Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 09:51

Caroline Fourest, lors du tournage de l'émission

Caroline Fourest, lors du tournage de l'émission "Café Picouly" sur France 5, Paris, le 19 avril 2010 (BALTEL/SIPA).

 

Le spectacle déplorable de samedi n’avait donc pas suffi. L'"inopportunément" dénommée association les "Indivisibles" a tenu à ajouter la justification à l’indignité. Non contents de prostituer les propos et les analyses de Caroline Fourest, au nom d’une idéologie qui n’a rien d’anti-raciste, comme ils s’autoproclament avec imposture, ils ont même tenu à devenir la preuve vivante de leur combat, l’incarnation même des opprimés à qui l’on veut faire du mal et que l’on muselle… Qu’il est ironique de voir que ceux qui crient à la liberté d’expression sont des censeurs qui ne s’ignorent même pas.

 

Tout a été dit sur les événements de samedi. Les "Indivisibles" ont tenu à manifester leur mécontentement de voir Caroline Fourest invitée à débattre sur le Front national à la Fête de l’Huma. Les avides d’objectivité auront eu le récit de l’essayiste, celui des organisateurs des Y’a bon Awards, ou encore les faits relatés par les journalistes. Largement de quoi se faire une idée précise.

 

Et surtout de voir à quel point les "Indivisibles", dans un climat on ne peut plus lourd, avec des manifestations illégales contre un film de série Z anti-islam qui se déroulaient conjointement, n’auront finalement contribué qu’à donner ses lettres de noblesse à l’extrémisme vert. Pour des militants qui prétendent combattre le racisme, le paradoxe mérite quelques éclaircissements.

 

Quand les "Indivisibles" décrètent qui il convient d'inviter

 

Tout d'abord, il est intéressant de voir les raisons qui ont motivé les militants de l'association à intervenir en pleine fête de l'Huma : ils récusaient l'invitation faite à Caroline Fourest par les organisateurs pour répondre à la question "Comment faire face au FN ?".

 

Pour justifier leur position, Bader Lejmi et Myrto S. se réfugient derrière un appel qu'"une trentaine de militants antiracistes avait rédigé". Nous remarquerons d'ailleurs que ce dernier, relayé notamment par le site oumma.com, est co-signé par l'un des deux rédacteurs de l'article "justificatif" du Plus. De la même manière qu'ils justifient leur sentiment à l'égard de Caroline Fourest à l'aune d'un CV dont ils ne citent qu'un prix aux Y'a Bon Awards... qu'ils ont eux-mêmes décerné ! On n'est jamais mieux servi que par soi-même.

 

Ainsi, sur un ton péremptoire, les "Indivisibles" décrètent qui il convient d'inviter, comme Dieu sur terre : "N'y a-t-il pas autrement plus compétent que Caroline Fourest pour établir une stratégie de lutte contre le Front national ?" Et nous de leur demander : mais au nom de quoi et surtout à l'aune de quelle légitimité pouvez-vous remettre en cause celle de Caroline Fourest d'intervenir dans un débat sur un thème sur lequel elle a travaillé dans plusieurs de ses essais ? Pouvez-vous vous targuer de pareil travail ? Qui êtes-vous pour décider que "vos" essayistes sont de qualité et de pédagogie supérieures au point de vouloir bouleverser un programme dont vous n'êtes pas le concepteur ?

 

Islamophobie dévoilée au grand jour

 

Alors pourquoi tant de haine, demandai-je, déjà, il y a plus d'un an ? Le procès fait à Caroline Fourest est radoté à l'envi par tous ses détracteurs, Pascal Boniface en ayant fait un chapitre entier dans "Les Intellectuels faussaires", un livre dans lequel il a réussi l'exploit d'accuser ses victimes deses propres maux. Le directeur de l'Iris accuse en effet la co-fondatrice de "Prochoix" d'être islamophobe.

 

Lui qui est d'ailleurs devenu le héraut de ceux qui ne supportent plus la présence médiatique de l'essayiste, l'omniprésence, précisent-ils, est cité aussi bien par les signataires de la lettre qui s'indignaient de son invitation à la Fête de l'Huma que par Marine Le Pen pour contourner une question dérangeante. Et quelle question, puisque Caroline Fourest demandait à la présidente du FN :

 

"Quand des Français de culture musulmane s'engagent pour servir l'armée française, qu'est-ce qui vous permet de dire qu'ils sont de mauvaise qualité ?"

 


Marine Le Pen esquive (à 1'55) par snoopyves1

 

On le voit, l'"islamophobie" est ici dévoilée au grand jour... Encore faudrait-il préciser qui place-t-on dans le rôle du raciste.

 

Qui a lu les livres de Caroline Fourest ?

 

Seulement, Caroline Fourest a beau expliquer, faire preuve de pédagogie, et surtout écrire des essais, qui, parmi ses détracteurs, a lu ses livres ? Qui ? Tout juste se contentent-ils de citer, avec un contexte qu'ils modifient sans gêne, des extraits de chroniques mal digérées, et surtout mal lues, pour justifier par exemple leur "Y'a Bon Award".

 

Caroline Fourest serait "islamophobe" ? Sans doute faudrait-il commencer par arrêter d'utiliser ce terme à tort et à travers, surtout quand on sait qu'il fut créé par les mollahs iraniens pour empêcher toute critique de l'islam. Il ne faut pas s'étonner ensuite, comme Bader Lejmi et Myrto S, que la majorité des militants de gauche de la Fête de l'Huma, qui ne partagent pas les lubies des "Indivisibles", les soupçonnent d'être "pour l'instauration d'un délit de blasphème".

 

Mais au-delà de cette imprécision, qui n'est pas que sémantique tant l'expression est devenue un fourre-tout qui tente d'empêcher de différencier islam et islamisme, revenons-en à l'accusation elle-même. Islamophobe donc Caroline Fourest ? Raciste donc, puisqu'elle est devenue, à en croire les "Indivisibles", une source d'inspiration de Marine Le Pen, ce que l'on découvre en lisant la lettre signée notamment par Bader Lejmi ?

 

Comment, à ce point, feindre d’ignorer la position toujours précise et les précautions que Caroline Fourest multiplie quand elle traite d’un sujet lourd, l’intégrisme, en le différenciant cliniquement de la religion elle-même, à moins de ne pas l’avoir lue tout simplement ? À Taslima Nasreen qui lui demandait, dans "Libres de le dire", ce qu’elle entendait par intégrisme, Caroline Fourest répondit :

 

"J’entends par là ceux qui instrumentalisent la religion à des fins politiques liberticides."

 

Où est l’islam dans cette définition ? Où est l’essence même de la religion ? Ce n’est pas la religion qu’elle combat mais son utilisation frelatée.

 

On a connu plus grande preuve d'islamophobie obsessionnelle

 

Caroline Fourest ne s’oppose pas à l’islam. Ni même au christianisme. Ou au judaïsme. Elle s’en prend aux intégristes. En témoigne son livre "Tirs croisés", qui s’attaque aux intégrismes des trois religions monothéistes. Livre dans lequel, elle disait d’ailleurs :

 

"Au risque de décevoir ceux qui voudraient croire à une barbarie propre à l’islam, le Coran n’est pour rien dans le retard démocratique et séculier des pays musulmans."

 

On a connu plus grande preuve d’islamophobie obsessionnelle. La même qui la pousse à défendre l'imam de Drancy, Hassen Chalghoumi, ou à condamner le débat-procès de Sarkozy sur l'islam.

 

Mais il n’y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre, comme elle le confiait toujours à Taslima Nasreen :

 

"Les gens se demandent si vous n’êtes pas un peu obsédé par l’islam. Ils n’arrivent pas à comprendre que ce n’est pas nous qui inventons l’actualité. Ce n’est pas nous qu’il faut blâmer si un fou se croit obligé de commettre une folie chaque jour au nom de l’islam. Il y a des fois où je me surprends à résister, à chercher par tous les moyens une actualité impliquant un fou chrétien ou juif, juste pour varier un peu."

 

Les "Indivisibles" ne sont pas une association anti-racisme

 

"Les Indivisibles" seraient-il assez fous pour tenir leur raisonnement jusqu’au bout en ajoutant que son livre "Les Nouveaux soldats du Vatican", son reportage sur Canal Plus "Des petits soldats contre l’avortement", ou son portrait sans concession de Christine Boutin font d’elle une cathophobe ? Ou une christianophobe ? Et son traitement sans concession de la politique d’Israëlune antisémite ?

 

À ce titre, le fait d’avoir cité une association juive comme faisant partie de ceux qui contestaient la venue de Caroline Fourest ne doit duper personne : l’appel de l'"Union Juive Française pour la Paix" reproche à l’essayiste son islamophobie seulement et la charte de cette union juive précise qu’elle est… antisioniste et contre l’occupation par Israël des territoires palestiniens.

 

Parce qu'en réalité les "Indivisibles" ne sont pas une association anti-racisme. C'est une association "islamophile exclusive" qui s'oppose à tous ceux qui osent critiquer tout ce qui ressemble de près ou de loin à l'islam. Peu importe si la contrefaçon se mêle à l'authentique. Pour eux, tous ceux qui font référence à l'islam sont musulmans et cette seule marque suffit à les rendre légitimes. Et peu importe si certains d'entre eux, même s'ils sont une minorité, contribuent à alimenter l'amalgame entre islam et islamisme.

 

Qu'on se le dise : combattre l'intégrisme quel qu'il soit ne peut en aucun cas faire de mal à la religion. Bien au contraire, sa lutte devient un principe au moins aussi essentiel que la laïcité, pour permettre aux croyants, aux vrais croyants, de pouvoir pratiquer leur culte sans voir leur foi instrumentalisée à des fins politiques.

 

Interdire le voile à l'école, la dissimulation des visages dans l'espace public, les créneaux non mixtes dans les établissements eux aussi publics, ne relève aucunement d'une vision raciste de la société  : bien au contraire, ces précautions sont la condition nécessaire aux athées et aux croyants de vivre sereinement, sans contrainte et... sans contraindre.

 

Les "Indivisibles" n'ont pas seulement bafoué la liberté d'expression. Par leur action et par leur tentative de justification, ils ont tout simplement donné des lettres de noblesse à l'extrémisme vert.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche