Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 20:19

Le sénateur socialiste Jean-Pierre Michel, rapporteur de la loi Taubira sur le mariage pour tous, a refusé d'auditionner le collectif Manif pour tous, de Frigide Barjot. Décidément les jours se suivent et les déconvenues se ressemblent pour Frigide barjot. Rien ne va plus pour la désormais ex-égérie des médias qui voit jour après jour les portes se refermer.

Pourtant, il y a à peine deux mois son collectif triomphait à Paris en revendiquant 1 million et parfois plus de participants, venus poussettes à la main manifester pour refuser des droits républicains aux homosexuels. Victoire à la Pyrrhus puisque ce succès en apogée sera l’acmé d’une bataille perdue d’avance et qui se termine dans le déshonneur le plus total.

manifpourtous.jpg

Car depuis, l’Assemblée nationale a adopté le texte après dix jours d’un marathon vif mais qui n’a jamais plané le moindre doute sur son issue. La manif pour tous a déposé une pétition auprès du CESE laissant croire de manière imaginaire que sa décision pourrait infléchir la destinée législative de la loi alors que sa demande n’a même pas été étudiée jugée irrecevable de principe. Puis ce fut au tour de l’opus de Frigide Barjot, le si fourni au titre délicat "Touche pas à mon sexe" d’être retiré des ventes pour une histoire de titre non conforme après des ventes pour le moins faméliques.

 

Une gifle sénatoriale 

 

Des déboires qui ne pèsent rien face au véritable camouflet que vient de lui envoyer la Chambre des Sages, le Sénat, dont pourtant le collectif espérait tant, au nom de la majorité plus ténue que la gauche y détient en comparaison à celle du palais Bourbon. Au-delà de cet avantage numérique qui semble se creuse d'ailleurs de jour en jour avec deux sénateurs UMP qui ont déjà prévu d'adopter le texte (en plus du vote de Chantal Jouanno pour l'UDI, en témoigne sa tribune dans "Le Monde"), c'est le sénateur socialiste Jean-Pierre Michel, rapporteur de la loi Taubira sur le "mariage pour tous", qui vient de sonner le glas en refusant d'auditionner Frigide Barjot et ses joyeux lurrons.  

Et le moins que l’on puisse dire c’est que le vice-président de la commission des lois du Sénat n’y est pas allé avec le dos de la cuiller, puisqu’il a justifié son choix à travers une missive qui risque de laisser des marques rouges sur la peau rose de Frigide. C’est le collectif de la manif pour tous qui a décidé, via twitter, de la rendre publique, et de devancer le Sénateur, qui, de sa main, a promis d’en faire de même.

Capture-d-e-cran-2013-03-30-a--20.15.09.png

 

Poliment, il commence par expliquer que calendrier ne lui permettra pas de recevoir le collectif. En vertu de quelle expertise d’ailleurs le collectif de la Manif pour tous serait légitime ? Au nom de quoi sa capacité à organiser des manifestations dans la rue, ou des happenings sur les Champs Elysées lui donnerait autant d’importance que des spécialistes sur la question ?

Mais le Sénateur va plus loin et sa franchise ne sera pas prise en défaut par la suite :

"Mon point de vue est clair vous représentez la pire des homophobies qui est 'Je n'ai rien contre les homosexuels, j'ai plein d'amis homosexuels, mais je refuse l'égalité qui leur est due' ; pour moi cela est dans la lignée 'Je ne suis pas raciste, mon voisin est noir', vous êtes dans le déni d'homophobie, comme d'autres sont dans le déni de racisme".

La sanction est lourde mais ô combien salvatrice pour tous ceux qui se sont opposés aux mensonges et autres fantasmagories de Frigide Barjot depuis des mois. Car, partout où elle passait, de micros en plateaux, elle n’a jamais eu de cesse de commencer ses interventions par dire "je ne suis pas homophobe".

Un bouclier préalable qu’elle a armé pour mieux se permettre de dire n’importe quoi. Elle s’est systématiquement réfugiée derrière ce qu’elle appelait dans son livre "son brevet d’homophilie" pour avancer masquée et interdire l’égalité des Droits du seul fait de son orientation sexuelle.

Sauf qu’il ne suffit pas de dire "je ne suis pas homophobe puisque j’aime les homosexuels" pour se parer des oripeaux de la sincérité. Surtout quand après avoir fait cette confession dans "Touche pas à mon sexe", elle vient cueillir dans le jardin de Philippe Arino, sous la plume duquel on peut lire qu’en effet, Frigide Barjot n’entretient ni clichés, ni stéréotypes poussant à l’homophobie :

"L’homosexuel est une personne souvent blessée, à la sexualité souvent immature, qui se transforme alors en sexualité boulimique avec une infidélité quasi-consubstantielle : il suffit pour s’en convaincre de lire la presse homosexuelle où le sexe est omniprésent, de connaître un tant soit peu ce monde pour s’en rendre compte…"

Le Sénateur Jean-Pierre Michel a donc vu juste. Et parfaitement étudié la question. Il terminera son réquisitoire en rappelant que le bouclier de pacotille de Frigide ne résiste pas aux propos des milliers de manifestants dont elle s’enorgueillit et dont les langues se délient après quelques secondes passées à leur côté, avouant même que normalement, ils n’ont pas le droit de parler à la caméra.

 

 

Enfin, l’affaire Bongibault et son amalgame douteux a fini par œuvrer avec le temps. Pour avoir refuser de se désolidariser de son alibi homosexuel qui avait clairement dérapé, Frigide Barjot voit à présent le boomerang lui revenir en pleine tête quand le Sénateur lui expliqua avoir été choqué par des tels propos.

Des paroles qui sont loin d’être républicaines, et que le co-organisateur justifiait par l’attitude du Président de la République, alors qu’il était censé faire ses excuses. Aucune raison donc d’accueillir dans le ventre de la République ceux qui en prostituent les principes, même par pure provocation.

Frigide Barjot aurait pu avouer sa défaite après l’adoption en première lecture de la loi par l’Assemblée nationale. Mais il n’en a rien été. Au lieu de partir sur la pointe des pieds, elle a continué à vouloir s’agiter en tous sens alors qu’au sein même de son collectif on se désolidarisait et on se lamentait de son manque d’expertise. Même son beau-frère, Karl Zéro, après avoir dit qu’elle était "piquée" avait clairement reconnu que ses intentions n’allaient pas plus loin que sa propre notoriété.

 

Narcissique et sans doute trop avide, Frigide vient donc de voir son beau carrosse revenir citrouille. La pudeur nous interdit de dire ce qu’il adviendra de Xavier Bongibault. Mais qu’importe quand la morale est sauve. 

Publié sur Le Nouvel obs - Le Plus, le 5 mars 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by Yves Delahaie - dans Le mariage aux homosexuels
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche