Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 22:10

C’en est fini. Nicolas Sarkozy a donc fait face à la crise. Que retenir de ce moment attendu par la France entière, ce que prétendait en tous cas les médias… Eh bien peu de choses. Petit tour d’horizon.

L’INFORMATION DU SOIR : le 18 février

Sarkozy invite les syndicats à se réunir autour d’une table pour évoquer des plans d’actions à tenir par rapport à la crise. Parmi les questions à poser : comment mieux  indemniser les temps partiels et les jeunes qui ne peuvent prétendre à être indemnisés faute d’expérience sachant que « l’Etat est prêt à faire un effort pour mieux les protéger » ? Faut-il supprimer la première tranche des impôts ? Faut-il augmenter les allocations familiales ? Sans condition de revenus ? Faut-il donner des chèques emploi service aux retraités payés par l’état pour les aider au quotidien (depuis quand les chèques emplois services vous permettent d’acheter légumes et autres denrées censés vous nourrir ?)

Pour le reste de la crise, il entend supprimer définitivement pour 2010 la taxe professionnelle… en demandant aux collectivités locales de créer un autre impôts pour compenser le manque… Dans la série coup d’épée dans l’eau, l’on n’a pas trouvé mieux !

Concernant les goinfreries qui ont conduit notre système dans le mur, le Président propose sans toutefois imposer la règle des 3 tiers : un pour les actionnaires, un autre pour les salariés, un dernier pour les investissements… mais sans la rigidité de la règle… En somme chacun s’auto-régule et l’on prétendra avoir remis de l’éthique dans le système… Vain espoir…

A la vérité, le Président aura été fidèle à lui même : obséquieux à souhait avec les fonction publique et leur professionnalisme pour tenter d’expliquer qu’il allait radicalement réduire les effectifs (sans pour autant expliquer comment l’efficacité s’en trouverait grandie), sûr de lui pour dire que son travail est difficile mais qu’il a l’autorité de l’élection présidentielle pour décider et agir… dans la lignée des autres Présidents de la République, revendiquant une transparence quand l’hypocrisie régnait alors (traduisez revendiquant le cynisme quand le poste de chef de gouvernement existait encore), formidable de compassion avec Monsieur Kouchner…

Encore une fois les effets d’annonce ont dominé sur des plans concrets en prétextant ne pas vouloir anticiper les futures séances de travail avec les syndicats.

Tout juste a-t-il concédé du bout des lèvres que sa boutade sur les grèves que l’on ne voit plus en France était regrettable (« Monsieur Pujadas il faut toujours regretter les petites phrases. »). Le reste ne fut que verbiage, enrobé de langue de bois et de rhétorique rutilante.

Il semble dire, de manière subreptice, qu’il n’est pas bien sûr de se représenter en 2012, tant sa tâche est difficile.

Il n’a pas changé.

Et pendant cela, le monde change, lui…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche