Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 14:19

On la croyait réduite à l’obscurité. Au silence. Voire au passé. Pourtant, c’est bien en 2013 que l’extrême droite a fait un retour fracassant sur le devant de la scène française. Pure et dure. Celle des révisionnistes. Celle des racistes. Celle qui fomente la contre-révolution dans ses rêves les plus fous.
Le mariage pour tous fut le prétexte à sa réapparition. Frigide Barjot a beau s’en affranchir, c’est pourtant bien elle qui lui a ouvert la porte d’entrée. Cachée dans les premiers temps, elle s’est petit à petit émancipée pour s’affirmer pleinement.

Projetée sous la lumière des médias, cette néo extrême droite s’est trouvée une mère nourricière, Béatrice Bourges et s’est affublée d’un nom « Le Printemps français ». De provocations envers les forces de l’ordre en actes de violence, de menace de mort envers les élus pour infléchir leur vote jusqu’à la négation de la loi républicaine, cette excroissance de la « Manif pour tous » comme l’a baptisé l’un de ses trublions, qui s’abreuve dans le même bénitier que Civitas, a déferlé sur nos écrans et dans nos vies. Avec une complaisance manifeste des médias et des journalistes dans un premier temps. Les Zemmour et autres Ménard continuant aujourd’hui encore à les nourrir en argumentations fumeuses et autres amalgames odieux.

Décomplexée, cette extrême droite fut incarnée notamment par Alexandre Gabriac, qui a multiplié les happenings, lui le conseiller régional de Rhône-Alpes, qui estime au micro de Canal Plus qu’il n’est pas plus antisémite que Saint Louis, ce Roi croisé qui persécuté les Juifs. Un « républicain » qui menace des journalistes physiquement dans des tweets à peine voilés.

ED.jpg

Lui qui fut biberonné par le Front National, qui a beau jeu de dire qu’il l’a exclu quand Bruno Gollnisch ne cache nullement qu’il continue de travailler main dans la main au sein du Conseil régional. Marine Le Pen s’évertue à menacer ceux qui rangeraient son parti dans l’extrême droite. En vain, quand on voit certains de ses membres comparer la Garde des Sceaux à un singe. Une exclusion (encore une) sera à la clef, mais la règle du jeu au FN semble seulement de ne pas être pris en flagrant délit médiatique. Pour le reste on ne dit rien, on n’entend rien, on ne voit rien. Les Singes de la Sagesse en ironie du sort.

Christiane Taubira aura subi les pires insultes que la République a pu connaître depuis Léon Blum en 1936. Des attaques violentes et racistes, de la part d’anonymes comme de la part de la presse d’extrême droite qui, elle aussi, a fait un retour à la lumière. Brune. Voir la Ministre de la République subir pareils traitements en 2013, en France, a ce quelque chose de surréaliste et qui donne la nausée.Matin Brun de Franck Pavlov nous parle alors.

Clément Méric aura quant à lui payer de sa vie sa lutte contre l’extrême droite. Sans doute n’avait-il pas choisi le combat le plus productif pour combattre les ennemis de la République, mais comment accepter qu’il ait pu en payer sa vie, à seulement 18 ans ?

Mais au moment de faire les bilans, comment occulter la responsabilité politique de ceux qui ont attisé le feu ? Comment dédouaner certains députés d’extrême droite comme Marc Le Fur qui, outre ses excès langagiers lors de débats du mariage pour tous, a cru bon de faire voler le calot d’un représentant de l’ordre ? Une élue, assistant à la scène, a même vu l’élu, bien accompagné, exciter les foules pour laisser place aux provocations et aux heurts. Quelle meilleure légitimité pouvait trouver l’extrême droite pour œuvrer à partir de ce moment ? Est-ce le rôle de nos élus de défier la République et de faire trembler ses piliers pour des raisons purement électoralistes ?

L’histoire retiendra qu’une grande partie de la droite portera une lourde responsabilité a posteriori sur ce réveil antirépublicain de l’extrême droite la plus nauséabonde qui assume ses positions sans risquer grand chose, au nom de la liberté d’expression.

Mais personne n’oubliera non plus d’autres comportements qui participent à la légitimité de certains raisonnements, comme celui de Samia Ghali qui refusa en son temps de condamner l’incendie criminel d’un camp de Roms parce qu’elle comprenait l’exaspération.

En réalité, l’extrême droite se nourrit du populisme qui guide avec gourmandise les discours de nos politiques. Perdant en crédibilité, ils estiment n’avoir d’autres choix que d’emprunter les sillons de la démagogie, non pour être au service des Français, mais pour préserver leur siège. Un terreau fertile pour cette extrême droite qui peut ainsi décliner sa haine à l’envi. En toute légitimité et avec un écho médiatique sans lequel elle serait pourtant réduite à néant.

Aujourd’hui, ce sont les quenelles qui occupent les esprits. Et qu’en sera-t-il demain, en 2014 ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Yves Delahaie - dans Editos média vox
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche