Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 19:06

résultats NordIls se sont tous trompés, et ne comptez pas sur eux pour le reconnaître. Tous les politiciens, les journalistes,  et surtout les pseudos et prétendus experts  qui monopolisent les plateaux télévision en prétendant détenir la vérité et tous les secrets d’alcôve de l’Elysée à la Rue Solférino. Tous l’avaient annoncé avec une arrogante certitude : les Français avaient reconnu la leçon de 2002, et ils avaient eu un sursaut démocratique en votant massivement aux Présidentielles de 2007 (près de 85% de participation). A vrai dire je n’y ai jamais cru. Jamais. Et c’est d’ailleurs pourquoi j’ai toujours refusé l’argument brandi par la Majorité Présidentielle, souvent en derniers recours quand la rhétorique ne parvient plus à dissimuler les errances et le non-sens, selon lequel Nicolas Sarkozy ayant été élu avec 85% de participation, cela lui donnait donc toute liberté et légitimité pour décider des réformes et des lois. Donner son vote à quelqu’un, c’est lui accorder une chance, en CDD, pas lui signer un blanc-seing.

2007 avait juste été un tournant dans la communication des politiques. L’image du candidat, l’épopée personnelle, l’affect ont une place qu’ils n’avaient jamais eue jusqu’alors. Le tout communiquant prit alors le pas sur la communication, la belle photo sur le programme, le papier glacé sur la profession de foi. Rien en somme qui fit penser à un sursaut démocratique. Tout juste la naissance de la peoplisation du politique.

Le PenLes Européennes et surtout le 1er tour des Régionales qui vit la participation s’effondrer de 15 points par rapport à 2007, confirmèrent le désinvestissement  croissant des citoyens pour la res publica, autrement dit la chose publique. Le manque d’intérêt, souvent lié à un manque de culture, un égoïsme affirmé ou encore à un sentiment d’abandon de la République, est indigne d’un pays qui s’est battu pour la Démocratie et notamment le Droit de vote. Il y a tout de même à peine 70 ans que les femmes ont le droit de vote ! Combien de pays n’offrent pas la chance de pouvoir s’exprimer, de représenter le citoyen aux plus hautes marches du pouvoir, le tout en présentant un simulacre avec des urnes bourrées ?

Les citoyens, désabusés, pensent que les politiques ne peuvent plus rien pour eux. Ils ont tort. Ils peuvent tout. Et ne pas voter en croyant « punir » ceux qui ont échoué est une mauvaise réponse apportée à la République. Car ceux qui sont au pouvoir restent et perdurent à ne pas apporter les bonnes solutions. Le cercle vicieux est en place. Cela revient à laisser autrui à décider pour soi. Cela revient aussi à ne plus avoir le droit de se plaindre dès lors que l’on ne souhaite plus participer à l’organisation de la cité.

Immanquablement, cette abstention a des effets pervers et la cartographie publiée dans l’édition de mardi par Libération est sans équivoque. La carte de l’abstention correspond exactement à celle du vote du Front National. Car en voix brutes, l’extrême-droite draine globalement le même nombre de voix. Seul change le pourcentage en fonction de la participation. Avec 85% de votants, JM Le Pen obtint 10% au 1er tour des Présidentielles de 2007, avec 45% de votants, il a obtenu 20% des voix dimanche dernier. C’est mathématique.

D’où l’idée qui revient régulièrement de rendre le vote obligatoire, proposition largement exprimée dimanche dernier… par ceux qui procédaient au dépouillement et qui s’inquiétaient de la faible participation. Il faudrait pour ce faire une réforme constitutionnelle. En Belgique, cette obligation de voter est en place et une amende de 100 euros est infliger aux contrevenants. Mais une telle révolution en France ne pourrait voir le jour sans faire un geste significatif envers le citoyen : rompre avec le cérémonial des deux tours (en 2007, les électeurs durent se rendre 4 fois aux urnes en moins de 2 mois), la fusion des Conseils régionaux et généraux pour diminuer les consultations. Enfin et surtout comptabiliser les votes blancs pour qu’ils ne soient plus confondus avec l’abstention. Les blancs sont l’expression d’une voix à part entière et peut très bien représenter une force politique qu’il convient de faire connaître.

Alors le vote obligatoire pour bientôt ? Serait-ce une décision populaire ? L’on pourra toujours organiser un référendum pour en décider. Et nul doute que certains abstentionnistes vont se sentir une âme démocratique pour la première fois de leur vie…

 

PS : caricature par www.leplacide.com


Partager cet article

Repost 0

commentaires

nadege 30/04/2010 10:32


l'eternelle question du vote obligatoire ....qu'ils commencent deja à prendre en compte le vote blanc ....je ne vote plus depuis quelques années désabusée? certes, mais je ne vois que des hommes et
des femmes avide de pouvoir se construisant leur petite carrière personnelle je ne me "retrouve" dans aucun projet si beau soit-il .....je serais la 1ere heureuse de retourner dans les urnes le
jour ou je n'aurai pas à choisir entre la peste et le choléra ....je suis très cliché je l'avoue et correspond trop à la masse populaire à mon grand désespoir mais que de déception ....


Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche