Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 08:05

Elle fêtera ses 108 bougies en décembre et pour l’instant, elle se porte bien. Fière et résistante. Mais pour combien de temps ?

En 2013, la laïcité, née d’un long débat et de nombreuses luttes face à l’église, continue de subir des assauts de toutes parts. Depuis deux décennies, c’est l’intégrisme musulman qui est pointé du doigt. Non sans raison.

Et les suites de la crèche Baby-Loup continueront d’alimenter la vigilance. Imaginée au cœur d’une cité de la région parisienne, ouverte 24 heures sur 24 pour accueillir les enfants de ceux qui travaillent avec des horaires décalés, Baby Loup a vu sa fondatrice, Natalia Baleato, exilée politique chilienne, devoir repenser un règlement intérieur quand des parents lui avaient demandé de réveiller les bébés aux heures de prières. Voulant préserver les enfants de ces souffles religieux un rien précipités pour des êtres aussi jeunes, la fondatrice avait ainsi tenu à imposer une neutralité de l’ensemble du personnel, notamment concernant la tenue vestimentaire, s’inspirant des valeurs laïques, puisqu’en sa qualité d’établissement privé, Baby Loup ne pouvait se revendiquer de la laïcité.

int.jpg

Une employée, en congé maternité depuis 6 ans, était revenue voilée, et avait tenté de l’imposer malgré un règlement intérieur qu’elle avait accepté de respecter. Son licenciement avait fait grand bruit, après que des groupes, représentant un islam fondamentaliste à Chanteloup-les-Vignes, relayés notamment par le CCIF, ont décidé de faire de cette affaire un symbole.

La justice avait dans un premier temps rejeté la demande de la plaignante avant une inversion de la décision par la Cour de Cassation en mars dernier. Aujourd’hui, les fondamentalistes ont obtenu gain de cause : la crèche a été désavouée, et l’affaire montre qu’en France un établissement privé a parfaitement le droit de se revendiquer d’une confession religieuse mais pas des valeurs laïques !

Mais ils ont obtenu aussi la fin de cette crèche au concept unique.  Lassée des revendications religieuses qui après l’affaire se sont amplifiées, de la demande d’une alimentation halal à l’exigence d’un personnel musulman entre autres pressions exercées sur le personnel, Natalia Baleato a baissé pavillon et décidé de quitter Chanteloup-les-Vignes pour Conflans Ste-Honorine. Bien malgré elle, elle abandonne les travailleurs de la cité situé à 20 km de Paris, qui, pendant des années, ont pu compter sur la présence de cette crèche 24/24 avec la promesse de la neutralité, aux mains d’intégristes qui n’ont d’autres fins que d’imposer leur vision aux autres, et d’une manière plus ambitieuse à la République.

Mais l’on aurait tort de croire que ce danger intégriste serait le seul et surtout univoque : l’intégrisme traditionnaliste catholique a ainsi repris des couleurs vives depuis quelques mois, revigoré par sa croisade contre le mariage pour tous. Et sa volonté de faire plier la République est au moins aussi dangereuse et activiste, d’autant qu’elle profite d’oreilles bien disposées à les entendre chez les élus de droite notamment. 

Certains circonscrivent l’intégrisme catholique au schisme lefebvriste, rattaché à la Fraternité Saint Pie X et qui tournent le dos au Vatican, trop réformiste à leur goût (sic), comme Civitas. C’est oublier que ce qui relève de l’intégrisme, c’est l’instrumentalisation de la religion à des fins politiques. Qu’elle soit éloignée ou non du Vatican ou du Clergé. Et il est un homme qui, la semaine dernière, a parfaitement résumé la pensée de cette vision, qui tente de faire de la foi une référence supérieure à la loi, en la personne de Monseigneur Maillet : « Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu: mais quand César s’oppose au dessein de Dieu, il vaut mieux désobéir à César ».

Qu’Alain Escada, de l’institut Civitas, s’en revendique n’étonnera personne puisqu’il affirme que son « lobby (sic) vise à restaurer une France dont les décisions seraient inspirées de la doctrine de l’église ». Mais quand on sait que Christine Boutin, qui fut tout de même Ministre de la République, ne dit pas autre chose quand elle affirme qu’elle croit en des lois supérieures alors qu’on lui explique que la loi du mariage pour tous a été votée et promulguée, elle qui avait déjà affirmé en 1998 au Nouvel Observateur qu’elle était « catholique avant d’être élu », l’effarement est de mise.

Et l’on se demande si ceux qui crient au loup vert en dénonçant l’intégrisme musulman, ne cache pas à l’intérieur du livre gigogne titré « code civil » qu’il brandisse bruyamment, un missel qui prie en silence, avec force et fracas.

 

Publié sur Médiavox, le 10 juin 2013.

Partager cet article

Repost 0
Published by Yves Delahaie - dans Editos média vox
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche