de sécurité. Et que dire de leurs accointances, comme à Roubaix, ou au mieux de leur passivité face à l’intégrisme vert, les écolos jouant depuis des années aux idiots utiles de la République, à l’image de Noël Mamère qui se complaisait à se faire applaudir au Congrès de l’UOIF ? Que penser d’un parti qui avait placé très haut dans ses listes en 2009 un homme comme Ali Rahni qui explique que Tariq Ramadan est sa « référence intellectuelle majeure » ? Ou qui avait fait élire sénatrice une femme qui expliquait que le lobby sioniste n’avait pas à faire sa loi en France ? François Bayrou aurait-il par ailleurs oublié que Philippe Mérieu n’est pas seulement le Vice –Président du Conseil Régional de Rhône-Alpes, mais qu’il est aussi celui qui a ruiné la transmission du savoir de l’Education Nationale depuis 30 ans, et que la profession est reconnaissante envers les Verts de l’avoir éloigné de ses sentiers ?

Certes le MoDem n’a plus le privilège de décider seul de ses alliances. Et comme le jeu politique l’y oblige, il faut savoir faire des compromis pour exister. Car faire de la politique sans avoir d’élus revient à prêcher dans un désert.

Pour autant, le compromis n’est pas la compromission. Avant que de regarder ce qui rassemble, il faut veiller, avant toute chose, à vérifier ce qui vous sépare. Sans aucune concession. La fin ne justifie pas les moyens. Au risque de se renier définitivement.

Publié sur Médiavox, le 13 mai 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by Yves Delahaie - dans Editos média vox
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche