Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2008 7 13 /04 /avril /2008 18:15

Mardi dernier, Marielle de Sarnez était l’invitée politique de l’émission de Marc-Olivier Fogiel T’empêches tout le monde de dormir. Patiente. Il a fallu l’être. Breteau et l’affaire des réfugiés du Darfour, Liane Foly, Ingrid Betancourt puis Alexandre Jardin vont passer l’un après l’autre. Marielle est assise sagement, souriante, intervenant pour l’affaire Breteau. Il est une heure du matin quand elle prend enfin la parole… Une heure où, comme chacun le sait, tout le monde est prêt à entre la complexité d’un discours politique…
L’entretien commence après un portrait qui s’appesantit sur les médisances entendues durant le départ des traîtres. Puis on lui donne ENFIN la parole. Pour dire quoi au juste ? Car la question est posée : les émissions de divertissement sont-elles légitimes pour parler de politique ?

Durant la campagne Présidentielle, François Bayrou avait réduit au strict minimum ses apparitions dans les émissions de divertissement : une seule en tout et pour tout, Le Grand Journal de Michel Denizot, ce dernier ayant laissé à chaque candidat à l’élection le soin d’être le rédacteur en chef d’une édition. Il s’agit du même plateau sur lequel Arnaud Montebourg se singularisa par sa célèbre réplique : « Ségolène Royal n'a qu'un seul défaut, c'est son compagnon » (émission 17 janvier 2007). N’était-ce pourtant pas ce même Montebourg qui avait solennellement annoncé dans Arrêt sur Images qu’il n’irait plus sur les plateaux de télé-divertissement après avoir été piégé, selon ses propres termes, dans l’émission de… Canal +, à l’époque animée par Stéphane Bern (émission du 12 avril 2006) ? 

 

Lien : http://www.bigbangblog.net/article.php3?id_article=290

 

Le serpent se mord la queue et pour cause : la politique a besoin de la télévision pour convaincre les électeurs, et la télévision utilise la politique pour faire de l’audience. Le sursaut démocratique qui a vu plus de 85% des électeurs se déplacer vers les urnes lors de la dernière présidentielle ne doit duper personne : C’est l’opposition entre la rhétorique bien huilée et séductrice de Sarkozy face à la plastique et au produit marketing de Ségolène Royal qui a crée un enthousiasme qui ne s’est jamais démenti tout au long de la campagne.

Aujourd’hui encore les émissions de divertissements continuent de faire de l’audience en prenant systématiquement le point de vue du glamour ou encore de la polémique : Cécilia et Carla, Ségo et Hollande, le coup de gueule de la secrétaire d'Etat à l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet, les déboires des frères de Rachida Dati,  les lycéens dans la rue…

Politique et divertissement font un mariage d’intérêt, nauséabond et contre-productif. Marielle de Sarnez a pu s’en rendre compte puisque Fogiel a longtemps et lourdement insisté sur sa personnalité, ce qui chez elle expliquer la raison du départ des proches de Bayrou, se justifier sur les accusions de secte… De la haute voltige ! Dès que cela sent le fumier, on remet de l’huile sur le feu.

Et le vrai débat d’idées ? L’évocation des valeurs ? Impossible ou presque. Tout juste a-t-elle pu glisser que la vision de François Bayrou était complexe à comprendre de par sa subtilité. Pour autant, jamais Fogiel ne lui aura donné l’occasion de l’expliquer clairement, avec la pédagogie nécessaire à l’exercice, Marielle étant systématiquement interrompue pour être recadrée vers ce qui intéressait l’animateur : les intrigues, les secrets, l’intimité… Qu’en retiendront les téléspectateurs ?

 Alors, Monsieur Montebourg ayant eu une intuition sans en respecter l’éthique (quelle surprise), prenons son appel comme un principe : Boycottons les émissions de divertissement. Elles n’apportent rien au débat démocratique et pire elles pervertissent l’image de la politique. Il y a bien assez d’émissions politiques durant lesquelles il est déjà bien difficile d’exposer clairement un point de vue. On peut être visible et se faire entendre sans devoir subir les blagues d’un comique raté, assis entre une actrice de porno reconvertie dans l’écriture autobiographique, une ancienne candidate de la télé-réalité qui avoue avoir pensé au suicide et une chanteuse à texte qui dit que « la guerre c’est pas bien et l’amour c’est beau » ! 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Snoopyves 14/04/2008 14:28

Sûrs que les derniers aléas liés aux scrutins des municipales et des cantonales dans le Nord peuvent désensibiliser :o)
Ceci dit, je reste persuadé qu'il faut éviter à tous prix de se fourvoyer dans ce genre d'émissions, dont on sort plus salis que grandis...

blackangel59 14/04/2008 12:10

A la question "les émissions de divertissement sont-elles légitimes pour parler de politique ?", je réponds "oui", car ce sont ces émissions qui ont le plus d'audience. C'est quoi la politique ? Est-ce un domaine réservé où l'on ne comprend pas la moitié des mots des intervenants ?
Il faut que nous soyons plus simples. On peut même dans les émissions les plus vils, faire passer notre message démocrate.
Pour notre mère De Sarnez, ce qui est dommage, c'est qu'elle soit passée aussi tard.
Sachant que nous sommes des veaux et que nous votons comme des moutons, il faudrait que nous sachions parler ce langage, et maintenant cela ne me choque plus, après les diverses expériences de nos scrutins internes et externes.

Présentation

  • : Les Nouveaux Démocrates
  • Les Nouveaux Démocrates
  • : Enseignant et essayiste. Auteur de La Croix et la bannière sur la rhétorique des intégristes à propos du mariage pour tous (Golias, novembre 2012) et de Mariage pour tous vs Manif pour Tous (Golias, mai 2015) Auteur également d'articles sur Prochoix, la revue tenue par Fiammetta Venner et Caroline Fourest (n°57,58,59, 63 & 66) Ancien membre du Conseil national du MoDem et candidat aux Régionales 2010 et législatives 2012. Démission du MoDem en octobre 2012. Blog d’un militant du Mouvement Démocrate (MoDem).
  • Contact

Recherche